L'ABSTENTION OU LE MESSAGE ADRESSE A SARKOZY

Publié le par Patrick Gouverneur

Comme prévu le scrutin des Régionales de Dimanche fut sans surprises.

En tout cas au niveau des rapports de force et du poids respectifs de chacun.

L’UMP a battu son record du plus mauvais score depuis son existence, et le P.S de son meilleur jamais obtenu.

Le Front National va éviter la faillite et sans doute élever une statue à Eric Besson pour l’avoir ainsi remis en selle, et Mélenchon se frotte les mains sur le dos de Bayrou (voir l’article précédent) puisqu’il redevient indispensable a la gauche, lui le dissident –paria…

Quant a Bayrou le béarnais justement, il aura du mal à sortir du trou dans lequel son ego et son ambition démesurée et aveugle l’ont mis.

En fait, à un poil prés (le F.N comme d’habitude) Bon Appétit Messieurs, vous avait tout dit avant.

Normal, ce n’était pas très difficile puisque nous vous l’avions déjà dit, les sondages ne se trompent jamais…

Enfin presque… sarko_bras_ouverts_resigne_2006.jpg

 

En fait ils ont toujours du mal à déceler ce que cachent les sondés, a savoir le vote protestation dans l’isoloir.

C’est toujours le cas avec le F.N et désormais c’est le cas avec l’abstention.

Qui atteint presque 54%, du jamais vu.

Encore un nouveau record et cela, les sondages ne l’avaient pas vu, en tout cas pas a ce point, mais leur technique de questionnement l’explique.

On teste les opinions, pas les humeurs…

Du coup c’est le véritable et le plus important (dans tous les sens du mot) chiffre de la soirée.

Il mérite donc que l’on s’y attarde.

 

L’abstention « naturelle » en France est de 25 / 30%.

En deca, comme en 2007 c’est une mobilisation exceptionnelle.

Au delà, cette abstention a une signification politique.

 

Celle-ci, à 54% pulvérise tous les records.

A ma connaissance (dites moi si je me trompe) je crois que c’est la première fois  dans l’histoire de France que le nombre de ceux qui votent est inferieur au nombre de ceux qui n’ont pas voté.

Ce n’est tout de meme pas rien…..

 

A partir de la, les acteurs de la vie politique française seraient tous bien inspirés de bien analyser ce phénomène, et de ne pas se tromper ce faisant dans la perspective de l’élection de 2012 qui les intéresse tous. Et nous avec.

Car ne nous y trompons pas l’abstention c’est toujours un vote.

Et a ce niveau la c’est un formidable message qui est envoyé.

Le malheur c’est qu’en règle générale pour entendre les messages, surtout ceux qui ne les arrangent pas, les politiciens ont une fâcheuse tendance à la surdité…

 

Mais pour le coup ils feraient bien de s’acheter un appareil !

 

La Gauche, par exemple, le P.S en tête, ferait bien de ne pas imaginer qu’ils représentent 58% des voix dans le pays.

Car ce fut le cas hier certes…mais des votants.

 

 

Il me semble utile de rappeler quelques évidences arithmétiques… qui devraient calmer les enthousiasmes socialistes.

58% de 46% de votants cela fait à peine 27%.

Vous me direz que 42% cela ne fait guère que 19%.

Mais cela veut dire aussi que les « grands vainqueurs », mais aussi « le grand vaincu » du scrutin d’hier seraient bienvenus de faire très attention a ce qu’ils racontent, et plus encore a ce qu’ils décident pour l’avenir.

 

Si  l’on veut bien considérer, et c’est notre analyse, que

20% représente une abstention normale,

que 10% représente l’abstention des jeunes et de l’extrême gauche (c’est souvent la meme chose mais pas toujours…) un peu plus importante pour ce type de scrutin,

il reste presque 25% du corps électoral qui a décidé de ne pas voter.

Ces 25%, c’est 5 à 6 millions de votes.

Or personne ne conteste je crois, que l’immense majorité de ces 25% (sans doute 70% d’entre eux) sont ou plutôt étaient des électeurs de Nicolas Sarkozy en 2007.

Alors faites les additions et vous en conclurez me semble t-il comme nous qu’il serait très imprudent pour ne pas dire plus, d’extrapoler ces résultats a l’élection de 2012.

 

Reste que pour Nicolas Sarkozy elle est mal barrée.

Extrêmement mal barrée.

