LES MINISTRES TRAVAILLENT-ILS? ET SURTOUT TRAVAILLENT-ILS BIEN ?

Publié le par Patrick Gouverneur

Il y a des moments ou franchement on est en droit de se poser la question.

Nous avions déjà « été troublés » de multiples fois par leur incapacité à gérer leur administration dont ils sont théoriquement les « patrons ».

Bavures, boulettes, manque de contrôle, décrets d’application publiés en retard ou avec laxisme…ils n’en sont pas à leurs coups d’essai, et nous nous en étions largement fait l’écho.

Bref des qualités de gestionnaires et de management pour le moins douteuses, pour beaucoup d’ente eux.

 

« Mais enfin, un Ministre est avant tout politique, pas un gestionnaire » rétorquent beaucoup.

Nous on veut bien, mais on ne peut quand meme s’empêcher de rappeler qu’un politique est tout de même censé entre autre « gérer les affaires publiques ».

Et pour être tout a fait clair d’ailleurs, on pourrait meme considérer qu’ils sont en fait les responsables dans tous les sens du mot, d’un Département, d’une Division voire d’une filiale de l’Entreprise France, qui peuvent compter au demeurant jusqu'à plusieurs dizaines de milliers de personnes, et que de ce fait ce sont de véritables chefs d’entreprise en charge des affaires de leur Ministère.

 

A part la gestion budgétaire, et encore on a vu dans le passé combien d’excès…. le bilan de leur management est d’une façon générale plutôt consternant.

A quelques exceptions près (Intérieur ou Finances…) la preuve a été faite plus d’une fois de leur incapacité à gérer et maitriser leur Administration.

C’était particulièrement vrai sous les Présidences précédentes, ou les remaniements sous forme de jeux de chaises musicales, étaient tellement fréquents que les Ministres dès qu’ils devenaient à peu près compétents…. «  étaient appelés à d’autres fonctions.. ».

A la grande joie des Administrations d’ailleurs qui « regardaient passer les ministres » comme les vaches regardent passer les trains ….

 

La durée de la fonction désormais sauf exception calquée sur la législature qu’a instaurée Sarkozy, en supprimant de fait les remaniements «  marketing » (que la presse qualifie de « politique »)…, s’inspirant d’ailleurs ainsi de tous les autres pays, a un peu amélioré les choses.

Mais surtout dans les Ministères dits « techniques », car dans ceux considérer comme « politiques » c’est nettement moins évident, avec évidemment la palme à l’Education où les fonctionnaires continuent allégrement à faire ce qu’ils veulent.

 

Ajoutons a cela que depuis toujours, ou en tout cas depuis bien longtemps, ils étaient surtout priés…de ne pas avoir d’idées !!

Et pour cause cela permettait d’abord et avant tout à leur patron …de ne rien changer.

Nul doute que beaucoup d’entre eux  en étaient ravis…

Sous la Présidence Sarkozy, (certains s’en offusquent assez en la qualifiant

«  d’omniprésence »), les choses ont changé.

Ils ne sont toujours pas supposés avoir des idées mais cette fois …quelqu’un d’autre les a leur place.

 .

En fait dans la pratique, ils reçoivent des ordres, que l’on appelle directives… du Président qui  leur demande de bien vouloir mettre en œuvre telle ou telle promesse électorale, ou telle ou telle initiative, recommandée le plus souvent, par les multiples « Commissions et Comites divers » que celui-ci a mis en place….et non pas par eux….

 

Du coup, c’est très simple quand le Président ne donne pas d’instructions…il ne se passe rien.

 

Quand tout d’un coup, le President a pris la décision, branle bas de combat.

 

Rupture oblige les Ministres ont des instructions (et meme des carnets de route, des contraintes de calendrier, des objectifs…) bref, ils sont obligés de travailler.

Et soyons honnête dans l’ensemble, ils le font.

Ils n’ont d’ailleurs pas le choix puisque « l’omniprésent » va meme jusqu'à contrôler ce qu’ils font.

Autre « rupture » dont on ne se plaindra pas.

 

Mais s’ils travaillent, il nous apparait qu’ils le font mal.

Depuis deux ans bientôt, mais singulièrement depuis quelques mois le gouvernement recule au moment de faire passer des textes.

« Mal lu »

« défaut de communication »

« incompréhension »

« malentendu » sont en général les mots que l’on entend, de la part de l’Elysée surtout, pour justifier la décision de retirer les textes…

En promettant de « les représenter  plus tard » quand les malentendus seront soi disant « dissipés »…. .

Franchement on ne pourrait pas « les dissiper » avant ?

 

Le dernier en date qui a d’ailleurs déclenché l’écriture de cet article est celui de la reforme de l’hôpital présentée par Roselyne Bachelot.

Texte présenté par l’Elysée une fois de plus comme de la plus haute importance, et une fois de plus on ne peut donner tort au Président.

Les boulettes a répétition, les conflits sociaux récurrents, les déficits chroniques et abyssaux et la dégradation du « service » dans tous les sens du mot, a commencer par la degradation hallucinante des locaux, en sont la preuve quasi quotidienne surtout pour ceux qui ont la malchance d’y séjourner.

