OBAMA GARDE LE SOURIRE....

Publié le par Patrick Gouverneur

 

Barack Obama chacun le sait bien, a vécu un formidable état de grâce depuis son élection de Novembre dernier, et sa prise de fonction de Janvier.

Les américains appellent cela la « honeymoon ».

Il ou elle, selon la langue que l’on utilise est terminé.

Les sondages depuis quelque temps déjà l’annonçaient, c’est désormais tout à fait évident.

 

Depuis d’ailleurs plus de deux mois le Président américain réussissait d’une certaine façon un tour de force.

Sa cote de popularité restait élevée, ( 66%) alors que sur chaque point précis de sa politique et de ses projets les opinions défavorables l’emportaient.

Un peu comme si les américains disaient « on aime bien le bonhomme mais pas ce qu’il veut faire. »

Y compris et peut être meme surtout en politique étrangère, ou ses mains tendues a droite et a gauche sont loin d’être attrapées par ceux qu’ils visent…

Sans que l’on sache cependant s’il en est si malheureux que cela d’ailleurs….

Mais c’est une autre histoire.

Non la confiance s’effrite tout simplement parce que les résultats en particulier économiques se font attendre.

L’entourage du Président lui-même allant jusqu'à dire parfois, « qu’ils avaient peut être sous estimé la situation ».

Au sein meme de ses supporters les plus farouches certaines voix discordantes commencent meme a s’élever.

A commencer par le milliardaire Warren Buffet, qui a déclaré a CBS que le plan de relance du président, c’était « comme prendre un demi-Viagra mélangé avec des petits bonbons sucrés,  et qu’un deuxième plan de relance était nécessaire » !

Quand on sait que le premier « faisait » 880 billions et que comme disent certains économistes «  on ne sait toujours pas d’où vient l’argent », et que le déficit américain vient d’atteindre les 1000 milliards de dollars, on comprend que les américains se posent des questions…

 

Et du coup ceux qui n’ont pas tardé à reprendre du poil de la bête, ce sont  les Républicains.

Apres avoir dénoncé dans le vide et dans l’indifférence quasi generale « l’utilisation de l’argent public pour sauver les voyous de Wall Street », après avoir dénoncé sans trop de succès au début les nouvelles orientations, disons plutôt attitudes, de Obama, beaucoup de leurs stratèges ont vu la très vite une ouverture et la possibilité de revenir dans le jeu.

 

A commencer par Sarah Palin la favorite de l’électorat Républicain qui forte de ses 80% de notoriété au sein de cet électorat a peut être « peté un boulon » en démissionnant se son mandat de Gouverneur de l’Alaska 3 ans avant l’échéance pour se consacrer «  a son destin »

Sa conférence de presse était plutôt consternante, et le choix tant stratégique qu’au niveau du timing a mis mal à l’aise certains leaders du Parti.

Du coup certains s’étaient pris a imaginer d’autres leaders possibles au sein du Parti.

Et certains autres s’etaient plus ou moins imaginés eux-mêmes comme alternative possible a l’ancienne Miss Alaska.

Tu parles.

 

Nous qui nous lamentons en permanence sur la pauvreté absolue de la presse française, en particulier sur ce que l’on appelle chez nous « les affaires », et qui nous plaignons a la fois de leur complaisance et de leur manque de recherche, vous allez comprendre sans doute mieux pourquoi…

 

Le Gouverneur Republicain Mark Sanford de la Caroline du Sud par exemple.

Le bonhomme avait tout simplement disparu pendant une longue semaine.

Ni son staff, ni sa femme ne savaient où il se trouvait et le « mystère du gouverneur disparu » a tenu en haleine les journaux télévisés pendant plusieurs jours.

Sanford, 48 ans, était présenté comme une star de la « nouvelle génération » conservatrice, jusqu’à ce qu’il soit piégé un beau matin par un journaliste, qui le reconnanit alors qu’il est en train de débarquer d’un vol en provenance d’Argentine.

Résultat, l’après-midi même, il improvisait à la hâte une conférence de presse larmoyante et au cours de laquelle il a craqué et avoué s’être échappé à Buenos Aires avec une maîtresse !

 

Bon je vous entends déjà me dire «  oui mais c’est la politique américaine, nous on s’en fout »...

 

Moi je veux bien, mais le malheur (pour le beau Mark) c’est qu’il était l’un de ces conservateurs qui, pendant ses campagnes électorales, s’était fait le chantre des « valeurs familiales » et utilisait sa famille et ses quatre enfants comme un argument électoral, et a toutes les sauces.

Et dans la foulée la presse de découvrir que sa femme — qui est aussi son ancienne directrice de campagne — l’avait mis à la porte quelques semaines plus tôt,… après avoir découvert justement l’existence de la maîtresse argentine.