On ne passe pas de 60 à 30% d’opinions favorables sans qu’à un moment cela se traduise dans les urnes.

Mal barrée certes mais pas forcement perdue d’avance.

A charge pour lui de ne pas se tromper dans l’analyse et surtout dans les enseignements à retirer du scrutin.

Car il ne fait évidemment aucun doute que le grand perdant de la soirée c’est lui.

Nicolas Sarkozy a pris une baffe redoutable Dimanche et depuis il a certainement les oreilles rouges….et il les aura encore Dimanche prochain car les abstentionnistes ne changeront pas d’avis en 8 jours.

 

 

Vous allez sans doute entendre et lire un paquet d’âneries sur le pourquoi du comment de ces abstentions.

Cela a déjà commencé d’ailleurs.

Il parait que ces élections « n’intéressent pas les gens » ou que le mode de scrutin « est trop compliqué ».

Chacun sait que les provinciaux ne s’intéressent pas à leurs régions, c’est bien connu… et les français sont tellement idiots, c’est bien connu aussi, qu’ils ne comprennent rien donc ils ne votent pas.

Espérons que ce mépris parisien et microcosmique n’arrivera pas jusqu'à l ’Elysée.

Espérons que les têtes pensantes de l’Elysée, et surtout son locataire s’interrogeront avec honnêteté et intelligence sur les raisons pour lesquelles 15 % d’électeurs l’ont « lâché ».

Sans parler des quelques 8% qui ont renoué avec leurs anciens amours « coupables » avec le Front National.

Surtout que Nicolas Sarkozy ne se trompe pas, ces gens la ne sont pas des « pécheurs a la ligne qui s’en foutent », au contraire.

En s’abstenant ils ont exprimé un message.

Pour ne rien vous cacher mes amis, si j’avais pu (ou du…) voter je me serais abstenu et j’aurais fait partie de ces 54%.

Comme je l’ai fais à partir de 1995 et pendant  12 ans jusqu'à ce qu’un petit bonhomme bourré de tics me ramène vers l’isoloir et les bureaux de vote avec un discours « différent ».

Un discours nouveau avec des promesses de « rupture ».

Alors tous ces gens qui l’ont lâché en 3 ans ils pensent sérieusement que Le Pen peut être Président ?

Ou ils ne s’intéressent plus tout d’un coup à la politique ?

Soyons sérieux.

Ils disent tout simplement a Sarkozy : Apres presque 3 ans le compte n’y est pas

 

Bien sur diront certains que la situation économique n’aide pas.

Bien sur que beaucoup de gens souffrent tous les jours, et cela n’aide pas le pouvoir en place.

Mais au moment du vote je crois très sincèrement que personne d’honnête et de sérieux ne peut reprocher à Sarkozy de ne pas faire 2,5% de croissance, de ne pas descendre en dessous de 10% de chômage ou de crever le plafond de la dette.

Il suffit de regarder ce que font les autres pays face à cette crise, et très franchement et très honnêtement il n’est pas douteux qu’il n’y est pas pour grand-chose….

Dans l’océan de critiques et d’accusations qui lui tombent dessus, c’est la plus injuste et de loin.

Or c’est la critique majeure de la gauche et du PS et je ne suis pas convaincu loin s’en faut que les électeurs y adhérent sérieusement.

En tout cas pas ces abstentionnistes et les « fascistes du Front National » sinon ils auraient voté PS…. ils ne se seraient pas abstenus

Ca parait une évidence.

 

Pour ce qui nous concerne a Bon Appétit Messieurs nous avons envie de dire aux grands stratèges de l’Elysée, que la seule chance, si elle existe, d’éviter le carnage en 2012 c’est que

Sarkozy redevienne Sarkozy.

Qu’il en revienne a son programme qui a conduit 53% des français à voter pour lui avec ce jour la une participation record.

 

Qu’il revienne à ses promesses et a son discours de campagne.

Qu’il revienne à ses premiers mois de Présidence, avec son départ en fanfare, son enthousiasme et sa volonté réelle de changer les choses.

Le bling bling et les ray ban ?

Bon une sale période qu’il traine comme un boulet mais qui est derrière lui. De ce point de vue il a changé reconnaissons le.

Et puis vous savez beaucoup d’entre nous sont capables de faire la part des choses, le distinguo entre le fonds et la forme. Et la majorité des français aussi j’en suis convaincu.

 

Sans compter que j’ajouterais que j’ai voté Sarkozy, comme chacun sait ici, en 2007, mais je n’ai jamais aimé le bonhomme.

