ADP-ROISSY ..PAROLES PAROLES ?

Publié le par Patrick Gouverneur

A nos yeux il y avait déjà dans l’actualité une affaire en train de prendre dangereusement une tournure de farce absolue, c’est celle naturellement celle de Karachi, qui de toute évidence est en train de rejoindre au Panthéon des enterrements de première classe, le top du top, celle de l’UIMM.

L’UIMM qui restera dans l’histoire, quoi qu’il arrive comme LE modèle du genre.

Hélas une autre est en train apparemment de suivre le même chemin, c’est celle de l’affaire ADP – Air France. Enfin le qualificatif d’Affaire est excessif puisque ce n’en est semble-t-il déjà plus une.

Affaire certes pas de la même nature mais tout aussi importante si ce n’est plus au niveau de la vie quotidienne des gens.

 

Pourtant lorsque nous en avions parlé il y a quelques jours, nous formulions les plus grands espoirs, pour vous dire la vérité.

En effet, le coup de gueule de Nathalie Kosciusko-Morizet, sur instructions de Sarko semble-t-il nous avait bien plu.

A ma connaissance, c’était même la première fois que les pouvoirs publics se penchaient vraiment et avec force sur ce scandale, qui n’est pourtant pas nouveau, de la façon dont sont globalement traités les passagers des compagnies aériennes et usagers des aéroports (puisqu’il est évidemment délicat d’utiliser l’un sans l’autre…).

Si il y a bien une situation qui touche ou qui a touché au moins une fois tout le monde, c’est bien celle la.

Qui n’a pas été au moins une fois retardé, ou dérouté, et qui du coup n’a pas été au moins une fois concerné par le phénoménal service client de ces gens la ?

On peut d’ailleurs généraliser car hélas Air France n’a pas le monopole la dessus, ils sont tous pareils a l’exception des compagnies asiatiques.

 

Il est vrai que cette fois nous étions, ou plutôt ils étaient, face a une situation exceptionnelle. Ce n’est pas tous les jours en effet que se produisent des conditions climatiques de ce niveau avec les difficultés de tout ordre qui vont avec.

D’ailleurs, la Ministre ne s’y était pas trompée en rappelant le caractère exceptionnel de la situation, même si elle avait pointé du doigt plus les criantes insuffisances et déficiences de traitement des individus et des personnes, plus que la paralysie elle-même.

Elle avait en effet dit tout haut ce que tout le monde pensait tout bas, en précisant que Roissy soit paralysé et fermé passe encore, mais que quelques milliers de personnes soient a l’abandon et livrées a elle-même au point de dormir par terre, elle considérait que l’abus était évident.

Qui pouvait bien lui donner tort ?

Et de déclencher immédiatement une enquête administrative à remettre le 10 Janvier, en annonçant des sanctions le cas échéant.

Historique vous dis-je, nous a allions voir ce que nous allions voir.

Très inquiet sur le coup, Air France et ADP se renvoyaient la balle, la compagnie aérienne n’y allant pas de main morte sur ses commentaires, et elle menaçait même de porter plainte.

 

Première alerte si l’on peut dire, la remise du rapport d’enquête s’est fait dans la plus grande discrétion médiatique…

Toujours mauvais signe.

Puis finalement la Ministre annonçait la convocation d’une réunion « avec toutes les parties prenantes » pour ce Jeudi 14.

Bon nous pouvions bien attendre 4 jours pour traiter un problème récurent depuis 15 ans…

La réunion a bien eu lieu.

Et alors ?

Et alors pas grand chose.

 

La Ministre avait pris connaissance du Rapport apparemment incendiaire pour les différents acteurs, et n’a pas caché à ses interlocuteurs sa façon de penser.

« Nous avalons constaté des déficiences opérationnelles graves en matière de dégivrage et de déneigement de la part d’ADP » a déclaré a la presse la Ministre.

Pas un scoop évidemment mais c’est mieux quand c’est la Ministre qui le declare.

Air France et les autres en ont aussi pris pour leur grade : « Des manquements très sérieux ont été constatés dans l’information des passagers en déshérence (sic) et dans leur prise en charge ».

Et pour compléter le tableau elle conclue en disant que de surcroit « nous avons fait face a un manque flagrant de coordination ».

Bref dans la série grosse boulette, c’est la totale.

