ON ADORE LES MEDIAS FRANCAIS ( 2)

Publié le par Patrick Gouverneur

SUITE DE L'ARTICLE SUR LES MEDIAS

3 – Elle ne vérifie rien.

 

Ah l’A.F.P !!!

Troisième cancer des medias français.

La Bible pour nos nouveaux journalistes.

Quelques journalistes employés de l’Agence publient des infos, des communiqués, non stop 24h/24.

Ils appellent cela des dépêches.

Et ces dépêches sont un cauchemar pour celui qui espère être « informé », car elles sont reprises en boucle par tous les confrères de manière quasi aveugle.

Résultats ?

Les mêmes infos, partout et en meme temps.

C’est cela entre autres le politiquement correct.

 

Mais ce qui est pire évidemment c’est que l’on n’est pas loin de la désinformation.

C’est en outre l’incitation à la flemme instaurée en système.

Pourquoi diable « valider » ou « vérifier » une info puisque des confrères éminents l’ont fait ?

Pourquoi diable s’emmerder a écrire un article quand quelqu’un d’autre l’a déjà fait, qu’il suffit de changer (et encore) quelques mots ici ou la pour être tranquille.

Je suis bien placé pour vous dire que cela n’est pas si simple d’écrire un article.

Il faut y réfléchir avant, et outre l’écriture qui est le plus simple en fait, il faut construire une argumentation et si possible être convaincant.

En clair, il faut travailler !!!

 

Alors comme c’est long, compliqué et fatigant, ils ne le font pas puisqu’ il y a  nos « chers amis de l’A.F.P ». 

Au prétexte de la fainéantise on se conte de rewriter sans plus.

Résultat, on publie allégrement des informations fausses ou biaisées, à tout le moins absolument pas vérifiées.

 

La encore vous voulez des exemples ?

On peut naturellement citer les mêmes affaires que toutes celles mentionnées précédemment.

Plus quelques autres, juste pour montrer quel point la liste est inépuisable.

L’affaire Dray par exemple.

Formidable performance journalistique.

Selon les fameuses « dépêches » de la chère AFP, le Député de l’Essonne « puise dans la caisse d’Association caritative qu’il contrôle » et selon d’autres toujours de l’AFP (relayées sans aucune gêne par les mêmes journaux parfois d’ailleurs) il ne fait que « rembourser des prêts personnels... »

Légère divergence de vue vous en conviendrez.

Quelqu’un a t-il pris la peine de vérifier ?

Vous pensez bien que non.

Résultat ?

Parole contre parole, et en fait  on n’en sait rien.

Mais ce qui est grave, c’est que l’on a cependant probablement tous un « feeling », une opinion sur la question.

Opinion en fait basée sur la sympathie ou non que l’on peut avoir sur le bonhomme, ou sur le regard que l’on a sur les magouilles des politiques…

.

Avouez que nous sommes loin du journalisme et de l’information factuelle.

 

Le pire exemple sur ce point de la vérification des infos et de l’écho médiatique qui leur est accordé, c’est sans aucun doute le traitement fait par la presse au travail de la Cour des Comptes.

Formidable Institution dont l’image, la notoriété et le soutien médiatique qui lui est apporté  est quasi nul.

Une honte.

La Cour et ses travaux devraient pourtant être une mine d’or pour les journalistes, et bien non ils s’en foutent comme de l’an 40…

 

Qui dénonce le « cout » des sondages commandés par l’Elysée ?

Qui parle du 1% logement, du scandale de la Formation Professionnelle, des magouilles syndicalo-patronale de la R.A.T.P ?

Du gâchis de l’argent public, sans parler meme de son détournement ?

La presse ?

Pas du tout, la Cour des Comptes.

Dont les travaux ne font quelques lignes bien discrètes, remplies de guillemets et jamais bien entendues reprises par la Presse qui devrait dénoncer les faits mentionnés.

Résultat ?

Quasiment rien.

La suite donnée aux scandales dénoncés, généralement est inexistante.

Une discrète mutation à la rigueu r, pour les coupables,une campagne de presse vous rêvez !

 

4 – Entre les faits et le opinions, on prefere la polemique

 

Une conséquence de ce qui précède naturellement.

Difficile en effet de parler des faits quand on ne les vérifie pas, qu’on ne les cherche pas et donc qu’on ne les connait pas.

Mais comme disait Coluche « ce n’est pas parce que l’on a rien à dire qu’on va fermer sa gueule » certainement pas.

Alors on parle.

Et surtout on crée les polémiques.

Alors la, les polémiques en France on aime ca.

Je vous accorde  qu’il n’y a pas que nous, c’est vrai.

C’est meme le cancer de tous les médias du monde.

Mais nous, on adore cela plus que tout le monde.

Les relations Ségolène Royal – Vincent Peillon par exemple, voila un magnifique dossier journalistique.

Voila de la grande politique…

Voila les enjeux de la France et la gauche traités au plus haut niveau intellectuel. 

Voila de la belle presse.

Et dans ce domaine il y a quelques ténors.

Pour moi la caricature absolue, c’est Arlette Chabot.

Cette nana est une honte.

La polémique est son fonds de commerce.

Sa recette favorite ?

Un sujet bien chaud, un ou deux invités réputés « incontrôlables » mais pour elle indispensables a l’émission… et une dizaine d’invités scrupuleusement repartis entre toutes les tendances politiques, de manière a ce que au bout de 10 minutes on ait…un pugilat généralisé.

Comme si un débat était possible avec 10 personnes…ca se saurait.

Mais Arlette elle, elle adore, elle est contente, cela va lui rapporter de l’audience.

C’est une caricature de la profession à elle toute seule.

