SARKOZY......LE TOURNANT ?

Publié le par Patrick Gouverneur

Ca y est le grand show de Villepinte a eu lieu et cette manifestation dont les ténors de l’UMP attendaient beaucoup semblent porter ses fruits puisque Sarkozy est passé devant Hollande.

D’un point…

Sondage immédiatement démenti quelques heures plus tard par la Sofres qui le donne toujours derrière …de 4 points.

Pour ne pas tomber dans la polémique stérile on dira que compte tenu de la marge d’erreurs des sondages, les deux hommes sont roue dans roue.

Pour autant on notera que Hollande est plutôt dans une période de tassement quand Sarkozy est lui plutôt en hausse.

A dire vrai ce n’est pas complètement surprenant si on veut bien regarder la présence médiatique des deux hommes depuis une dizaine de jours. Sarkozy (très en retard sur son concurrent) mobilise les medias, pendant que son concurrent socialiste fait une campagne prudente, en prenant surtout garde nous semble t-il a ne pas faire l’erreur qui tue……

 

Et en campagne Sarkozy, tout le monde le sait il est fort.

Une promesse par jour, même au prix de contradiction avec ce qu’il a fait pendant 5 ans, il ose tout.

Et il a raison (hélas…) puisque cela marche.

 

Est-ce que cela marche suffisamment ?

Bonne question que l’on vous remercie d’avoir posée…

Au premier tout apparemment oui puisqu’il recolle a Hollande en ayant gagné depuis sa candidature officielle 3 points.

C’est une relative surprise pour moi qui pensait qu’il en regagnerait au plus 2.

Le deuxième enseignement c’est qu’il gagne ces 2 ou 3 points un peu sur les abstentionnistes et un peu sur Marine Le Pen qui elle se tasse dans les derniers sondages a 16%.

Autrement dit la stratégie du virage à droite choisie par le Président et ses conseillers semble marcher.

Initiée sur les « valeurs » dans son interview au Figaro Magazine, elle s’est poursuivie Dimanche sur la critique somme toute violente de l’Europe de Schengen qui a du satisfaire, c’était le but, l’électorat de Marine Le Pen.

La crédibilité de ces promesses est une autre affaire… mais d’un point de vue tactique c’est semble t-il bien joué.

L’analyse du président et de ses équipes est simple, elle repose sur le postulat que pour être élu Nicolas Sarkozy doit retrouver les électeurs de 2007 qui ont été déçus, et donc perdus, dont un bon nombre sont passés, ou sont revenus sur le FN.

Cette analyse est valable évidemment pour le premier tour, que les stratèges UMP estiment indispensable de finir en tête. On peut s’étonner d’une telle obsession sachant qu’une élection cela se joue essentiellement au second.

Et de ce point vue la, la situation ne change guère puisque les deux instituts de sondage se rejoignent sur ce point : François Hollande est donné dans les deux cas largement vainqueur avec 58 et 56% des voix.

Autrement dit Sarkozy a mordu sur le FN pour gratter les 3 points qui lui permettent de recoller a Hollande, mais il n’a pas convaincu grand monde dans cet électorat de voter pour lui au deuxième tour.

Or tout le problème est la.

Il a besoin d’un report de voix conséquent du FN au deuxième tour pour être élu.

Conclusion, a la question posée initialement la réponse est « : NON la route est encore longue ».

 

Néanmoins on peut penser que ces résultats encouragent le Président a penser qu’il est dans la bonne stratégie, et que il sera toujours temps de durcir le second tour dans un véritable affrontement droite contre gauche, avec en ligne de mire le débat télévisé qui lui permettra de véritablement de clarifier les choses avec Hollande.

 

Une bonne nouvelle pour lui, Marine Le Pen a ses 500 signatures. Elle sera donc présente au premier tour ce qui dispensera ses électeurs de faire éventuellement payer à Sarkozy son absence qui aurait été un vrai scandale.

Nul ne doute que dans les jours, et les 2 ou 3 semaines qui viennent, les sondages vont être observés et disséqués par toutes les équipes. Pour notre part nous nous attacherons à observer surtout ceux relatifs au deuxième tour, veritable baromètre de la stratégie de Sarkozy.

Dernier point pour finir, ces résultats me semblent sonner le glas des ambitions de François Bayrou.

Nous disions ici que les chances du candidat du Modem reposaient essentiellement sur le fait que les électeurs Sarkozistes constatant que c’est foutu, décident de reporter leurs suffrages sur lui comme seul recours réel contre la gauche.

A tort ou a raison ces derniers sondages redonnent le moral à l’UMP et à ses électeurs.

Tout ce qu’il ne faut pas pour Bayrou

Publié dans Politique

Commenter cet article