ENCORE UNE EXCEPTION FRANCAISE AGACANTE

Publié le par Patrick Gouverneur

La France est le pays des grèves et des manifs.

Chacun sait, singulièrement ceux qui vivent à l’étranger, qu’au même titre que la baguette, l’accordéon et le béret c’est le stéréotype réducteur que nous trainons.

Si les clichés du cinéma hollywoodien ne correspondent plus a la réalité et relèvent désormais plus de l’humour qu’autre chose, le boulet des grèves et des manifs reste par contre une image plus préoccupante, car elle correspond hélas a une réalité.

Même s’il convient de noter au passage une évolution très nette sur le sujet, car un jour de grève desormais ne paralyse plus tout le pays, le service minimum est une réalité, et Nicolas Sarkozy doit en être crédité.

Les gens, en particulier les non grévistes ne sont plus empêchés d’aller travailler, il y a des transports en commun, en nombre réduit certes, mais suffisamment pour que le pays ne soit pas paralysé.

 

C’est la moindre des choses me direz vous….

Peut être mais il est bon de le signaler, car on se souvient qu’avant 2007 quelques centaines de milliers de fonctionnaires terrorisaient au premier sens du mot la majorité silencieuse, et prenait la France en otage a la moindre occasion.

 

 

Reste que la politique de la rue demeure une exception largement française, d’ailleurs pas tres facile a expliquer.

Survivance du passé ?

Tradition politique ou incapacité à débattre démocratiquement dans les instances prévues pour cela ?

Un peu tout cela sans doute, auquel le consternant spectacle du Parlement oscillant entre obstruction stupide et absentéisme honteux n’arrange rien.

La discipline de vote aveugle des parlementaires par exemple est la cerise sur le gâteau, car elle interdit comme par exemple aux Etats-Unis a certains de changer de camp au gré des projets de Loi en conservant leur liberté d’opinion et de vote.

Des lors l’opposition pense volontiers que seul la grève et la manif est le seul moyen de « faire entendre sa voix »

 

Donc sur toutes les grandes questions qui font débat dans l’opinion, au lieu d’imaginer un compromis politique intelligent, les français descendent dans la rue pour  exprimer leur opinion et plus encore leur colère, afin de « faire reculer le gouvernement ».

Et comme chacun sait souvent ca marche.

 

 

Des lors l’importance de la foule mobilisée et le nombre de personnes qui ont ainsi voulu s’exprimer est reelle puisqu’il a clairement une signification politique, en France plus qu’ailleurs.

Et il se trouve que précisément ce chiffre est quasiment impossible à obtenir de façon objective et indiscutable.

La farce vieille comme la France du nombre de manifestants « selon les organisateurs » et « selon la police » non seulement se perpétue mais on a l’impression s’aggrave.

A l’occasion de ces deux premières grandes journées de grève et de manifs contre la reforme des retraites on a touché le fonds du ridicule.

Pour la journée du 23 Septembre les syndicats ont en effet triomphalement annoncé 3 millions de manifestants, quand la police en annonçait 997 000 !!!!!

Notez au passage la précision quasi comptable du 997 000……..

 

Mais franchement de 1 a 3 cela nous semble au delà du ridicule.

Que les syndicats ou les organisateurs quels qu’ils soient, aient envie de « promouvoir » leur événement c’est compréhensible, que la police veuille a tout prix faire plaisir a son autorité de tutelle, ca l’est déjà moins, mais en tout état de cause ces distorsions de comptage et pour tout dire ce petit jeu politico-politicien est exaspérant.

 

Et pour tout dire nous sommes de ceux qui pensent qu’il devrait cesser.

Il serait temps que les techniques de comptage connues de tous et techniquement dénoncées par personne soient mises en place sous la houlette d’une Administration indépendante du pouvoir politique et que cette farce cesse.

 

La politique de la rue c’est déjà un peu archaïque, mais si de surcroit on se base sur des chiffres contestés pour ne pas dire contestables, cela devient une réelle absurdité.  

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article