ET PENDANT CE TEMPS LA CERTAINS FONT LA GUERRE

Publié le par Patrick Gouverneur

Vous n’avez pas oublié que nous sommes en guerre n’est ce pas ?

Of course not...

Les lecteurs de Bon Appétit Messieurs sont avertis des affaires de la planète…

Pourtant ce ne sont pas les nouvelles quotidiennes du front de nos chers medias qui risqueraient de vous empêcher de l’oublier.

Vous auriez donc des excuses, si tel était le cas.

 

En effet, seule la mort d’un soldat français, conduit nos medias hexagonaux a bien vouloir s’attarder quelques instants sur la situation en Afghanistan.

Le sensationnel de courte durée au détriment du fonds des choses,  rien de bien nouveau hélas.

 

Le malheur, c’est que cette indifférence médiatique est lourde de conséquence.

D’abord, faute d’information et de sensibilisation, l’opinion publique reste peu concernée et bien évidemment loin de mesurer vraiment les enjeux et des dangers de ce conflit ; nous l’avons déjà souligné ici plusieurs fois.

Pourtant, pour la première fois depuis des décennies, la France et les Etats-Unis, enfin sur la même ligne s’accordent sur le fait que « c’est la que tout se joue ».

Nicolas Sarkozy  a d’ailleurs renforcé la présence française il y a quelques mois en augmentant les troupes.

Evidemment, dans la mesure de nos moyens, qui sont fort éloignés de ceux d’une prétendue « grande puissance ».

Mais le symbole est important.

Comme le fut tout autant, il y a quelques semaines sa décision de rejoindre les organes de décision de l’OTAN qui est l’organisation, rappelons le, officiellement en charge des opérations en Afghanistan.

Au G20, alors que l'ordre du jour de la réunion et les préoccupations immédiates était toutes autres, avec la crise financière, le Président Obama avait saisi l’occasion pour réclamer plus de soutien aux 19 autres grands pays du monde.

A défaut de troupe il a obtenu des dollars… mais le fait même que la gestion ait été traitée, en montre bien l’importance.

Et le Président américain que certains avaient voulu caricaturer (ou espérer selon les cas…) comme un pacifiste angélique a rapidement fait disparaître les illusions (ou les craintes.. selon le cas).

 Il a immédiatement envoyé 15 000 hommes supplémentaires et en a annoncé 30 000 autres très rapidement.

Le message est on ne peut plus clair !

Cette indifférence médiatique française est donc pour le moins en décalage avec la vision des grands de ce monde.

Et comme toujours quand les phénomènes médiatiques sont troublants par leur excès (c’est comme dans le football) on ne peut que se demander ce que cela cache…

Dans le cas présent cela est d’autant plus troublant que justement il se passe des choses importantes pour ne pas dire plus, sur le front militaire.

 

Outre l’augmentation plus que significative des troupes U.S (en fait doublées en un an) ce sont les combats eux-mêmes qui attirent l’attention.

Et des combats qui se déroulent d’ailleurs non pas a l’intérieur des frontières mêmes de l’Afghanistan mais en fait au Pakistan.

Au nord du Pakistan, précisément dans la vallée du Swat !

Bon vous allez me dire mauvaises langues comme vous êtes, qu’entre le Nord du Pakistan et l’Afghanistan du Sud, il n’y a pas de différence…..

Hélas, vous avez raison, c’est à peu près le cas.

 

Renversés puis repoussés par l’OTAN et les G.I en 2202, les talibans se sont d’abord réfugiés dans les montagnes, puis dans ce que l’on appelle la zone frontalière, et enfin au Pakistan même, créant ainsi de fait un Etat dans l’Etat.

L’administration Bush s’en était largement inquiété et faisait pression à coup de dollars sur Musharaf mais son successeur Asif Ali Zabdari et son Premier Ministre Yusuf Raza Gilani faisait la sourde oreille. Résultat ?

Le gouvernement d’Islamabad réalise désormais son erreur et change totalement de position.

Il est vrai que faute de veritale action de la part de l’armée pakistanaise, les talibans s’enfoncent de plus en plus a l’intérieur du Pakistan, y contrôlent des villes et y imposent leurs lois et leurs coutumes barbares.

Et ce ne sont pas quelques dromes U.S et quelques chefs d’Al Quaeda exécutes par ci par la qui y changent quoi que ce soit.

Les talibans commencent à être chez eux au Pakistan, en tout cas au Nord et Islamabad ne contrôle plus grand-chose.

Obama, tout comme son prédécesseur, a fait pression sur Zabdari la semaine dernière à Washington, et comme par hasard, sur le chemin du retour celui-ci a été reçu à l’Elysée par Nicolas Sarkozy…

 

Doit-on faire l’injure de vous rappeler que le Pakistan est une puissance nucléaire (théoriquement dirigé contre l’Inde). Imaginez cet arsenal aux mains des talibans et d’Al Qaeda…..

