CONFLIT D'INTERETS ? LA ROUTE EST ENCORE LONGUE

Publié le par Patrick Gouverneur

Pour les hommes politiques français la notion de Conflit d’intérêts reste extrêmement confuse.

A tout le moins font-ils semblant.

Le Président qui fait semblant lui aussi d’avoir mis le doigt sur cette notion a l’occasion de l’Affaire Woerth-Bettencourt, alors même qu’elle est évidente chez les anglo-saxons et singulièrement les américains depuis toujours, a demandé a Jean Marc Sauvé Vice Président du Conseil d’Etat de lui préparer un Rapport sur le sujet.

 

Il apparait désormais que lorsqu’on demande un Rapport a des experts, et bien figurez vous qu’ils le font, et plutôt vite.

Celui-ci n’a pas échappé à cette nouvelle règle et le Rapport lui a donc été remis la semaine dernier, avec des propositions fort intéressantes.

Comme par exemple l’obligation pour les responsables politiques de déclarer a une Commission spécialement en charge du problème ses intérêts financiers et professionnels.

Intérêts personnels mais aussi ceux de ses ascendants et descendants…

Une vraie révolution en fait.

 

Plus intéressant encore la Commission Sauvé précise que ses déclarations  ne devraient pas être effectuées seulement pas les plus hauts responsables comme les Ministres mais aussi par toutes leurs équipes.

En réalité ils estiment à près de 5000 personnes la population concernée.

Hauts fonctionnaires, membres des cabinets ministériels, conseillers divers et variés, fonctionnaires des collectivités locales, en gros tous les décisionnaires de fonds publics. La Commission a ratissé large, et vous ne serez évidemment pas surpris qu’à Bon Appétit Messieurs nous nous en félicitions puisque cela correspond en tous points à ce que nous disons depuis des années.

 

D’autant que pour arranger le tout Jean Marc Sauvé et ses collègues pointent en outre du doigt le cumul des mandats.

Aie ils s’attaquent au tabou de politique française…

«  Source éventuels de conflits » précisent-ils, comme par exemple entre les intérêts nationaux et les intérêts locaux.

 

Autrement dit un vrai travail de réflexion qui débouche sur des propositions innovantes.

 

Du coup la vraie question qui se pose désormais c’est que va –t-il se passer avec ce rapport ?

Placard ? poubelle ? ou mise en place de mesures concrètes ?

Le Président a remercié les auteurs du Rapport (il est bien élevé quoiqu’en dise la presse…) mais n’a pas fait trop de commentaires.

Par contre François Fillon a déclaré que « tout n’était pas bon » et Jean Francois Copé s’est déclaré pour sa part « réservé », voila qui n’est pas de bonne augure.

Ca sent même très fort le placard…

Le Parti Socialiste que l’on aurait pu imaginer prompt à saisir le sujet à bras le corps, n’a pas jugé qu’il était très important, car… à ma connaissance il n’a rien dit. Pas de rections officielles, en tout cas elles m’ont échappé…

Pour le moins curieux mais c’est comme cela.

 

Quant a nos chers medias, après s’être un tout petit peu excités pendant 48 heures, la bulle a vire explosé et l’affaire n’en est déjà plus une.

Naturellement ils devraient faire preuve de vigilance pour vérifier que dans quelques semaines ou quelques mois des mesures concrètes sont mises en place… et qu’elles soient naturellement votées a l’unanimité au Parlement tant le problème dépasse bien   évidemment le cadre des Partis politiques…

Tu parles.

 

Si comme c’est probable ils « oublient » le dossier, rassurez vous ce ne sera pas notre cas et nous vous donnerons naturellement l’issue du sort réservé a cet intéressant travail.

 

Publié dans Politique

Commenter cet article