LA REFORME DES RETRAITES SANS SON MINISTRE DE TUTELLE...

Publié le par Patrick Gouverneur

Eric Woerth est définitivement hors jeu.

A titre personnel et humain on peut d’ailleurs se demander comment le Ministre du Travail peut encore tenir.

Eric Woerth empêtré dans l’affaire qui porte son nom, en même temps que celui de la femme la plus riche de France, et empêtré surtout dans ses contradictions, ses oublis et même pour tout dire ses mensonges, est désormais comme nous le pensions, totalement discrédité.

 

Chahuté a l’Assemblée et rabaissé par les medias il est désormais boycotté par les syndicats.

Et par voie de conséquence par la presse.

Bernard Thibault de la CGT et François Chereque de la CFDT ne se privent plus d’ignorer purement et simplement l’ancien Ministre du Budget.

« On ne veut pas des histoires Bettencout au milieu de nos conversations » ont déclaré les deux hommes.

« De surcroit le dossier est clairement géré par Sarkozy, Fillon, et Soubie (Conseiller de Nicolas Sarkozy), cela ne sert donc a rien de discuter avec lui »

Charmant, mais hélas pour Woerth dramatiquement exact.

 

Pire les deux syndicalistes refusent même de dialoguer publiquement avec lui.

Arlette Chabot avait prévu pour son émission de rentrée d’organiser un grand débat (elle adore cela a fortiori si cela se termine en pugilat) entre ces protagonistes, auxquels devait s’ajouter Ségolène Royal.

La Présidente du Poitou a également refusé de débattre avec Woerth, de sorte que le débat fut mort né.

Et de débat il n’y en a pas eu.

De plus Fillon a été obligé de participer à l’émission faute de quoi les autres n’y allaient pas.

Situation irréelle s’il en est.

Quand on pense qu’il s’agit de la plus importante reforme du quinquennat c’est assez pathétique d’en arriver la.

 

Mais hélas cette situation était prévisible, en particulier des lors que Woerth fut pris en flagrant délit de mensonge.

Au passage on notera que comme souvent c’est la gestion de la vérité plus que les faits eux-mêmes qui rendent la situation impossible au mis en cause.

A nier l’évidence depuis le début, Woerth a en quelque sorte provoqué la presse, et a fini par se déconsidérer lui-même, alors même que des excuses publiques et l’invocation de « maladresses » plus que de « fautes » aurait peut être pu calmer le jeu.

 

Ce qui est terrible, c’est que cette situation navrante a eu entre autres pour conséquence qu’il n’y a pratiquement pas eu de débat public sur les retraites, pollué qu’il fut par les « aventures de Liliane B et Eric W».

 

Depuis plusieurs mois que le processus a été lancé, la reforme n’a pas pu être présentée, on peut même dire « vendue » aux français, Woerth en était incapable.

Aujourd’hui à quelques jours de son vote supposé, il n’y a pas grand monde qui y comprenne réellement quelque chose.

Disons que la majorité des gens qui sont contre ne sont pas tout à fait surs de savoir exactement pourquoi….

Et encore moins ce qu’il faudrait faire a la place

 

Cette situation Nicolas Sarkozy en porte la responsabilité. En soutenant son Ministre envers et contre tout, et en l’encourageant de surcroit dans l’ambigüité ou la dissimulation, il l’a pratiquement condamné de fait.

Et du coup le débat avec.

Mais à la réflexion avait-il d’autre choix ?

Ségolène Royal très en verve depuis la rentrée, a sa petite idée sur le sujet, et pour tout dire elle a peu être touché du doigt l’explication.

«  Je vais vous dire pourquoi le Ministre du Travail est autant protégé par le Président » a telle déclaré.

« Parce qu’aujourd’hui c’est un fusible, un bouclier. En réalité rien de ce que n’a fait Woerth n’a été fait à l’insu de Nicolas Sarkozy. S’il saute, toutes les turpitudes seront des lors reprochées a Sarkozy directement »

Pas mal vu en effectivement.