 

Quand on cherche on trouve disent les journalistes ici, et bien ils ont trouvé...

Le principal quotidien de Caroline du Sud, The State a publié de croustillants mails entre le gouverneur et le « sex-symbol » de la Pampa, dont les extraits ont été largement médiatisés : « t’as la capacité de donner des baisers d’une tendresse magnifique, j’adore la sinuosité de tes hanches et ta beauté érotique quand tu te tiens (ou plutôt quand tu tiens dans tes mains deux parties magnifiques de toi-même) à la lumière fanée de la nuit ».

Jay Leno, David Letterman et Saturday Night Live s’en donnent comme vous imaginez à cœur joie et la carrière du beau Mark is over.

Pour un moment en tout cas.

Car comme de bien entendu celui-ci, lorsqu’il était au Congrès, ( en plus les journalistes américains ont de la mémoire…) avait appelé à la démission du président Bill Clinton suite à ses ébats extraconjugaux avec Monica Lewinsky.

Autant dire que les Democrates rigolent encore….

 

Un autre soi disant « présidentiable » c’est le sénateur John Ensign du Nevada.

Enfin c’était….

Archi-conservateur, intégriste, homophobe notoire et prêcheur intarissable des « valeurs familiales…. » lui aussi.

A la mi-juin, la chaîne de télévision Fox News, recevait une lettre de son ancien directeur de cabinet, John Hampton.

Celui-ci y affirme sans mollir qu’il s’est fait virer par Ensign, parce que le sénateur …..était amoureux de sa femme et entretenait une liaison avec elle.

Il est vrai que la chère Madame Hampton était également une employée d’Ensign et officiait comme trésorière de ses campagnes électorales.

 

Ensign ne se démonte pas et fait illico une conférence de presse au cours de laquelle «  il s’excuse d’avoir commis un péché grave ».

Et dans la foulée fait publier un communiqué de sa propre femme dans lequel « elle lui pardonne son infidélité »....

Presque touchant…

D’ailleurs de retour au Sénat, il a été ovationné par ses collègues républicains pour le « courage » de sa candeur.

 

 

Mais les journalistes américains ne gobent pas facilement les belles histoires, et deux semaines plus tard, patatras, ils révèlent que Ensign aurait payé, par l’intermédiaire de ses propres parents, 96 000 dollars à sa maîtresse pour qu’elle se taise.

Papa maman qui cautionnent une vie privée douteuse, ca fait désordre…

Depuis le sénateur Ensign fait l’objet d’une enquête de la commission de déontologie du Sénat.

Et deux de chute….

 

 

On citera pour mémoire et presque pour rire le cas du Senateur de Louisiane, David Witter qui lui s’est avéré être un gros consommateur, quasi aficionado de prostituées, il n’était pas considéré comme une star……

 

Inutile de vous dire que tout cela fait pour le moins désordre...

Et du coup si la cote de popularité d’Obama baisse, celle de ses opposants ne montent pas….

Cela ne vous rappelle pas un autre pays… ?

En tout cas une chose est sure si le doute et l’inquiétude s’emparent des américains, a priori cela ne profite guère a son opposition qui ne gagne pas comme vous imaginez en « crédibilité »...

Et ce ne sont pas les Républicains pour l’instant qui vont faire perdre à Obama son fameux sourire…

Et pas non plus ses « collègues » qui vont faire perdre le sien a Sarah Palin…

 

Publié dans International

Commenter cet article

philippe 16/07/2009 23:04

c'est vrai que l'invstigation a disparu totalement ou presque de la presse francaiseun peu le Canard et puis ...pas grand chosepourtant nous aussi on en a des belles des affairesmais c'est plus de l'argent que du sexeencore que comme on cherche pas on ne sait pas

cincinatus 16/07/2009 18:25

J'adore ces histoires des petits pères "la Vertue" qui se la jouent pour draguer l'électeur alors qu'ils s'envoient en l'air avec frénésie et avec une ou des concubines (bins.. pour les dames).Sur ce sujet, je trouve les américains complètement "gamins" par rapport à nous les français. On a clairement une longueur d'avance.Cela dit, il ne faudrait pas aller trop loin non plus car un élu devrait quand même être un exemple. C'est juste qu'il ne faut pas que ça se sache.Et, au fond, je préfère un élu qui s'envoie en l'air avec frénésie (vas y Marcel....) et qui fait un très bon boulôt qu'un député coincé qui en "foutrait" pas une rame. Je serais vraiment dépité d'un tel député.Comme quoi, le cul....ça fait toujours recette.Bonnes vacancesCincinatus