Il n’est pas arrivé de nulle part en 2007, il était dans la politique depuis 20 ans et il n’a jamais engendré chez moi une sympathie particulière.

Simplement de la confiance et de l’espoir, ce qui est autrement plus important que de la sympathie, meme si je ne conteste pas que cela ne nuit pas en démocratie…..

Sarkozy a la chance, on l’a dit ici mille fois,  jusqu'à la preuve du contraire « de n’avoir pas grand-chose en face », alors qu’il en profite.

Qu’il cesse ses coups marketing permanents, ses reculades que l’on essaye de faire passer pour des « habiletés », qu’il cesse les effets d’annonce et les manœuvres.

Tout ce qui nous ramène a ses prédécesseurs à juste titre tant décriés.

Qu’il cesse de tolérer si ce n’est d’encourager les travers de la politique française, massivement rejetée par ces 54% d’abstentions...

Qu’il cesse de laisser dire et penser que la « gauche et la droite, c’est pareil »…

Adage populaire conforté par une campagne consternante, et une presse qui ne s’intéresse qu’aux petites phrases et aux attaques personnelles.

Qu’il commence par mettre fin a ce scandale absolu des députés gagnant 16 000 euros/mois et qui sont toujours « occupés  a autre chose »

Qu’il cesse d’encourager 8 Ministres de la République a se présenter a des fonctions régionales ( sans pour autant démissionner bien sur avant de connaitre le résultat…) en laissant les affaires de leurs ministères gérés par leur Directeur de cabinet….

 

Comment ces gens la peuvent-ils être pris au sérieux et le Premier d’entre eux en tête ?

C’est véritablement prendre les français pour des demeurés mentaux absolus que d’imaginer que les gens ne voient pas tout cela…

 

Que Sarkozy le comprenne et agisse en revenant a la « rupture », la vraie, pas celle des mots.

Pas celle des « lois marketing bidons » sur la pub a la télévision, la taxe carbone ou je ne sais quel autre gadget.

Non la vraie rupture.

Celle qui touche la France et ses archaïsmes en profondeur, et qui ne coute pas forcement cher, autrement dit ou les excuses budgétaires ne sont pas acceptables.

Par exemple au lieu de voir les Ministres faire les marchés le Dimanche pour prendre des baffes électorales, peut être seraient il mieux inspirés de gérer leur administration respective ?

De sanctionner les fonctionnaires qui commettent des « disfonctionnements » ou encore de chasser le moindre euro de gaspillage en argent public ?

Comme le fait n’importe quel chef d’entreprise de PME.

Plutôt que de voter sans cesse des lois nouvelles a l’intérêt souvent discutable peut être pourraient ils s’occuper de faire en sorte que les lois existantes soient appliquées ?

Avec là encore les sanctions adéquates le cas échéant.

 

Les mesures suivant le débat sur l’Identité Nationale (voir notre article), ou en sommes nous ?

On a commandé les drapeaux pour les mettre sur les écoles ?

Ou on est encore dans un effet d’annonce…. ?

 

Améliorer l’école et mettre en place une vraie rupture avec l’archaïsme de l’éducation Nationale, est ce que cela ne passe pas d’abord par les programmes, le savoir, la connaissance le respect des valeurs et des individus, autant d’aspects qui ne sont pas que je sache « budgétaires »…

La libéralisation du commerce en France, et accessoirement des prix à la consommation non plus….

Le dérèglement des professions monopolistiques et protégées, pas plus…..

Le programme Sarkozy de 2007 en fait.

 

Les propositions Attali à commencer avec les 25 principales d’entre elles dont nous avons rappellé il y quelques jours a peine qu’a peine 4 ont été mises en œuvre.

Qu’il retrouve la volonté et le courage politique, la volonté de rupture en mettant en place une infinité de mesures qui ne coutent rien ou presque et pour lesquelles donc l’excuse budgétaire n’en est pas une.

 

Et vous verrez qu’alors peut-être dans ces conditions les abstentionnistes lui pardonneront la croissance en sommeil ou le chômage en hausse.

 

Mais si l’heure est à la « pause » et le retour aux grandes heures de Chirac et de son prédécesseur qui consiste à faire du « pas de vague » un mode de gouvernement et bien les abstentionnistes le resteront…

 

Et la suite désormais, vous la connaissez, en 2012 Martine Aubry ou Ségolène Royal seront Président de la République….

