RIGUEUR, AUSTERITE ....POLEMIQUE STERILE ET POURQUOI PAS LA VERITE ?

Publié le par Patrick Gouverneur

 

 

 

Je sais bien que nos élites aiment a prétendre que la langue française est riche, mais de là a créer ces querelles sémantiques à deux balles qui alimentent notre actualité politique depuis quelques jours, tout cela  confine au ridicule absolu.

Et par certains aspects disons le franchement, au surréaliste.

 

Le gouvernement, par la bouche du Premier Ministre François Fillon, a annoncé qu’il entendait s’attaquer, il serait temps effectivement, « au problème de la dette ».

Il est certain que 86% du PIB, c’est largement dans la zone rouge.

Et pour ce faire, qu’il entendait « geler les dépenses de l’Etat » jusqu’en 2013… Déclaration destinée entre autres aux marchés financiers, qui veut montrer que la France n’est pas la Grèce, et qu’elle a pris conscience que son endettement avait dépassé la cote d’alerte.

 

Que n’avait-il pas dit la le brave François Fillon ?

« Rigueur », « austérité », de véritables cris d’effroi, un invraisemblable tollé dans les rangs de la gauche, repris naturellement complaisamment par les médias, toujours friands d’une bonne petite polémique….

A fortiori quand elle est parfaitement stérile.

 Comme si, n’ayant plus l’Identité Nationale à se mettre sous la dent il fallait autre chose !

Et comme toujours, cette polémique sans intérêt, car purement sémantico-politicienne, occulte le véritable débat.

 

Quel et-il ?

De façon simple, pendant des décennies, la France a profité d’une croissance forte pendant longtemps, puis régulière ensuite pour augmenter ses ressources.

C'est-à-dire l’impôt.

Lui permettant ainsi de financer une générosité sociale tout à fait respectable dans ces intentions.

Ca s’appelle en français le développement et le progrès….

Le tassement, puis la quasi disparition de la croissance, combiné avec les modifications démographiques structurelles (comme le vieillissement de la population par exemple) a rendu le système, notamment celui de répartition invivable, et a creusé petit a petit les déficits.

En augmentant corrélativement la dette.

C’est effectivement simple à écrire, mais comme nous le savons extraordinairement compliqué à gérer.

Et si la situation est celle que nous connaissons aujourd’hui, c’est précisément on le sait bien parce que depuis 30 ans on ne l’a pas gérée…

 

Alors, aujourd’hui, la France (et d’autres), qui n’ont pas eu le courage ou la lucidité des pays scandinaves par exemple  de se remettre en cause, doivent s’attaquer réellement aux déficits puisqu’il est, soyons clair, désormais impossible d’augmenter les impôts.

« La taxation des riches » chère aux socialistes est une farce absolue, car ce sont quelques millions, symboliques certes a leurs yeux mais sans commune mesure avec les milliards dont il s’agit…

De surcroit l’état de délabrement des revenus et du pouvoir d’achat en France, est tel qu’il interdit toute augmentation massive des impôts.

Sauf à tuer pour le coup définitivement la consommation et donc la croissance.

 

A moins de n’avoir jamais fait une minute d’économie tout le monde de sérieux et d’honnête a compris cela depuis longtemps.

Par conséquent, que la gauche puisse « s’indigner » des propos du Premier Ministre, pousser des cris de vierge effarouchée et chercher a créer ce type de polémique a quelque chose d’irréel et montre leur insondable mauvaise foi.

Que les medias la relaie c’est evidemment encore pire !

 

Car Fillon a parlé de « gel » meme pas de diminution des dépenses, ce qui est déjà en soi énorme, car c’est très exactement ce qu’il aurait du faire.

 

Comment en effet dans cette période incroyablement troublée, ne pas se donner comme objectif annoncé non pas de « geler » les dépenses,  mais tout simplement de diminuer les dépenses de l’Etat de 10% ?

10% franchement ce n’est pas énorme.

En fait, pour tout dire je m’étonne un peu que le gouvernement n’ait pas justement profité de cette période pour tenir enfin le langage de la vérité.

C’est peut être une occasion rêvée et historique de ratée…

Une de plus.

  

La gauche, des qu’elle entend le mot « rigueur » ou « austérité » ou je ne sais quel autre synonyme, parle de « réductions des dépenses sociales » et fait peur aux honnêtes gens.

C’est honteux.

Pourquoi ?

En sous entendant que seront touché par ces « économies », tout ce qui touche a l’amélioration de la condition de vie des gens, les allocations diverses et variées, les compléments de ressources ou encore la rémunération des fonctionnaires (prés de 40% du budget total de l’Etat n’oublions pas).

Pourquoi certains medias et surtout le gouvernement, ne disent ils  clairement et fermement que cela ne sera pas le cas, puisque c’est tout simplement impossible.

Sauf à imaginer un scenario catastrophique (a la grecque), on ne voit pas un gouvernement français diminuer les salaires des fonctionnaires.

