IL SERAIT TOUT DE MEME TEMPS DE PARLER DE FOOT...NON ?

Publié le par Patrick Gouverneur

Bah oui que voulez vous, nous sommes tout de meme début Aout, et dans une dizaine de jours  les hostilités reprennent.

Il est donc temps déjà de se pencher sur l’etat des lieux et sur les forces et faiblesses des uns des autres à quelques jours du grand démarrage, meme si quelques incertitudes demeurent.

Car bien sur il y a du changement dans cette période estivale que l’on appelle le Mercato.

Et meme des changements assez importants à dire vrai.

 

Mais avant de nous intéresser comme dit le nouvel entraineur de Marseille, a l’aspect « techeniquo-taquetique » de l’unique club qui m’intéresse vraiment de ce point de vue la, ….vous savez celui qui a terminé 6e de la saison dernière , attardons nous d’abord sur ce fameux Mercato qui remplit tant les pages des journaux sportifs pendant la trêve estivale, et qui pourrait en l’espèce remplir aussi les rubriques économiques.

 

A ce stade, il me semble qu'il y a 3 enseignements interessants dans cet inter saison sur lesquels nous souhaitons nous attarder :

 

1 – La « prise de pouvoir des journalistes » au sein des clubs

2 -  Le syndrome du Real Madrid envahit la France

3 – Le PSG nouveau est arrivé

 

et nous les publierons sous forme de 3 articles dans les jours qui viennent

 

La prise de pouvoir des journalistes

 

A ce niveau la ce n’est plus du hasard, c’est une véritable tendance.

L’année dernière déjà Sébastien Bazin et le Groupe Colony avait surpris tout le monde en nommant Charles Villeneuve l’ancien Directeur de l’info à TF1 à la tête du PSG.

L’expérience a tourné court mais pas forcement pour les raisons que l’on imaginait au départ, a savoir « qu’il ne connaissait rien au foot » a en croire ses propres collaborateurs….

Bazin a de la suite dans les idées puisqu’un an après il récidive.

Faute de candidat satisfaisant (a ses yeux) il avait lui-même assuré un intérim qui ne laissera à personne un souvenir ému… et avait annoncé la nomination d’un véritable patron pour le club.

Tout le monde pensait que Patrice Clerc avait le profil idéal.

Spécialiste de l’événementiel et du marketing sportif, il paraissait le candidat parfait, fort de son expérience a la la tête de Rolland Garros et du Tour de France.

Il faut croire que non.

Bazin vient de choisir, et de nommer Robin Leproux ancien Directeur de RTL .

Pour ce qui concerne le PSG c’est certes une certaine tradition.

Sous l’ère Canal + le club avait déjà eu Michel Denisot et Charles Bietry.

Sous le règne de Colony le club avait vu a sa tête Michel Moulin, l’homme des journaux gratuits, qui n’a pas durée cependant, sans que l’on sache très bien pourquoi d’ailleurs…

Toujours est-il que voila un journaliste de nouveau patron du PSG.

 

Par un étonnant mimétisme Marseille semble systématiquement emboiter le pas du club de la capitale.

Avec humour certains disent que l’OM tient absolument a ce que PSG ne soit pas tout seul se ridiculiser médiatiquement…

C’est certainement méchant et injuste, mais il n’en demeure pas moins que la similitude des deux clubs est pour le moins troublante.

Quand le PSG « s’offre » une crise de management, son homologue de la Canebière fait de meme.

Et jusque dans les solutions ils se copient.

Marseille avait il y a quelques années déjà eu à sa tête Christophe Bouchet, un journaliste anti-Tapie, et juste avant sa mort Robert Louis Dreyfus a récidivé en nommant Jean- Claude Dassier ancien directeur de l'information de TF1.

Il faut croire que la  détestable suffisance de Pape Diouf  était devenue insupportable à Louis - Dreyfus, car comme son ami Charles Villeneuve, Jean Claude Dassier admet en privé « qu’il adore le foot mais qu’il n’y connait pas grand-chose… » 

A part signer les chèques de transferts contestables (on y reviendra…) Dassier n’a pas fait grand-chose depuis sa nomination, ce qui se conçoit.

Prendre ses marques à l’OM n’est pas forcement simple.

N’empêche la première décision que Jean Claude Dassier prend en temps que Président, c’est de se nommer un adjoint pour « gérer les relations entre le club et les médias ».

Et qui nomme t-il ?

Un journaliste, bien évidemment.