C’est le cauchemar de tous les militaires et stratèges américains depuis 7 ans…

Et désormais celui d’Obama.

D’ailleurs pour que l’on ne s’y trompe pas il vient d’accepter la « démission » du General Mc Kiernan Commandant en Chef des troupes en Afghanistan et l’a remplacé par le General Stanley MC Chrystal ancien Commandant des « spécial forces ».

Pas un rigolo donc.

La nouvelle a été annoncée par Robert Gates, Secrétaire a la Défense (par parenthèse le même que celui de Bush…) et cette nomination devrait être entérinée très vite par le Sénat.

Et oui cela se passe comme ça au pays du MC Donald……

 

 Obama n’a donc pas traîné à prendre conscience du problème.

Sarkozy et les autres non plus d’ailleurs.

Ceci explique cela.

 

Il faut croire que l’heure est grave car le gouvernement pakistanais opère un virage à 360 degrés et change radicalement de ton.

« J’ai donné l’ordre a l’armée d’éliminer les terroristes et les militants Talibans » a déclaré Yusuf Raza Gilani sur un ton peu habituel.

Dans une intervention televisee a tout le pays il a ajouté « afin de rétablir l’honneur et la dignité de notre patrie, et de protéger la population (sic…) nous avons demandé aux forces armées d’éliminer les terroristes » .

Avouez que le ton est radicalement différent.

Ce n’est pas trop tôt ont du se dire les militaires U.S.

Mais ce n’est pas gagné pour autant.

La ville de Mingora est aux mains des talibans, et avec leurs méthodes bien connues, ceux-ci terrorisent les habitants et s’en servent comme boucliers humains.

500 000 personnes rien que dans cette ville selon l’A.F.P.

L’armée pakistanais a débuté les opérations la semaine dernière avec le soutien aérien des américains, ce qu’ils refusaient catégoriquement jusqu'à présent.

Autant dire qu’il vaut mieux que nous souhaitions tous bonne chance à l’armée pakistanaise.

S’ils venaient à échouer c’est la porte ouverte au pire avec Al Quaeda et les talibans infiltrés dans un pays disposant de la bombe.

Charmant !

Ces opérations, comme vous le voyez, ne sont pas insignifiantes et on ne peut que regretter les quelques entre filets ici et la de notre presse hexagonale.

Quant aux télévisions…

 

Nous ne pouvons que sincèrement nous montrer navrés de cette indifférence médiatique car elle conditionne évidemment l’opinion.

Et n’encourage guère le patriotisme, ou l’amour du drapeau, ainsi que la fierté des gens qui le servent avec courage.

 L’histoire de Sébastien, Adjudant français de 34 ans, rapportée par le Parisien, est tristement édifiante.

Le 10 Novembre 2007, Sébastien dont le journal lamentablement tait le nom…est pris dans une embuscade. Les soldats français sont en opération avec des soldats américains et sont pris a parti par des talibans. Deux américains sont tués, 4 autres sont blessés, mais la petite troupe résiste.

Plutôt bien même.

Pendant plus d’une heure ce qui laisse le temps aux hélicoptères Blackhawk américains d’arriver et de récupérer tout le monde, pendant que les avions U.S nettoient le secteur.

Mais Sébastien est blessé. Très sérieusement, mais il est resté conscient et il s’est défendu avec beaucoup de courage jusqu'à l’arrivée des renforts.

Victime d’un œdème cérébral, il a la « tête fracassée » selon ses termes.

Il est soigné à la base U.S de Baghram puis revient en France pour une rééducation physique et psychologique.

Engagé depuis 14 ans au 2e REP, Sébastien, après sa rééducation décide de retourner en Afghanistan (alors qu’il n’était pas obligé bien évidemment).

Depuis, il a repris courageusement ses « activités », mais avec un peu d’amertume.

« Si les gueules cassées n’avaient pas financé mes trois prothèses dentaires, j’aurais du emprunter, car la Sécurité Sociale m’a dit qu’il s’agissait de chirurgie esthétique »

Trop fort !!

Herve Morin ne peut pas s’occuper de ce genre de problème ?

« J’ai été formidablement traité par les américains, puisque j’étais au combat avec eux » poursuit Sébastien.

Un peu gêné  l’adjudant, dont on comprend alors pourquoi le Parisien ne le nomme pas, conclue : « Les Etats-Unis m’ont décerné l’équivalent de la médaille  militaire mais la distinction française je l’attends encore »

Effondrant non ?

 

« C’est pas grave  termine Sébastien je ne fais pas cela pour des médailles mais pour la France ».

 

Et oui il y en encore quelques uns des comme cela, apparemment.

 

Mais ils n’intéressent pas grand monde parmi le microcosme.

 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nathalie 19/05/2009 14:38

bravovous etes rafraichissant