TIENS REVOILA ATTALI

Publié le par Patrick Gouverneur

Comme prévu la Commission chargée de réfléchir à des propositions pour relancer la croissance, présidée par Jacques Attali a remis à Nicolas Sarkozy son deuxième rapport.

Dans une discrétion médiatique qui n’a échappé à personne.

On est loin en effet du battage qui avait été fait lors de la remise du premier.

A croire que les propositions de l’ancien Conseiller de Mitterrand n’ont pas l’air d’emballer Sarkozy et Fillon.

 

Il est vrai qu’en préambule, Attali précise que sur les 300 et quelques propositions qu’il avait avec ses experts, préconisés, « 30% ont été mises en œuvre et 30% en partie » ce qui nous parait un peu généreux a priori, mais si il le dit…

Il prend cependant la peine de préciser non sans un certain culot, que son Rapport « c’est comme l’ordonnance d’un médecin si l’on ne prend que quelques médicaments au choix, le traitement ne marche pas ».

Il regrette en particulier que le gouvernement ne l’ai pas suivi sur la suppression des Départements, sujet sur lequel oh combien nous le rejoignons, puisque son souci était à la fois de simplifier le fonctionnement de l’Etat et surtout d’en alléger le cout.

Pire, il précise même qu’il « craint que la reforme mise en place attaque le résultat rigoureusement inverse ».

Au moins on ne peut pas lui reprocher une complaisance excessive.

 

Cela dit le deuxième Rapport publié ces jours derniers s’attaque plus aux déficits qu’a la relance de la croissance proprement dite.

Il rejoint le gouvernement sur le « toilettage des niches fiscales » en prenant la peine de préciser cependant qu’il conviendra de « supprimer celles qui ne sont pas productives d’un point de vue économique ».

Sage précision, mais Attali ne cache pas que la baisse de TVA dans la restauration par exemple n’a pas ses faveurs.

Plus décoiffant sont les propositions relatives aux dépenses publiques.

Attali préconise le « gel » de la rémunération des fonctionnaires.

Nul doute que son image d’homme de Gauche déjà largement ternie, ne va pas s’améliorer au P.S…

Et il préconise surtout l’extension de la règle de non remplacement de un fonctionnaire sur deux partants en retraite aux collectivités locales et territoriales. Etonnant que ce soit lui qui en parle après trois ans de sarkozisme.

Car personne, ou presque en effet, ne rappelle que si les15% de fonctionnaires en France n’augmentent plus ou quasiment depuis quelques années ce n’est pas grâce aux Collectivités locales et Territoriales au sein desquelles justement ils continuent d’augmenter.

Or dois-je rappeler  qui contrôle le quasi totalité de Collectivités Locales ?

Le P.S et ses amis.

Il est assez étonnant que cet état de fait ne soit pas plus souvent mentionné, par les « observateurs » comme par les autres.

Autrement dit, Attali est fidele a sa logique, la même qu’il avait en tête en proposant la suppression des Départements, celle de faire des économies.

L’honnêteté oblige à dire que sur les Départements pas seulement la Gauche s’y était opposé, loin s’en faut !

Toujours est-il que cette proposition est tout de même une belle pierre dans le jardin des socialistes et on aimerait voir Sarkozy, plutôt que d’enterrer le Rapport, la ramasser et en jeter d’autres…

Car le sujet est grave et l’hypocrisie socialiste énorme.

Croisons les doigts.

 

Hélas, la dernière mesure spectaculaire proposée par Jacques Attali risque de calmer les ardeurs du Président, puisque celui-ci propose l’instauration de la TVA sociale.

Rien que cela.

Deux ou trois points de plus de TVA risquent de malmener la consommation donc la croissance, mais Attali considère quem les déficits, de la sécurité sociale en particulier, sont insupportables et que ces deux ou trois points supplémentaires devraient lui être affectés.

Sarkozy, Fillon et la quasi totalité du gouvernement sont contre et l’a déjà enterré il y a trois ans.

Du coup cette mesure a elle toute seule, risque de conduire Sarkozy à enterrer le Rapport et du coup le reste de « l’ordonnance ».

 

Un seul ténor de la Majorité s’est déclaré favorable à la TVA sociale, c’est Jean-François Copé, le Président du Groupe Parlementaire UMP dénote de ses collègues, mais est-ce tout a fait un hasard ?

 

 

Reste que comme tous les Rapports, nous suivrons avec attention la suite qui sera donné à celui-ci.

Espérons que la personnalité et le brio médiatique de son Président rendra plus difficile et plus compliqué le classement dans les placards de l’Elysée ou de Matignon….

Mais on est loin d'en etre sur...

Publié dans Politique

Commenter cet article