DU BON USAGE DES SONDAGES... L'HONNETETE DES INTERPRETATIONS EST UN MINIMUM

Publié le par Patrick Gouverneur

Rassurez vous je n’ai pas change d’opinion sur les sondages. Je suis toujours de ceux qui pensent sans l’ombre d’une hésitation qu’ils ne se trompent pas dans la photographie qu’ils donnent au moment ou ils sont effectués.

Pour être tout à fait complet je suis également parfaitement convaincu de l’honnêteté des sondeurs, mais par contre pas du tout de ceux qui les commandent.

Je m’explique.

 

Depuis quelques semaines les sondages se multiplient et vont tous dans le même sens, Nicolas Sarkozy est au coude a coude avec Marine Le Pen dans les intentions de votes pour le premier tour des Présidentielles et peut donc être éliminé du deuxième pour ce qui serait le fameux « 21 Avril a l’envers » qui semble être en l’espèce le fantasme de nos chers medias.

Pourquoi dis-je cela ?

 

Quand un sondage est réalisé par un des Instituts présents sur le marché, c’est qu’il est commandé par un media quelconque. Ou par plusieurs car ils se mettent en pool pour limiter les coups.

Si le sondage est commandé par un Parti et a fortiori par un privé, il est confidentiel et il n’est pas publié.

On ne parlera naturellement que des premiers.

Deuxième élément essentiel à bien prendre en compte, c’est celui qui commande le sondage qui établit les questions.

L’Institut retenu n’est responsable que des résultats, il n’est ni responsable des questions posées, ni des interprétations qui en sont faites (à moins qu’on lui demande mais c’est rarement les cas), c’est le media et son équipe de rédaction qui assume ses commentaires et ses conclusions.

Cette évidence est utile a rappeler dans le cas présent, car tous ces sondages qui se sont succédés depuis quelques semaines ont tous fait l’objet d’interprétations et surtout de titres a la UNE sur le thème « Sarkozy éliminé des le premier tour dans tous les cas de figure ».

Je ne dis pas que ce n’est pas exact, mais je tiens à vous alerter sur le fait que c’est exact compte tenu de certaines hypothèses, et ces hypotheses encore une fois sont envisagées par le media client.

Hypothèse quant au candidat socialiste, ce qui se conçoit puisque le moins que l’on puisse dire est qu’il règne une incertitude… mais hypothèse aussi quant aux autres candidatures de droite.

Tous ces sondages ont « supposé » que Dominique de Villepin se présentait et soit Jean Louis Borloo soit Jean Louis Morin également.

Pourquoi pas.

Ces medias ont le droit de considérer que ces candidatures sont probables, car il est exact en effet qu’elles sont possibles.

Mais du coup considerer et titrer que Nicolas Sarkozy est ou peut être éliminé des le premier tour est un jugement incomplet et du coup suspect.

Villepin, Borloo ou Morin ne font pas des miracles, ils réalisent tous ensemble à peine 8%. Mais ces 8% indiscutablement coutent très cher à Sarkozy puisque tout simplement ils lui manquent pour être au deuxième tour.

Autrement dit s’ils ne se présentaient pas l’hypothèse du « 21 Avril a l’envers », de mon point de vue ne se poserait pas.

A partir de ce qui me semblent être des faits indiscutables que peut-on dire ?

 

D’abord que la moindre des honnêtetés aurait consisté à le dire, en mentionnant ces hypothèses. Or la presse dans sa quasi totalité a ma connaissance ne l’a pas fait elle a titré la conclusion en général avec 3 scores et 3 photos celle de Sarkozy, de Marine Le Pen et du candidat socialiste. Et lorsque la presse n’est pas honnête…il n’y a pas de hasard. A fortiori quand  tous les medias le sont…

 

Cet oubli est tout de même tristement révélateur et je tenais à le dénoncer.

 

 

Pour autant cette mise au point étant faite, les résultats de tous ces sondages, et la photographie politique qu’ils révèlent reste parfaitement clair sur le fond pour Nicolas Sarkozy.

Le moins que l’on puisse dire c’est que l’affaire est fort mal engagée et que redresser la barre est pour lui un challenge impossible.

Pour éventuellement y parvenir,  il a rien que cela, 3 problèmes majeurs à résoudre dans les 8 ou 9 mois  qui viennent, car après ce sera trop tard.

 

1-      Il y a un indiscutable transfert de voix de ses électeurs de 2007 vers Marine Le Pen.

Il en est visiblement conscient, mais je doute fort que la méthode apparemment utilisée soit la bonne. Je persiste et signe à penser qu’endosser ou reprendre a son compte les thèmes de Marine Le Pen ne sert a rien, est même contre productif (on le voit bien) et que la seule méthode qui marchera et qui ramènera dans le « droit chemin » les électeurs qui sont partis c’est l’action et des décisions.

Apres 4 ans de débats, de discours de colloques et de je ne sais quoi encore, tout le monde est lassé.

Quand j’entends a longueur de débats à la télé ou à la radio que « on a un problème dans les hôpitaux, dans les piscines, avec les programmes d’histoire à l’école, avec ceux qui prient dans la rue ou avec le respect du drapeau français j’en passe et des meilleures… » cela en serait presque risible à la longue.

