LE SONDAGE QUI DIT TOUT ET EXPLIQUE TOUT

Publié le par Patrick Gouverneur

Vous avez sans aucun doute constaté comme moi que les sondages se font rares depuis quelques temps. Il faut certainement  chercher l’explication dans cette période estivale, mais aussi sans doute dans le fait que les chiffres ne varient pas beaucoup d’un sondage à l’autre, donc plus guère de suspens.

Pour l’instant.

En tout cas c’était la tendance des dernières études publiées.

On ajoutera aussi comme nous l’avons déjà dit et redit ici, qu’effectuer des sondages alors même que l’on ne connait pas vraiment le candidat socialiste, ni même de façon certaine la totalité des candidats, en particulier au Centre, peut être et c’est le moins que l’on puisse dire, d’un intérêt douteux, en tout cas d’un strict point de vue scientifique.

 

Il y a pourtant un sondage qui est paru ces jours derniers, qui curieusement est passé inaperçu, comme souvent quand c’est important… et qui pourtant plus que des simulations basées sur des hypothèses nous parait incroyablement signifiant comme l’on dit.

Selon IPSOS en effet 60% des français pensent que Nicolas Sarkozy ne sera pas réélu en 2012.                                                                                                                                                       21% pensent « certainement pas » et 39% « probablement pas » pour être précis.                     Et seulement 36% pensent le contraire.

Bon vous me direz que le pronostic des gens on s’en fout, et que rien ne démontre par ailleurs que les français dans leur ensemble soient devenus de redoutables analystes politiques… …Certes.                                                                                                                                                   Encore doit-on noter que ces chiffres sont étonnement similaires aux derniers chiffres connus en matière d’intentions de vote au deuxième tour.

Mais intelligemment l’IPSOS dans le même sondage a demandé aux français ce qu’ils souhaitaient pour leur part.

Et les résultats sont hélas édifiants.

66 % ne souhaitent pas que Nicolas Sarkozy soit réélu et seulement 29% a contrario le souhaitent.

Ce qui veut dire que les souhaits sont encore plus défavorables au Président sortant que les  pronostics.

 

Ces chiffres démontrent a l’évidence le fossé qui s’est creusé me semble t-il entre le Président et l’opinion. Vous me direz que nous n’avions pas besoin d’un sondage pour le savoir.

Sans doute.

Mais les chiffres ont un caractère implacable qui impressionne.

En tout cas pour ma part je le suis.

La tache de Nicolas Sarkozy est donc on le voit immense dans les 9 mois qui viennent pour remonter la pente, et reconquérir un minimum de confiance. Il semble que le Président l’a compris, et qu’après une période qui consistait à nier la réalité, Sarkozy qui je vous le rappelle lis les journaux et les sondages comme nous …. , n’ignore plus rien de cette situation.

Avec l’incroyable confiance qui caractérise les hommes politiques il fait semblant de penser que tout cela n’est pas inquiétant et qu’il s’agit d’un simple phénomène d’opinion qui ne mérite pas plus d’intérêt que cela.

En réalité il prend tout cela tres au sérieux et, a en croire les « experts commentateurs » nationaux, il a mis en place avec ses conseillers une « stratégie »  qu’il pense naturellement gagnante.

Elle est simple et peut se résumer ainsi : La jouer profil bas, ne rien faire, et ne rien dire qui puisse heurter l’opinion pour paraitre plus rassembleur et plus consensuel. Devant l’insigne médiocrité des candidats qui seront mes concurrents le moment venu, la confiance des français reviendra « naturellement » veut croire le Président. 

C’est ce que j’appelle pour ma part la stratégie à la Chirac, qui lui a réussi (avec une chance insolente il faut dire), à tenir 12 ans avec….

 

Moi je veux bien mais tres franchement je pense que Sarkozy a tout faux.

Je ne crois pas que les français reprochent à Nicolas Sarkozy de trop agir.

De trop parler sans agir ensuite, ca oui c’est sur. Mais de trop travailler et de trop décider certainement pas.

Ce qu’ils lui reprochent c’est tout simplement de mal décider, d’avoir pris de mauvaises décisions, ou pire encore pas de décisions du tout, sur des sujets qu’il avait pourtant promis et promis encore de reformer.

Et souvent  d’ailleurs des sujets dont l’impact économique et surtout budgétaire est faible. Autrement dit ou l’argument (parfaitement recevable dans certains cas) de la crise mondiale ne tient pas. Le fonctionnement du pays au quotidien par exemple ou encore le fonctionnement de l’Etat, ce qu’il avait qualifié lui-même de « République Irréprochable » en sont les meilleurs exemples.