Cela n’a aucun sens…. En tout cas aujourd’hui…

 

Mais que justement pour ne pas en arriver la, ce que nous prenons comme direction, et justement pour ne pas perdre les fameux « acquis sociaux «  que les français, on les comprend, aiment tant, et bien précisément il faut en passer par des économies sur autre chose, sur des dépenses non indispensables, voire d’un intérêt secondaire

Pourquoi ne pas le dire aussi simplement que cela ?

 

 

Par exemple quand on parle de la « réduction de la masse salariale des fonctionnaires », il ne s’agit pas de diminuer leur rémunération  individuelle, mais de diminuer leur nombre, ce qui n’est pas tout à fait pareil….

Mais en recherchant systématiquement la formule médiatique, le gouvernement communique mal.

Le « non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite » par exemple, permet systématiquement a la gauche de laisser sous entendre que les effectifs de la police, des professeurs ou des infirmières vont diminuer alors qu’il n’en est pas question.

Et qu’ils le savent.

 

Car enfin soyons un peu sérieux. Le budget de la France c’est environ 500 milliards.

Les économistes s’accordent a dire que prés de 60% sont quasi incompressibles, en tout cas politiquement…

Alors, economiser 10% c’est économiser 50 milliards.

Les économies indispensables, nous le savons bien, sont ailleurs dans un premier temps que sur les dépenses sociales.

Mais comme sur le bouclier fiscal, en communiquant mal et de façon confuse, on laisse la gauche proférer des contre vérités qui petit à petit deviennent dans les médias des « évidences indiscutables ».

 

J’aimerais que l’on m’explique pourquoi un manager de grande ou moins grande entreprise qui déclenche dans sa société la chasse au gaspillage ou l’amélioration systématique des couts, est une star qui fait la UNE de Challenges ou de Capital, et quand il s’agit du budget de l’Etat il pratique « l’injustice sociale » ?

 

Alors pourquoi diable ne nomme-t-on pas dans chaque Ministère, un contrôleur budgétaire avec des pouvoirs en conséquence, et chapeautee par un Ministre reportant au President, en charge tout simplement des gâchis et des gaspillages.

La diminution des dépenses sur un budget de 500 milliards ce n’est pas celle d’une PME de 10 personnes qui fait quelques millions d’euros de Chiffre d’Affaires tout de meme.

Le réservoir d’économies est immense.

Alors pourquoi ne fait-on pas cela avant meme de parler ou de laisser évoquer la « réduction de dépenses sociales ».

Encore que, sur le sujet, il est vrai que l’on pourrait s’attaquer sérieusement aux abus, tricheries et escroqueries diverses qui plombent le système.

 

Pourquoi ne précise-t-on pas également, qu’il y a différentes manières de diminuer les dépenses…

Les supprimer est effectivement la plus simple.

Mais, augmenter la productivité en est une autre.

Il est difficile de remplacer un policier par un ordinateur, mais pas un fonctionnaire qui gratte du papier toute la journée.

Pourquoi ne parle-t-on pas de cela clairement avec le développement de l’informatisation, régulièrement décrite comme archaïque et complètement dépassée dans la fonction publique.

Ou encore la généralisation de l’internet.

Savez-vous qu’aux U.S par exemple, 80 ou 90%des documents administratifs divers (renouvellement de papier d’identité, passeport, licences etc.…) s’obtiennent par internet et exclusivement par internet. ?

 Seuls quelques cas très particuliers ou tres compliqués doivent être traités « physiquement ».

Dans l’immense majorité des cas c’est 10minutes devant le computer, et 4 jours après dans le courrier…

Quand j’entends les français me décrire l’obtention d’un passeport ou d’une carte grise je me demande parfois ce qu’il s’est passé dans le pays depuis 15 ans que je suis parti

Alors, j’avoue que je comprends mal ce genre de polémiques grotesques

Je  ne suis pas dupe évidemment des arrières pensées politiciennes et électoralistes de la gauche, qui hélas dans notre système politique français, font « partie du jeu ».

C’est navrant certes mais bon c’est comme cela.

 

Non, ce que je comprends mal, c’es que le gouvernement répugne à utiliser les mots « modernisation », « efficacité », « progrès », « économies », « gaspillages » et quelques autres encore puisque le vocabulaire français est si riche, et que les medias aiment faire des concours de vocabulaire….

 

Les français les entendent tous les jours dans leur entreprise, ils y sont habitués. Pourquoi serait-il choquant quand il s’agit des 500 milliards de l’état ?

À partir de la peut-être « qu’austérité », « rigueur » et compagnie pourrait être remplacés par « bon sens » ou pire encore tiens…

« Bonne Gestion ».

Vous ne croyez pas ?

Publié dans Politique

Commenter cet article

pierre 18/05/2010 14:01



bien vu bien dit


pour info Jacques Marseille un des plus brillants economistes qui ecrit dans le Point pense que 100 milliards seraient economisables facilement sans toucher aux fondamentaux