On imagine qu’elle n’a pas la télévision américaine, ou sont invités par un journaliste, qui lui contrôle son émission et non pas les invités, un petit groupe d’experts tous ou presque ecrivains ou prof d’Universités qui débattent techniquement des dossiers, et qui meme avec quelques désaccord restent courtois et tolérants.

Elle s’en fout de toute manière, car ce type de débat pour elle c’est sans intérêt, comme pour Moati et quelques autres comme le detestable Guillaume Durand.

Pour eux la politique c’est le pugilat et si l’on a en prime quelques insultes alors c’est le bonheur car on va être « repris » par les confrères.

Navrant non ?

Résultat ?

Les émissions politiques sont repoussées a 23 heures et les « français ne s’intéressent plus a la politique »

Ah oui ?

Quand 80 % des électeurs votent à des élections présidentielles,  ils ne s’intéressent plus à la politique ?

Ils ne s’intéressent plus à CA Arlette, ce n’est pas pareil.

Car ils savent sans doute que quand on pratique la politique avec l’insulte et l’engueulade les faits et les infos sont loin en effet.

 

Un autre exemple sur l’absence d’information dans les medias ?

La Loi récente de Sarkozy sur les collectivités locales.

 

Il parait selon l’IPSOS que 76 % des français la trouvent « confuse et pas claire »

Quelle surprise !

Pour ne rien vous cacher ….  nous sommes de ceux la.

La faute du gouvernement bien sur, qui selon sa bonne habitude a construit une usine a gaz a laquelle peut de gens comprennent grand chose.

Mais que dire de la presse et des medias en général ?

Se faire l’écho de la « fronde des élus » (dont on se doute des motivations) la ils sont forts.  

En revanche pour expliquer pourquoi et comment les élus qui ne servent pas a grand-chose passeront de 6000 a 3000, et pourquoi et comment est supprimé cet impôt « imbécile » qu’est la taxe professionnelle par contre la, il n’y a plus personne.

Et il faudrait être surpris que les français trouvent la loi « confuse » ?

C’est plutôt le contraire qui serait surprenant vous ne trouvez pas ?

Cette Loi n’a jamais été expliquée correctement par la presse, mais elle ne se prive pas pour autant le cas échéant de la critiquer…et ce qu’il y a de plus fort pour d’autres de l’approuver…

A partir de la, que voulez-vous…

 

 

 

Pour être cependant complet, et par principe pas totalement a charge, mais aussi a décharge il convient de mentionner les 2 « excuses », ou explications régulièrement invoquées par les journalistes qui n’ignorent pas ce type de critiques.

Franchement pour nous, et votre avis chers amis est le bienvenu, elles ne sont pas recevables.

 

1 – Le secret de l’instruction

 

C’est vrai que c’est une spécificité française.

Mais c’est une excuse bidon dans la mesure où il est régulièrement bafoué par…tous ceux que cela arrange.

Journalistes en tête.

Il est meme le prétexte pour s’abriter derrière les guillemets, les formules du type « proches de l’enquête » et autres artifices journalistiques qui permettent facilement de contourner l’obstacle….

De surcroit quand Sarkozy envisage de le supprimer, ce qui obligerait notamment les autorités judiciaires à communiquer officiellement, la presse…est contre.

Avouez qu’elle est bonne tout de meme.

Un exemple ?

Allez un seul.

 

L’affaire que l’on appelle celle du « sabotage des lignes T.G.V », celle du groupe de gauchiste qui a fait de la prison pour avoir fait exploser des lignes T.G.V.

Le moins que l’on puisse dire est que l’enquête policière ne brille pas par sa transparence et sa clarté.

Plus cela va, plus on parle de témoignages « téléguidés » « influencés », d’absence de preuves et autres traficotages policiers…disons troublants.

Ou en est l’enquête journalistique ?

Au point mort du fait de « l’enquête en cours » ?

Qui va croire sérieusement cette langue de bois ?

Au nom de quel « secret » la presse justifie t-elle de  ne rien dire ?

Le secret de l’instruction ?

Allons donc.

 

 

 

2 – Nous n’avons pas en France  la culture Anglo- saxonne de l’enquête parlementaire.

 

Exact. Hélas…

Mais par la faute a qui ?

Des politiques ?

Trop facile.

Ils sont dans leur rôle la encore, comme les autorités du foot.

Faites donc votre boulot les journalistes, parlez des vrais dossiers, sortez les affaires, grandes ou petites, prenez l’opinion a témoin et nous verrons si les parlementaires français n’ont pas la « culture de l’enquête… ».

Par exemple, qui d’entre vous mes chers amis sait que les Députés conduisent en ce moment une Mission d’Enquête (pas Commission notez la nuance) sur l’attentat de Karachi et vont entendre Léotard, Bazire et Compagnie ?

Qui le sait ?

Ceux d’entre vous qui cherchent réellement l’info.

Alors Messieurs les journalistes, excusez moi mais ces excuses bidons c’est le monde à l’ envers.

Commencez donc par mener une vraie campagne, un semblant d’investigation, allez voir tiens par exemple Pasqua, en ce moment il est en mal de confidences, et vous verrez si rapidos il n’y aura pas une Commission d’Enquête, a condition de travailler un peu sur les documents qu’il vous donne.

Et de pousser a la levee du secret Defense au lieu d’enterrer le dossier…..

Faites le donc et n’inversez pas les rôles de grâce.

 

 

Pour autant chers Amis je crains que nous allions continuer longtemps à devoir entendre ces excuses qui n’en sont pas et à devoir lire les mêmes infos avec les mêmes mots.

Enfin comme toujours nous espérons bien nous tromper…

 

 

 

 

Publié dans Société

Commenter cet article