KARACHI 2002 - 14 MORTS - AFFAIRE BOUCLEE ?

Publié le par Patrick Gouverneur

Pour ne rien vous cacher voila une affaire comme on les aime à Bon Appetit Messieurs.

Une affaire qu’avec notre esprit mal tourné bien connu, et notre expérience des coups tordus politiques que l’on voit arriver a des kilomètres, on flaire comme très sérieuse.

Si ce n’est plus.

En clair une bonne petite affaire d’Etat comme nous en pond la République régulièrement.

 

De quoi s’agit-il ?  

Le 8 Mai 2002,  3 jours après l’arrivée a l’Elysée de Jacques Chirac pour son deuxième mandat, un attentat contre des salariés des arsenaux d'État DCN a lieu a Karachi au Pakistan.

Attentat au cours duquel 14 personnes dont 11 malheureux français ont été tués.

Depuis cette date une enquête judiciaire a bien evidemment été ouverte.

Plus pour la forme qu’autre chose, tant le scenario ne fait de doute pour personne.

L’attentat est l’œuvre d’Al-Qaeda.

C’est une évidence pour tout le monde, la France a été « punie » par la nébuleuse d’Oussama Bin Laden, en représailles de sa position sur l’Afghanistan, et de sa lutte efficace contre le terrorisme en collaboration avec les américains, matérialisée par de nombreuses arrestations meme si elles sont souvent discrètes médiatiquement.

 

L’enquête confiée à deux  juges antiterroristes Marc Trévidic et Yves Jannier ne s’est jamais arrêtée,  c’est à souligner, et les deux juges sont constamment restés en contact avec les sept familles des victimes.

Et aujourd’hui, 7 ans après ils annoncent que  « La piste Al-Qaeda est totalement abandonnée »

 

Car le scenario semble être effectivement sensiblement différent de celui de 2002.

 

La France a effectivement été « punie en représailles » mais par par ceux que l’on imaginait, et pas pour les motifs envisagés non plus.

En réalité l’attentat aurait été organisé et pensé par l’ISI le Service de renseignement pakistanais.

 

« Le mobile de l'attentat apparaît lié à un arrêt des versements de commissions de la France au Pakistan dans le cadre de la vente de sous-marins Agosta » a expliqué Me Olivier Morice, avovat des familles à l'issue d'une rencontre avec les juges.

 

Un petit retour en arriere s’impose.

L’histoire démarre en 1994 quand la France signe avec le Pakistan la vente de 6 sous marins Agora pour la modique somme de 55 milliards de francs environ (850 millions d’euros.

Contrat fort juteux pour les finances françaises.

D’autant plus juteux  sur le papier, que la somme comprend comme de bien entendu le versement de substantielles commissions aux intermédiaires, mais aussi aux généreux acheteurs pakistanais….

Du très classique dans ce genre de deal.

 

Mais a son arrivée a l’Elysée , Jacques Chirac décide d’arrêter le paiement de ces commissions aux pakistanais.

Une crise de moralité subite de la part de notre Jacquot national ?

Mais non pensez donc.

Chirac soupçonne tout simplement que ces commissions fassent l’objet de rétro commissions destinées à financer la campagne  de son ami de 30 ans Édouard Balladur, Premier ministre avant son arrivée.

 

Décision effectivement confirmée ces derniers jours par Charles Million Ministre de la Défense en 95.

C’est cela que les pakistanais n’auraient pas apprécié, le mot est faible, et auraient donc « puni » 7 ans après quand Chirac retrouvait le pouvoir.

Il est clair que si la République ne respecte pas ses propres engagements, c’est extrêmement fâcheux…

"Le juge Marc Trévidic a dit que cette piste était cruellement logique ", a précisé Magali Drouet, fille d'un salarié de la DCN.



La première question que l’on peut se poser a ce stade, c’est qu’est ce qui a bien pu mettre une idée pareille dans la tète de Jacques Chirac ?

Quoi ou éventuellement qui ?

Ces « soupçons »  relevaient ils des rumeurs de campagne distillées avec malveillance par les deux camps,  ou bien disposait il d’infos précises, de Bercy par exemple ?

Pour l’instant on ne sait pas car l’ancien Président ne dit rien.

 

La deuxième c’est comment les deux juges sont-ils arrivés sur cette piste alors que naturellement on les emmenait sur une autre ?

La par contre on connait la réponse.