Encore une fois, nous nous en doutions, comme nous nous en doutions à chaque fois que nous nous sommes retrouvés nous-mêmes dans ce type de situation.

 

A partir de la, que se passe-t-il ?

Et bien pas grand-chose.

Des promesses comme d’habitude.

ADP s’est engagé désormais à maintenir 10 jours de stock de Glycol (au lieu de 6)…

Et les compagnies se sont engagées a « renforcer l’information des passagers »….

Avec cela nous voila rassurés….

Les sanctions annoncées ? Nada.

Même pas financières.

 

On se doit de rappeler qu’aux Etats-Unis les compagnies payent désormais des milliers de dollars par passager quand les gens attendent sans info et sans traitement a l’aéroport, et encore plus quand les passagers restent au sol plus de 2 heures dans un avion.

En Angleterre, le gouvernement a annoncé des amendes pour les aéroports si une telle situation se reproduisait.

 

On constatera chez nous également que la colère d’Air France semble être retombée.

On ne parle plus de plainte en justice…

On ne parle pas non plus  de rétorsion financière à travers les Taxes d’Aéroport. En Angleterre, Virgin a annoncé qu’il ne paierait plus les Taxes d’Aéroport jusqu'à ce que ceux-ci prennent des mesures concrètes.

 

Depuis plusieurs mois déjà, toutes les compagnies annoncent désormais leurs prix « hors taxes », fort trompeur d’ailleurs.

On peut donc voir que celles de l’Aéroport de Paris représentent prés de 20% du billet ; c’est normalement le prix à payer pour que vous et moi puissions bénéficier du « service » d’ADP…..

Il y aurait donc de quoi faire pression de la part d’Air France et des autres…

Et bien non tout le monde s’est finalement quitté bons amis.

Il faut croire que les promesses des uns et des autres satisfont tout le monde et l’incident est clos, la Ministre a annoncé « une autre réunion en Avril »…

La presse semble s’en satisfaire aussi puisque le Rapport, la réunion et les « mesures » qui ont suivi ont fait péniblement quelques lignes, et que l’on est déjà passé à autre chose.

Circulez il n’y a plus rien à voir.

 

A partir de la, si le service aérien s’améliore, convenez que cela relèverait du miracle tant la spontanéité comme vous le savez n’existe guère dans ce bas monde…

 

D’ailleurs, si vous voulez être définitivement rassurés vous n’avez qu’à écouter la conclusion de la Ministre Kosciuto-Morizet : « nous allons multiplier par 3 les capacités d’accueil hôtelières aux alentours de Roissy ».

On ne voit pas très bien comment elle pourrait faire ca….  mais nous voila tranquilles, au moins nous aurons un toit.

Publié dans Société

Commenter cet article

PATRICK G 17/01/2011 16:46



Vous faites un constat severe mais auquel helas je souscris a 1000%. L'interet des blogs c'est justement de ne pas perdre notre capacite d'indignation qui semble avoir totalement quitte la presse
traditionnelle. Mais helas cela reste beaucoup trop confidentiel.


J'aime beaucoup votre point "semantique" c'est tres bien
vu                                      



baetz 17/01/2011 16:39



Vous ne devriez pas vous étonner autant. La raison profonde de l'enterrement de la quasi totalité des dossiers gênants est que la France est une démocratie en trompe-l'oeil où le pouvoir
n'est nullement politique en dépit des déclarations et des coups de menton des leaders de tous bords mais entièrement entre les mains de l'administration qui fait tout mais n'est jamais
responsable de rien. Les politique ne se font pas obéir des fonctionnaires et comment le pourraient-ils? quand eux-mêmes ne sont pas issus de la "corporation énarchisée", leurs cabinets sont
quasi tout entiers à eux. Les journalistes ne sont pas très courageux à tous les sens du mot et reprennent en choeur chaque jour le dossier tout préparé par les ministères. Ils disent
Lagarde quand ils citent ses propos sans importance, ils disent "Bercy" quand il s'agit de mesures prises ou envisagées. Cette nuance sémantique est à mon avis des plus signficatives. Et
d'ailleurs quand un propos ne plaît pas à la caste, ce n'est pas Sarkozy qui relève le mot déplaisant mais Guéant (voir les débuts de la même Lagarde.  Pierre Baetz