MARTINE AUBRY JOUE AVEC LE FEU

Publié le par Patrick Gouverneur

Le PS souffle vraiment le chaud et le froid.

Martine Aubry qui se débat dans un marécage de clans, de courants, d’egos personnels et d’ambitions individuelles plus ou moins justifiées, avait fait preuve il y a peu d’un certain courage.

Apres avoir ouvert la porte a des « discussions » avec les Verts, mais aussi avec le Modem, elle avait plutôt astucieusement, demandé aux militants du Parti de s’exprimer sur le fait de savoir s’ils étaient « d’accord ou non avec la rénovation de leur Parti ».

 

Bon astucieusement, parce que s’ils avaient répondu NON cela aurait été un véritable tremblement de terre…

Si vous connaissez des militants qui sont « contre » la rénovation de leur Parti, il faut nous les présenter tout de suite, c’est le scoop de l’année…

En fait Aubry cherchait habilement à s’abriter derrière le soutien des militants pour faire bouger les choses, jusque la c’est classique et bien joué.

Le résultat a d’ailleurs été sans surprise, puisque 70% des militants ont voté POUR la rénovation du Parti.

 

Avec, il faut tout de même le préciser deux points qui faisaient très explicitement l’objet d’une question dans cette consultation.

Le premier c’était l’approbation du principe des primaires pour la candidature à l’élection présidentielle, et le deuxième c’était l’approbation par les militants de la suppression du cumul des mandats.

Le moins que l’on puisse dire c’est l’un comme l’autre de ces deux points ne faisaient pas l’unanimité parmi les cadres du Parti.

C’est un doux euphémisme.

Le principe des primaires n’est toujours pas admis par beaucoup, quant a la suppression du cumul des mandats ils sont pour la plupart totalement contre.

Et pour cause la grande majorité d’entre eux n’a rien à envier à l’UMP dans ce domaine.

Martine Aubry en donnant la parole aux militants les met en quelque sorte face a leur opinion publique, et les oblige à garder pour eux leurs états d’âme, au moins publiquement.

C’est bien manœuvré, et c’est l’habileté politique mais aussi le courage, de savoir parfois imposer des progrès envers et contre ces propres amis.

D’ailleurs les cumulards professionnels du PS sont bien embêtés et bien silencieux depuis ce vote.

 

Mais quelques jours plus tard la même Martine Aubry, après avoir déclaré que « la rénovation du Parti était en marche » décide de « rénover » les instances dirigeantes du Parti en y incluant des tètes nouvelles…

Et fait appel à Bertrand Delanoë et surtout au jeune loup de la politique qu’est Laurent Fabius….

On croit rêver…

Comme jeune loup et comme rénovateur on est servi…

 

Il aurait plus manquer que Rocard, Jospin et Hollande et c’était complet….

 

 

On imagine sans doute que Martine Aubry s’est dit qu’ils seraient plus facile a contrôler a l’intérieur qu’a l’extérieur, elle a d’ailleurs proposé a Ségolène Royal la même chose, mais la madone s’est bien gardé de tomber dans le piège…

Il n’empêche.

Comme message de rénovation, le retour de Fabius il y a mieux.

Il est fâché avec a peu près tout le monde dans le Parti, sauf avec lui-même, et il est le seul à penser qu’il a encore un avenir politique….

On doute que les militants aient apprécié, voire même qu’ils aient compris quelque chose…

 

Cela dit si Fabius décidait de se présenter pour les primaires de 2012 et qu’il se retrouve face à Nicolas Sarkozy, ce serait drôle, voire même croustillant.

Chacun sait qu’il partage un point commun qui s’appelle Carla….

Un éventuel débat télévisé pourrait être tendu…

 

Pour redevenir sérieux je trouve que cette décision est un pari sacrement risqué.

En termes de communication c’est clair que c’est désastreux et d’un point de vue de l’efficacité je doute du bien fondé.

Fabius a la place ou il était ne représentait plus rien ni personne, et n’intéressait plus personne non plus.

Le remettre à la Direction c’est faire revenir le loup dans la bergerie.

Ce type ne sait que comploter et savonner la planche de ses petits copains a son unique profit personnel, Aubry a de mon point de vue pris un sacré risque.

 

Publié dans Politique

Commenter cet article