 

Exciting non ?

Publié dans Politique

Commenter cet article

JEAN PAUL 16/04/2010 20:24


Monsieur Patrick votre raisonnement est certes coherent et vos arguments largement indiscutables. Je trouve en particulier tres pertinent votre comparaison avec Bush sur le cote spirale de l'echec.
D'ailleurs les derniers sondages semblent vous donner raison, on ne sait plus ou cela va finir.... En meme temps je suis d'accord aussi avec les commentaires ci dessus. Il peut se passer des choses
en 2 ans y compris des erreurs imprevisibles des "autres". Il est exact que le passe est la pour nous le rappeller. Il est exact aussi que Martine Aubry n'a pas un charisme degoulinant et que l'on
a du mal a imaginer qu'elle suscite un enthousiasme delirant de la part du corps electoral. D'une certaine maniere les deux lecteurs qui m'ont precede disent un peu la meme chose, Sarkozy peut
gagner par defaut...ou par rejet des autres pour peu qu'il fasse un tout petit mieux ce qui ne devrait pas etre trop dur que ce qu'il fait depuis presque 1 an... Pour autant il est evident que sa
situation est sacrement compliquee et qu on a l'impression qu'il n'a plus de prise sur les evenements Pour tout vous dire le mot qui me vient en premier a l'esprit c'est le mot GACHIS


PATRICK GOUVERNEUR 22/03/2010 23:41



C'est un point de vue tres interessant Nathalie alors je vous reponds sur le blog.

Merci de votre contribution a tous




NATHALIE 20/03/2010 16:19


Article effectivement tres interessant.
Votre analyse est indiscutable , le message est adresse a Sarkozy c'est une evidence.
Par contre la conclusion je ne suis pas sure que vous ayez raison.
Votre vision de l'insufisnce des reformes est une vision de l'etranger. Je vous rassure moi aussi je ne vis pas en France et je suis d'accord avec vous. Mais je ne suis pas certaine que les
francais pensent ainsi.
Ils sont tellement enfermes dans leur conservatisme et leurs petits privileges individuels qu'ils sont peut etre demandeur de la fameuse pause dont on a bien compris que cela consiste a ne rien
faire!!!
Et si c'etait cela ce que veulent les francais?
C'est mon sentiment a la lumiere de mes nombreux voyages a Paris...
Que ceux qui ne sont pas d'accord me contredisent


jean paul 19/03/2010 12:46


Exact c'est un tres bon papier avec une analyse comme toujours pertinente et originale.
Mais ce que j'aime particulierement c'est votre souhait de voir des Ministres ADMINISTRER
Je crois que l'on insiste pas assez la dessus. C'est tout de meme le veritable et premier boulot des Ministres .
Gerer leur administration, y chercher les abus, les gachis et faire des economies.
Qui en parle?
La deuxieme chose c'est que ayant habite moi meme originaire de la banlieue de Toulouse je peux attester de ce que pensent les provinciaux  quand ils voient ces Ministres parisiens debarquer
de nulle part pour chercher un poste en province....
je sais ce qu'ils pensent...rien de bien
alors que ces pratiques cessent egalement et le pouvoir en place ne ramassera peut etre pas de telles gamelles aux elections


pierre baetz 19/03/2010 04:28



Ce qui me peraît le plus intéressant c'est qu'en reconduisant les sortants même avec l'abstention, c'est que les Français veulent bien d'une gauche gestionnaire, une gauche de droite en quelque
sorte, mais si cette gauche croit pouvoir l'emporter en promettant les grandes idéologies traditionnelles appuyées par Mélanchon, ça! ce n'est pas gagné d'avance. Pas impossible que la droite
souhaite bon vent à la gauche pour se retrouver dans la peau de Papandréou et ce sera intéressant de voir comment la gauche fait avec la dette laissée par la droite, en général ce fut l'inverse.
Difficile de mobiliser en 2012 puisque de toutes façons, les impôts seront augmentés à la sortie (vous croyez vraiment pouvoir rendre l'éducation plus efficace et moins chère avec ses bataillons
d'idéologues syndiqués qui savent très bien mettre les mômes dans la rue?)
Le triangle infernal, Carla la gauche caviar, Guaino pour qui le bénéfice est du vol et Guéant dont le seul souci est de maintenir la fonction publique, entraîne les imbécillités présidentielles
de l'ouverture de plus en plus maladroite. Migaud, c'était de trop.