Tout cela dont on sait que cela exaspère ( a juste titre) les gens, ne relève pas du discours, et ni même de Lois polémiques dont les décrets ne sont même pas écrits, cela relève de la volonté et du courage politique qui consiste a prendre des décisions et a faire appliquer les Lois existantes avec lesquelles l’immense majorité des français est d’accord.

S’il ne comprend pas cela, ses conseillers avec, et l’UMP en prime, effectivement la tendance ne s’inversera pas bien au contraire.

 

2 – Nicolas Sarkozy a une deuxième urgence, dont mes propos initiaux ont montré l’évidence, c’est de faire en sorte qu’il n’y ait pas d’autres candidatures de Droite, si l’on veut bien considérer que François Bayrou est à la marge.

Concrètement cela veut dire convaincre Villepin Borloo et Morin de ne pas se présenter.

C’est faisable.

Ces gens la regardent les sondages comme vous et moi. Cela ne me semble pas particulièrement excitant de faire 5% des voix dans le meilleur des scenarios               (n’oubliez pas qu’un vote n’est plus un sondage, et que le vote utile joue à fond).

Que l’on le veuille ou non l’ego en prend un coup.

Une candidature pour « figurer » a un intérêt très relatif, et peut être vaut-il mieux négocier son retrait.

On connait la méthode, l’argent et le pouvoir.

Des postes, des responsabilités et des budgets à gérer, on a rien inventé de mieux, et faites-moi confiance Sarkozy va essayer.

On ajoutera que ces gens la n’ont pas de Parti, pas de troupes et pas d’argent, ce qui n’est guère réjouissant pour faire une campagne.

Avec Villepin ce sera plus dur me direz vous ?

Certes.

Mais en politique on a vu des réconciliations plus étonnantes.

Cela dit des 3 cités,  Villepin est certainement le cas le plus compliqué, je vous l’accorde.

Mais il a aussi de très gros risques pour son avenir politique ce qui seul l’intéresse.

Si il fait perdre Sarkozy des le premier tour il portera une lourde responsabilité, et il n’est pas sur que la Droite lui pardonne. (voir Chevènement en 2002).

Si Sarkozy est éliminé du deuxième tour et que le candidat de gauche (pour le coup n’importe lequel) est élu je le vois mal récupérer toute cuite la Droite et l’UMP.

Il devra porter sa « trahison » comme un boulet.

 

A contrario si Sarkozy est au deuxième tour mais perd, il est plus en situation de « recours » et peut jouer sa carte a fortiori si l’UMP éclate a l’occasion des Législatives, ce qui est plus que possible, car certains Députes ne laisseront pas s’abstenir les électeurs du Front pour sauver leur boulot a 16 000 euros par mois.

Par conséquent pour lui aussi un retrait « négocié » a un sens, même si je sais bien que « l’immense affection » qu’il porte a Nicolas Sarkozy lui dicte tous les matins le contraire.

Affaire donc à suivre, mais pour Sarkozy la stratégie me semble évidente.

 

 

3 – Le troisième challenge pour le Président est à la fois le plus crucial et de loin le plus compliqué. C’est celui qui consiste non pas à sortir de premier tour mais à gagner le deuxième.

Il y a quelque chose de surréaliste en effet a écrire a 12 mois de l’élection la plus grande partie d’un article pour s’interroger de savoir comment le Président sortant peut être au deuxième tour….

Car en admettant que Sarkozy remplisse brillement ses deux premiers challenges il lui restera le plus difficile : comment atteindre 51% ?

Sur le fond la solution s’il en a une c’est la même que pour son problème avec Marine Le Pen, c’est de l’action et des décisions. Pas seulement cette fois sur l’insécurité ou l’intégration des immigrés, mais sur l’économie.

Sur l’emploi, mais plus encore sur le pouvoir d’achat, sur les salaires, sur les loyers sur ce qui touche le quotidien des gens et leur vie de tous les jours.

Vaste programme.

Car redresser sa cote de popularité pour Sarkozy ne passe pas par des « attitudes » ou des « comportements » qui lui ont été tant reprochés, c’est trop tard beaucoup trop tard.

Cela passera par des actes et uniquement par cela.

La confiance est perdue et il faut la retrouver.

Et encore doit-il espérer que Strauss-Kahn décide de renoncer… sinon la mission est impossible.

Même le meilleur Armstrong ne peut pas reprendre 4 minutes à Contador au pied de l’Alpe d’Huez…

Tout est possible ?

C’est vrai PSG peut mettre 4-0 a Barcelone…

Tout est possible.

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

philippe 03/04/2011 18:34



j'aime decidement bien votre blog car vous avez le chic de poser les problemes avant tout le
monde                                                                                                                                    
deja sur les alliances a droite entre le Front National et l'UMP vous avez raison mais suggerrer que les Ministres la bouclent et se mettent au travail c'est une evidence que l'on n'entend pas
assez



julien 02/04/2011 18:49



EXCELLENT !!!!!!!!



le beauf 02/04/2011 12:18



It would
be sure that the PSG could easily beat Barcelona 4-0 if Messi and three of his team.mates were the proud holders of four red cards in the the first 10 minutes of the
game.....so if Dominique de Villepin , Jean Louis Borloo
 and Jean Louis Morin decide to renounce and Strauss-Kahn
gets caught in bed with Marine Le Pen and Segolene, the
mission will become possible for SARKO.