Meme si dans le cas présent cela s’explique plus.

En l’occurrence il s’agit de « l’excellent » Dominique Grimault, chroniqueur de l'émission 100% Foot sur M6, collaborateur épisodique de TF1 et ami de Dassier.

Dominique Grimault devrait rejoindre le club marseillais la semaine prochaine.

 

Pour Marseille il s’agira de 1 et 2 et 3 -0 car le Président du Conseil de Surveillance Vincent Labrune, qui a obtenu la tête de Pape Diouf est lui aussi un homme de RTL, et on sait combien il a pesé sur la décision d’un Robert Louis Dreyfus mourant, pour le choix du remplaçant du sénégalais.

 

Dominique Grimault, va donc prendre la tête du pôle média des Phocéens. Le journaliste a beau être un supporter reconnu et affiché du Stade de Reims et de Saint-Etienne, il ne "pouvait qu'accepter" la proposition de l'Olympique de Marseille, a-t-il expliqué au site So Foot.

S'il n'a pas encore signé, il devrait le faire en début de semaine prochaine, annonce-t-il au site du mensuel.

"Dans un premier temps, je serai responsable du pôle média de l'OM. Le Net, les publications (par exemple, les jours de match) et bien sûr OmTv. Tout ce qu'on peut créer, aussi", ajoute Grimault, qui n'exclut pas naturellement de continuer ses activités à M6, assurant qu'il n'y a rien d'incompatible là-dedans, …bah voyons.

 

Si Dominique Grimault n’est pas un supporter affiché de l’OM il a au moins une ligne de son CV qui a du séduire les dirigeants marseillais, il déteste PSG.

Dominique Grimault que j’ai eu l’occasion de croiser il y a quelques années est un homme charmant et il a de l’humour.

En revanche, outré le fait qu’il deteste PSG il a également la caractéristique d’être d’une pauvreté technique en matière de football assez affligeante.

Je pense d’ailleurs que ceux qui le suivent a la television dans des emissions d’une immense qualité… comme « 100% Foot » ou le chef d’oeuvre qu’est “On refait le match” ne peuvent pas ne pas s’en être rendu compte…

 
Au-delà du seul cas de l'OM, et du PSG le recrutement d'un journaliste par un club de football commence donc à devenir “tendance”, et meme des clubs plus modestes s’y mettent aussi.

A Nantes, Pascal Praud, ancien journaliste à Téléfoot, et autre « légende vivante footballistique » du niveau de Grimault….. est directeur général délégué.  

 

Lorsqu’il y a quelques semaines encore certains de mes amis, aveuglés sans doute par l’affection, me conseillaient d’adresser mon CV à Sébastien Bazin, et bien cette série de nomination tient en quelque sorte de réponse sur les profils recherchés.

La question que l’on peut des lors se poser, c’est qu’est ce qui fait que les journalistes aient ainsi la cote de la sorte?

 

Les grincheux souligneront peut-être que les clubs servent de maisons de retraite à des journalistes en fin de carrière (Dassier, Villeneuve ou Grimault), mais la derision ne suffit pas.

 En réalité ce qui se passé c’est que les équipes, et singulièrement les grandes, notamment Marseille et Paris, ont besoin de gérer les crises médiatiques pour mieux gérer leurs crises sportives.

Quand chaque incident de vestiaire devient prétexte à des unes tapageuses dans les médias sportifs, ou à des discussions sans fin dans les talk shows, les dirigeants estiment sans doute que seul un homme connaissant les rouages du journalisme et possédant d'excellents réseaux dans le métier peut les aider à désamorcer des situations qui peuvent parfois miner une saison.

Apres tout la competence se paye.

 

Ce qui me gene un tout petit peu plus c’est qu’une bonne connaissance des rouages journalistiques a un sens pour une fonction justement de Communication ou de relations presse.

Je comprends moins bien au niveau du management.

 

 

En outré le vocabulaire “maitrise des rouages de la profession” signifie quoi”?

Ne jouons pas sur les mots.

Orienter, canaliser, contrôler l’information ?

Soigner son image et celle de son club?

Autant de vocabulaire qui devrait interpeller les journalistes.

Les vrais.

Ceux qui continuent à en faire leur métier.

 

Car lorsque l’on voit que Jean Michel Aulas en tout cas,  démontre que lui il n’avait pas besoin de journalistes pour arriver à influencer les medias, qu’est ce que cela doit être si désormais des « pros » s’en chargent…..

 

Publié dans Sport

Commenter cet article