 

Cette piste a brusquement surgi en 2008 dans le cadre d'une enquête sur des faits présumés de corruption et de ventes d'armes.

Des policiers avaient mis la main lors d'une perquisition au siège de la DCNS (ex-DCN) sur des documents portant sur des sociétés par lesquelles ont transité des commissions versées en marge de contrats d'armements.
Un de ces documents, baptisé Nautilus et non signé, faisait état d'une "instrumentalisation" de militants islamistes par des membres des services secrets pakistanais et de l'armée.

Il indiquait que "l'attentat de Karachi a été réalisé grâce à des complicités au sein de l'armée pakistanaise et au sein des bureaux de soutien aux guérillas islamistes" des services secrets pakistanais.

Selon cette note, versée au dossier de l'instruction, il est écrit que « les personnalités ayant instrumentalisé le groupe islamiste qui a mené à bien l'action poursuivaient un but financier. Il s'agissait d'obtenir le versement de commissions non honorées dans le cadre d'un achat de sous-marins français par le Pakistan en 1994 ».

Problème, la note n’est pas signée.

Mais les juges tenaces, ont retrouvé son auteur.

Il s’agit de Claude Thevenet, ancien agent de la DST qui l’a reconnu devant les juges.

De surcroit le Directeur financier de la DCN, Gerard Philippe Menayas l’a confirmé également.

Dans un autre rapport de 2002 Claude Thévenet écrit meme en toutes lettres qu’un réseau pakistanais en France (, celui de d’Abdurahmane El Assir pour être précis), avait justement pour fonction d’organiser le reversement des commissions pour la campagne d’Edouard Balladur.

En toutes lettres.

Il cite meme le nom d’une société la Heine, crée spécialement par la Ministère du budget pour gérer tout cela.

Et les deux hommes de déclarer aux juges « qu’il y avait toute une documentation sur le sujet au sein des Services secrets français »

Pire meme ils indiquent aux juges que les services secrets français auraient meme exercé une action de représailles exécuté par le service « homo » ceux chargés de tuer, contre les services pakistanais,

 

Il n’en fallait pas plus aux deux juges, vous imaginez bien, incapables depuis des années d’étayer le scenario Al Qaeda pour comprendre que la direction dans laquelle ils regardaient, n’était peut être pas la bonne.

Mais être convaincus est une chose, le prouver en est une autre.

C’est pourquoi les deux juges ont écrit à  Herve Morin l’actuel Ministre de la Défense pour lui demander de « lever le secret défense ».

Or le Ministre avait annoncé la semaine dernière « qu’il était prêt à le faire ».

On en salive déjà car ce serait une grande première sous la République.

Il suffit de se rappeler les affaires clearsteam et celle des Frégates de Taiwan.

 

 

Autant dire  que l’on a la tous les ingrédients d’une belle affaire comme la République en a le secret.

Et si notre gros nez, et notre petit doigt ne nous trompent pas on devrait en attendre parler pendant un moment,

Normalement.

 

A commencer dans le prochain SAS que parait-il Gérard de Villiers, ancien officier de Renseignement lui-même est en train de préparer justement sur cette affaire.

On attend avec impatience la version que va retenir de Villiers généralement fort bien renseigné.

On ne doute pas que le Prince Malko rencontrera contre toute attente des créatures de rêve en bas résille, et ayant une faiblesse pour la sodomisation…dans les soirées branchées de Karachi.

Cela fait partie du folklore de SAS.

Mais on est curieux de voir quel rôle de Villiers fera jouer à la CIA (employeur du Prince Malko pour ceux qui malencontreusement n’ont jamais lu SAS…) et aux services français dans son bouquin.

 

Espérons pour autant que cela ne se limitera pas a SAS, et que la presse française va pour une fois faire un vrai travail d’enquête et d’investigation, et ne pas se contenter comme d’habitude, et comme elle le fait d’ailleurs depuis que l’affaire est sortie,  de rewriter les dépêches de l’Agence France Presse sur le sujet….

 

 

 

Je sais on peut rêver…et je rêve tout de bout.

Il faut dire que tout en écrivant cet article, je viens de regarder un film formidable et que je vous recommande au passage.

Il s’agit de State of Play ( le titre n’est pas terrible) avec Russell Crow et Ben Affleck.

Super film détaillant l’enquête d’un journaliste, justement qui enquête sur la mort  « accidentelle » de la maitresse d’un Congressman.

