KARACHI 2002 - PATIENCE CELA A L'AIR DE BOUGER

Publié le par Patrick Gouverneur

On vous a sensibilisé récemment sur l’Affaire qui, nous vous le disions nous parait des plus sérieuses si ce n’est plus, a savoir celle de l’attentat de Karachi en 2002 ayant entraine la mort de 14 personnes dont 11 français.


Et dont on semble découvrir aujourd’hui, qu’il n’aurait pas été exécuté pour des raisons religieuses ou idéologiques, mais parce que Chirac avait refus é de payer des commissions au Pakistan sous prétexte qu’il pensait que des retro commissions seraient revenues dans les poches de la campagne de son ami de 30 ans Balladur.

Les juges vous vous en souvenez avaient annonc é qu’ils allaient demandé la levée du secret Défense et le Ministre Herve Morin avait lui promis de « ne pas s’y opposer ».

Vous vous doutez bien qu’il ne va pas se passer  grand-chose dans cette affaire avant au mieux la rentrée.

Mais apparemment les deux juges chargés de l’affaire veulent partir en vacances avec le sentiment du devoir accompli.

Marc Trevidic et Yves Jannier n’ont pas trainé  en effet et pour ne pas perdre 2 mois ont déposé leur demande au Ministère.ces jours ci.

Cette demande devrait être du coup « étudiée » par la  Commission Consultative du Secret Défense Nationale,  la CCSDN, qui a deux mois pour remettre son « avis » au Ministre, ce qui devrait être fait le 16 Septembre prochain.

Cet avis n’est que « consultatif » et le Ministre prend sa décision comme il l'entend.

Dans la pratique il est très difficile au Ministre d’aller contre.

Depuis plusieurs années il n’y a guère que le dossier des Frégates de Taiwan ou les Ministres ( de 3 gouvernements différents)  ont refusé au Juge Van Ruymbecke ce droit.

On peut donc penser qu’en Septembre prochain, à leur retour de vacances les deux Juges auront de quoi avancer.

D’autant que Maitre Olivier Morice, le tenace avocat des familles de victimes a lui aussi retrouvé l’existence de documents qui l’intéressent.

En avril 2002, déjà, cette même CCSDN avait dû en effet se prononcer sur les sous-marins français au Pakistan. Elle agissait alors à la demande de la Cour des comptes qui enquêtait sur le contrat.

Le secret-défense sur les comptes rendus de quatre réunions qui s'étaient déroulées en 1993 et 1994 à Matignon à ce sujet avait été levé.

Et ce sont ces documents qu’ils souhaitent consulter.

Bon, nous devrons donc nous armer de patience ( que dire des familles de victimes ?...) et attendre la rentrée pour en savoir plus.

Au moins l’affaire semble t-elle bouger sous la houlette de deux juges qui n’ont pas l’air de vouloir la laisser être enterrée.

Publié dans Politique

Commenter cet article