Du coup je ne partage pas du tout mais alors pas du tout l’optimisme de ses fameux conseillers sur le coté gagnant de cette stratégie.

Se refugier dans l’immobilisme, en imaginant que c’est l’absence de décisions et de reformes qui va réconcilier Sarkozy avec les français, je n’y crois pas.   

Pour tout dire je pense même exactement le contraire.

 

Quant a l’idée défendue ou propagée par beaucoup sur le fait que la défection de Strauss Kahn suffira à faire gagner Sarkozy car « contre Martine Aubry (ou Hollande) il ne peut pas perdre » me parait la encore une vue de l’esprit de militants UMP intoxiqués.

Et le sondage mentionné plus haut le montre me semble t-il de façon éclatante.

Soyons tres clairs. Ce que ce sondage montre c’est que Sarkozy aujourd’hui perd contre n’importe qui, et ce quel ou quelle qu’il ou elle soit.

Voila la réalité des choses.

Des lors ne rien dire et ne rien faire ne me semble pas être la meilleure idée.

Il est vrai aussi que si la ou le socialiste désigné, pense qu’il suffira d’être la, et de faire de l’anti Sarkozy primaire pour être élu, il ou elle se fout probablement le doigt dans l’œil jusqu’au coude.

En fait ce que ce sondage signifie c’est que les français ne veulent plus de Sarkozy et « ont envie » de quelqu’un d’autre.

Encore faudra t-il que ce quelqu’un d’autre leur donne un tout petit peu « envie d’avoir envie » comme chante Johnny.

Sachant que ce ne peut être avec des promesses économiques auxquelles plus personne ne croira plus jamais, il faudra que ce soit avec des engagements forts de changer la vie quotidienne des gens.

Et je suis convaincu que la Sécurité est et sera de ce point de vue la un dossier majeur. Et sur ce point de vue le PS et son candidat vont jouer gros.

Dans ce domaine comme dans bien d’autres mentionnés plus haut (le fonctionnement de l’Etat et de la République notamment) il faudra à celui ou celle qui veut être élu changer de mentalité, et de discours. L’approche purement politicienne c'est-à-dire finalement mensongère devra être laissée de coté. Impérativement

Par exemple Sarko et son gouvernement, qui a juste titre encensent la Cour des Comptes depuis des années pour « la qualité de ses travaux et l’expertise de ses conseillers » mais qui au prétexte que celle-ci souligne la dégradation de la Sécurité en France, et de fait l’échec du président dans ce domaine dont il avait fait sa marque de fabrique, devient tout d’un coup un aréopage d’imbéciles qui ne racontent que des mensonges….est la pire des façons de prendre le problème. Et enfonce d’ailleurs un peu plus Sarko et son équipe dans le rejet de l’opinion. Personne ne croit un seul instant que la Sécurité publique en France s’améliore. Et personne ne croit un instant que les statistiques bidons du gouvernement ont une quelconque valeur.

S’enfoncer dans le mensonge la mauvaise foi, et la tromperie revient à prendre les gens pour des imbéciles, et c’est tellement énorme que figurez vous …ils s’en rendent compte…

Sarkozy aura manifestement du mal à sortir de cette logique, le pouvoir rend aveugle et sourd, mais le candidat du PS qui lui sera opposé serait certainement bien inspiré de faire de son coté cette révolution culturelle.

Sinon effectivement la désillusion est possible.

 

Pour notre part si amers et déçus que nous soyons de Nicolas Sarkozy nous ne tomberons en aucun cas dans le TSS (Tout Sauf Sarkozy désormais,le S n’étant plus celui de Ségolène…) que semble montrer le sondage.

Notre déception ne se traduira en aucun cas par un blanc seing à « n’importe qui ».

Nous continuons bêtement à penser que le pouvoir peut servir à mettre en place des idées et accessoirement quelques principes.

Et donc pour ce qui nous concerne a partir de Septembre –Octobre, une fois le ou la socialiste désigné nous réaffirmons que nous contribuerons de façon précise au débat en apportant des propositions précises et concrètes dans ces domaines.

Nous y travaillons et nous le ferons le moment venu soyez en surs,  quand l’heure des débats et des projets aura enfin sonné.

 

PG 07-21

Publié dans Politique

Commenter cet article