 

Des lors qu’il s’agisse de financement plus ou moins licite de la campagne Présidentielle, ou d’une demande de Légion d’honneur faites en l’espèce directement a Nicolas Sarkozy lui-même, on voit mal comment en effet Nicolas Sarkozy pourrait « ne pas être au courant », même si l’on sait que c’est la caractéristique principale des responsables politiques, qui gèrent toujours par délégation….

Il n’y a guère que sur les faveurs (éventuelles et non démontrées) accordées à Liliane Bettencourt qu’il pourrait plaider l’ignorance.

 

Toujours est il que c’est un fait Eric Woerth est totalement hors jeu.

Imaginer simplement la même situation dans une entreprise entre les syndicats et le DRH ?

Cela ne durerait pas longtemps.

 

Et finalement tout cela pour quoi ?

Le Président est de toute manière en première ligne.

Alors l’intérêt de la manip ?

 

Passons a un autre registre, en théorie parfaitement éloigné de la reforme des retraites, mais sur lequel je ne peux m’empêcher de m’interroger.

La Présidente du Conseil General, et Député des Alpes Maritimes, Sylvie Andrieux a été mise en examen pour détournement de fonds publics.

Remarquez il ne s’agit que d’un  peu moins que d’1 millions d’euros, une broutille.

Pas de quoi en faire une pendule apparemment.

Petit point de détail, Sylvie Andrieux est socialiste, et une demi-douzaine de ses « collègues »  ont été mis en examen eux aussi…

En outre Michel Vauzelle, Président lui aussi socialiste, mais  de la Région PACA a été entendu par les flics dans le cadre de la même affaire.

Entendu en temps que « témoin assiste »…

Temoin assisté c’est un statut que vous et moi n’obtiendrons jamais, c’est réservé à l’élite politique.

Pour vous et moi cela veut dire garde a vue et mise en examen en français.

Mais pas pour notre pseudo elite….

Et Michel Vauzelle en fait partie.

Ancien éphémère Ministre de la Justice il est désormais « recycle » en PACA avec succès sur le plan politique.

Et apparemment pas seulement sur le plan politique….

 

Toujours est-il, que cette enquête tentaculaire et interminable (car les juges prennent tout leur temps…) n’en finit pas de soulever des scandales et des agissements tout à fait honteux …. Et ce dans l’indifférence la plus absolue…..

 

Le silence des medias est hallucinant à tel point que je me demande si nos lecteurs expatriés ont même entendu parler de l’histoire……

Et pourtant elle est magique avec tous les ingrédients du bon petit scandale.

Les élus socialistes du Conseil General sont soupçonnés d’avoir détourné des fonds versés à des associations qui étaient  plus ou moins inexistantes, ou le cas échéant contrôlées directement par eux.

L’argent n’a pas ( apparemment) été utilisé a des fins personnelles, mais a des fins politiques en s’assurant par l’argent le soutien puis le vote de certains leaders relativement influents dans certains quartiers.

Pas joli joli donc, c’est de la triche aux élections.

 

Michel Vauzelle pourtant extrêmement discret sur le sujet a tout de même été entendu par la flicaille pendant quelques heures, avouez que cela fait désordre mes amis….

Et il se passe quoi dans la presse ?

Rien ou presque.

 

J’avoue que je ne comprends pas très bien l’indulgence de l’UMP et du gouvernement sur cette affaire.

Ce n’est pas que je sois passionné par le « je te tiens tu me tiens par la barbichette » mais tout de même….

Quand on voit ce que le PS entre autres a fait subir à Eric Woerth depuis 3 mois je m’étonne de cette « gentillesse » du pouvoir sur ce dossier.

 

Je n’ai pas d’explication à vous fournir, juste une interrogation.

Si vous en avez elles sont les bienvenues, car en politique quand il y a de quoi s’interroger ce n’est jamais bon signe….

Publié dans Politique

Commenter cet article