Hélas il s’agit d’un journaliste….américain et qui plus est de cinéma…

 

Malgre le film, rassurez vous je ne me fais pas d’illusions.

Les infos ne viendront pas des investigations de la presse, mais des « informateurs anonymes » éventuels qui leur fileront les infos sur un plateau.

C’est sur que si Edouard Balladur, avait un présent et a fortiori un futur politique, les informateurs seraient plus « spontanés »…

 

D’ailleurs l’ancien Premier Ministre interrogé par France 3, a déclaré « avoir certes entendu parler de cette histoire depuis des années, mais que tout, selon ce qu'il savait, s'était déroulé de manière "parfaitement régulière".

"Il y a eu effectivement des accords qui ont été passés avec le gouvernement pakistanais", a dit l'ancien chef de gouvernement, ajoutant: "à ma connaissance tout cela était parfaitement régulier, je n'ai rien à ajouter".

 "Si quelqu'un a un témoignage, une preuve à apporter, qu'il saisisse la justice, c'est tout", a-t-il poursuivi.

Circulez il n’y a rien à voir.

Ca on verra.

 

Car figurez-vous mes chers amis, que si Edouard Balladur a son avenir politique derrière lui, le jeune Directeur de sa campagne en 1995 était …un certain Nicolas Sarkozy.

Et que le jeune Sarkozy était en meme temps…Ministre du Budget.

Poste bien pratique s’il en est.

Et que nous avons vu que le Ministere est accuse d’avoir cree HEINE….

Quand on vous dit que l’on « sent » la belle affaire…

D'autant que le jeune Sarkozy devenu ce que l'on sait, a tres vite ( trop vite ??) reagi en qualifiant " tout cela de grotesque"

Vous vous rappelez du " pschitt" ?

 

A dire vrai, on espère que les deux juges qui ont l’air tenaces, et qui sont sans doute agacés aussi que l’on ait pris un malin plaisir à les envoyer sur une fausse piste (technique basique de tous les services secrets cela dit….) vont faire leur travail jusqu’au bout.

On compte plus sur eux que sur la presse c’est sur.

 

On compte aussi sur les familles et leurs avocats pour faire en sorte qu’il y ait quelques « fuites » bien orchestrées dans le cadre de l’instruction…..

 

Une chose est sure, a ce stade, et face a ces « éléments nouveaux » les juges devraient normalement entendre du beau monde pour démêler le vrai du faux.

« On s'oriente nécessairement vers des actes de grande importance. Des personnalités politiques de premier plan vont être entendues » a estimé Me Morice.

 

A tout le moins Charles Million, Edouard Balladur et leur entourage proche.

En attendant ce qui sera nettement plus complique …les deux derniers Présidents de la République………..

 

Mais méfions nous.

Dans ce genre d’affaire, la vérité n’est jamais simple et pas forcement celle que l’on voudrait que l’on croit…

Les juges peuvent être manipulés une deuxième fois. Cela s’est déjà v                  Du coup le mot de la fin …pour aujourd’hui…. est peut être dans la bouche del'homme d'affaires libanais Ziad Takieddine, celui qui est soupçonné justement d’avoir fait « l’intermédiaire » dans le paiement des retro commissions.

Il clame évidemment son innocence et accuse le journaliste de Mediapart qui a sorti l’affaire.                                                                                                     

« Mais c'est encore un mensonge de ce Bauer ! En France, les médias racontent n'importe quoi, ils ne vérifient rien »                                                                                                        

Et de donner avec aplomb mais non sans panache une leçon de journaliste à celui qui l’interrogeait.          « Allez voir ce Bauer (c’est lui le journaliste...) demandez lui où sont ses preuves ? ,  où sont ses documents ? , faites votre boulot, enquetez et verifiez !!»

      Et toc.

      Espérons que le journaliste et ses confrères ont été vexés……..

 

      En attendant Takieddine de lâcher une phrase bien énigmatique   

     « Et demandez vous aussi pour qui il travaille ».

 

Alors avec tout cela, vous n’êtes pas comme nous, vous ne sentez pas une drôle d’odeur ?

 

   

 

Publié dans Politique

Commenter cet article

thierry proust 22/10/2009 10:49


Bonjour
J'ai lu avec grand intérêt l'article sur les attenats de Karachi en 2002. Je vous propose de taper thierry proust karachi sur Google, vous y découvrirez une autre piste quant à l'arrêt des
livraisons d'armes au Pakistan.
Bien cordialement,
ThP