L'AFFAIRE KARACHI BIZARREMENT N'EST PAS ENTERREE

Publié le par Patrick Gouverneur

 

Contre toute attente, en tous cas contre la notre, l’Affaire dite de Karachi ne semble pas enterrée.

Elle revient meme à la UNE de nos chers medias à des intervalles plus ou moins réguliers.

 

Dans cette affaire comme dans quasiment toutes celles qui relèvent des ventes d’armes nous sommes convaincus qu’il ya très probablement de somptueuses magouilles…, mais comme vous le savez ce n’est pas une raison suffisante pour que cette affaire ne disparaisse pas comme les autres….

 

Non en fait, il y a deux raisons essentielles particulières à celle-ci pour lesquelles elle a du mal à être enterrée.

La première c’est que de façon tout a fait inhabituelle dans ces histoires de vente d’armes il y a la mort de 11 français parfaitement innocents.

Parfaitement étrangers à l’affaire elle-même.

D’habitude on a juste une histoire de pognon, la il y a tout de meme 11 victimes innocentes qui ont des familles, des enfants, des proches qui eux aimeraient savoir.

Et comme on les comprend.

Ce gens là ont été massacrés dans un attentat odieux le 8 Mai 2002 à Karachi en meme temps que 4 autres étrangers d’ailleurs.

L’enquête menée par le Juge Bruguière a l’époque, malgré, il l’a encore redit récemment, un manque de coopération manifeste et choquant du Pakistan, a rapidement conclu a un attentat commis par un groupe affilié a Al Qaeda.

Conclusion d’autant plus évidente que l’organisation terroriste l’a revendiqué elle même.

Jusque la, nous sommes face a des faits quasi indiscutables.

 

La ou les choses se compliquent c’est lorsque l’on se demande pourquoi ?

Pour « punir la France de son engagement en Afghanistan » prétend le Pakistan soutenu par Bruguière.

En 2007 le Juge Marc Trevidic reprend le dossier et grâce à des « informations » fort opportunes, retient une autre explication.

La France aurait été "punie " effectivement mais pour autre chose.

Pour n’avoir pas respecté ses engagements quant aux paiements de commissions sur deux marchés d’armes.

- 10% soit 80 millions d’euros sur le contrat AGOSTA , contrat de vente de 3 sous marins d’attaque justement…au Pakistan en Septembre 94.

 - et 18% !!! Soit 30 million d’euros sur le contrat SAWARI de vente de frégates (encore) a l’Arabie Saoudite conclu en Novembre 94.

Et pourquoi donc la France n’aurait-elle pas respecté ses engagements ?

 

Tout simplement parce que jacques Chirac a son arrivée a l’Elysée en 95 a interdit le paiement de ces commissions ayant de  bonnes raisons de penser qu’une bonne partie d’entre elles revenaient en France sous forme de rétro commissions et devaient être versées a des proches d’Edouard Balladur pour financer sa campagne présidentielle.

Les pakistanais furieux de ne pas toucher leur du, auraient donc « puni la France » en manipulant un groupuscule extrémiste.

Ce type de manipulation étant tout à fait classique par les Services de Renseignements, surtout l’ISI pakistanais, largement infiltré par les islamistes.

Voila le scenario du Juge Trevidic, et d’ailleurs des avocats des victimes.

 

Le malheur c’est qu’il n’arrive pas à le prouver, puisqu’on lui interdit l’accès aux dossiers permettant de savoir exactement ce qui a été payé et à qui.

Et c’est la deuxième pour ne pas dire la vraie raison pour laquelle pour une fois cette affaire n’est pas complètement enterrée.

 

Quand jacques Chirac pensait a « des proches » d’Edouard Balladur, de qui s’agit-il ?

De son Directeur de campagne par exemple…, un certain Nicolas Sarkozy.

Ce meme Nicolas Sarkozy qui était Ministre du Budget en 94 et qui donc, c’est la Loi, a du approuver le paiement des commissions et qui dans le cadre de ces 2 contrats.

Aujourd’hui, Président de la République, Nicolas Sarkozy qui avait promis la transparence sur ces affaires refuse de lever le secret défense sur les documents de ces deux contrats.

 

Vous imaginez bien qu’il n’en faut pas plus pour que la gauche et ses amis dans les médias, flairent la bonne affaire.

Au cas où Nicolas Sarkozy serait « dans le coup » ce qui a ce jour n’est pas prouvé, vous pensez qu’a deux ans des présidentielles, c’est du pain béni.

La lenteur de la justice étant ce qu’elle est, si des « choses » sortaient comme par hasard en 2011…quel heureux hasard.

Encore faut-il que de prés ou de loin, il soit mêlé à cette affaire.

Mais en étant a la fois le Ministre qui autorise (et surveille également) le paiement des commissions et un des hauts responsables de la campagne Balladur on voit mal effectivement comment il ne serait pas a tout le moins « au courant » de certaines choses.

Comme par exemple de la création et de l’existence de la Société MERCOR basé…au Panama qui était justement chargé de recevoir 4.25% du contrat…

Cette société a signé un contrat en  bonne et du forme avec…la DCN (Direction des Constructions Navales)…

En tant que Ministre du Budget il est peu probable que ce contrat lui ai « échappé ».

 

Comme par exemple au aussi du versement sur le compte de la campagne de Balladur de 10 millions de francs en billets de 500…

Edouard Balladur « ne s’en souvient pas » ; son trésorier de l’époque non plus…

Que voulez-vous, 10 millions, ca va, ca vient…

Quant à Nicolas Sarkozy, nous ne savons pas s’il s’en souvient….

Pour une raison très simple, personne ne le lui a demandé…

Formidable !

Pourtant les journalistes savent parfaitement que si Chirac avait de « bonnes raisons »  de penser que…. C’est que ces bonnes raisons s’appelaient …Dominique de Villepin qui aurait eu à sa disposition des écoutes téléphoniques fort explicites…

 

Mais ils n’ont pas plus interrogé pour autant François Léotard, pourtant en retraite de la politique, qui lui était Ministre de la Défense entre 93 et 95, et qui a signé les contrats.

Pas plus non plus que l’on a interrogé Renaud Donnadieu de Vabres, chargé de Mission auprès de Philippe Léotard et qui lui a imposé au dernier moment des « intermédiaires » pour justement « gérer » les commissions.

L’un d’entre eux, Ziad Takkiedine le dément et vient d’essayer d’interdire le livre de Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme sur l’affaire (« Le Contrat »).

Mais il a été débouté.

Donc le livre sort et l’affaire par conséquent continue.

En tout cas espérons-le.

 

Cela dit on ne peut s’empêcher d’être tout de meme abasourdi des mœurs médiatico politiques en France.

Des gens bien vivants, en bonne forme, dont certains sont encore en activité et l’un deux au plus haut niveau de l’Etat ne se voient posés aucune question sur l’affaire qui aurait éventuellement couté la vie a 11 citoyens français.

Le fait meme que ce soit « éventuellement », me semble personnellement suffisant pour une vraie Commission d’Enquêtes.

Et bien, il faut croire que non.

Je trouve cela énorme.

 

Alors il faudra donc sans doute se contenter de l’acharnement de 11 familles à comprendre « pourquoi » sont morts leurs procheS.

Publié dans Politique

Commenter cet article