Hélas la formidable qualité médicale et les performances réalisées tous les jours par les médecins ne parviennent pas à faire oublier cette noire réalité.

Roselyne Bachelot est Ministre depuis Juin 2007, et depuis plus d’un an elle a reçu une lettre de mission du Président lui demandant  de bien vouloir  « préparer » cette reforme…

Depuis des mois elle déclare elle-même « qu’elle travaille dessus » d’arrache pied car elle confirme que cette reforme est « essentielle » a ses yeux.

Résultat ?

Au moment ou le texte est déposé sur le bureau de l’Assemblée, c’est un tollé général

« Reforme inacceptable en l’état »

« Provocation »

On croirait des communiques de l’UNEF

Or qui tient ces propos et profère de telles accusations ?

25 Professeurs Agrégés et Chefs de Service des plus grands hôpitaux.

Tout de meme pas a priori une dangereuse bande de barbus gauchistes….

Pour info le Professeur Fridman de Beclere, le Professeur Fisher de Necker, et 23 autres du meme acabit.

 

Et que disent-ils exactement ?

« Qu’ils ne sont pas contre la Reforme » qui rappelons le consiste essentiellement a nommer un Directeur en charge de « gérer l’Hôpital avec tous les pouvoirs pour le faire ».

Mais qu’ils auraient aimés y être associés par la Ministre…..,

Ca commence bien…

Et qu’ils souhaitent comme Fisher de Necker le précise que le texte prévoit qu’ils soient « consultés » dans l’avenir par le Directeur en question sur les grandes décisions de l’Hôpital.

Franchement vous ne trouvez pas cela énorme qu’après plusieurs mois de préparation de la Reforme par la Ministre, les plus grands chefs de service français demandent « a être consultés » ?

 

Fischer poursuit « la qualité des soins se dégrade » (c’est lui qui le dit) « et cela va être de pire en pire » ajoute t-il plein d’optimisme.

Concrètement ces 25 grands patrons veulent que les « activités médicales lourdes, couteuses et donc non rentables  soient conservées  au sein de l’Hôpital  grâce a des activites elles rentables qui ne doivent pas être transférées au privé »

Franchement c’est absurde de dire cela ?

 

Ils prennent en outre la précaution d’affirmer « qu’ils n’ont aucune motivation politique ».

Ce qui est sans doute faux pour certains d’entre eux, mais ce qui est certains c’est que cette joyeuse bande d’agrégés n’est certainement pas électeur d’Olivier Besancenot…

 

Et que répond Roselyne Bachelot à tout cela ?

Que « les Professeurs n’ont certainement pas lu le texte ».

Si c’est le cas c’est sans doute qu’ils l’ont eu en mains bien tardivement…

Roselyne Bachelot ajoutant bien sur que son projet est tout à fait parfait et « qu’il est mal compris.. »

Une fois de plus....

 

 

 

Mais nos agrégés de préciser « que si justement ils l’ont lu »

 

Bien sur il ne faut pas être dupe du fait que cette épidémie de « malentendus et d’incompréhensions » n’est pas complètement le fruit du hasard.

Certains de ces « mandarins » et grands patrons ont peut être derrière la tête de protéger leurs privilèges persos, en l’espèce leur service prive si rémunérateur

De la meme façon que les enseignants (chercheurs ou pas) veulent préserver les leurs…, et ne parlons pas des salariés de l’audio visuel public……

 

Néanmoins au delà de la défense des intérêts corporatistes que l’on ne peut evidemment pas nier, il ya dans la gestion de ce dossier comme bien d’autres auparavant de vrais mystères.

Comment Roselyne Bachelot et son staff qui de son propre aveu « planche depuis des mois » sur cette Loi peut elle accoucher d’un projet suscitant de son propre aveu « une incompréhension » totale ?

Comment certains points du texte n’ont-ils pas été abordés, évoqués, discutés, avec ceux qui sont en charge de faire fonctionner le système ?

Quand on parle de profs agrégés on est tout de meme en face de gens pas totalement idiots, et certainement plus ouverts que le Snesup ou Sud Rail….

Comment est il possible qu’il n’y ait pas eu depuis plusieurs mois des réunions avec ces gens la ?

Quand on élabore un changement important dans une structure collective de travail, en français une entreprise, on consulte ses collaborateurs, ceux qui sont en charge de le mettre en place…, ou qui seront en charge de le faire fonctionner, c’est quand meme le BA BA !!!!!!!

 

Mais pour les Ministres il faut croire que non !

Roselyne Bachelot n’est pas pire  (c’est bien cela le problème..) que Xavier Darcos, Valérie Pecresse , Rachida Dati ou Christine Albanel, la liste est longue…

Tous ont été confrontés a ces « malentendus et incompréhension »...

 

Alors avec qui travaillent-ils pendant des mois pour « préparer »ces reformes essentielles » ?

Avec leur staff rapproché que l’on appelle leur cabinet ?

Avec une demi-douzaine de très hauts fonctionnaires de leur administration ?

C’est probablement le cas et la raison de ces  cafouillages assez lamentables a l’arrivée...

 

Imaginer que l’on peut reformer l’Hôpital sans les médecins, l’école sans les profs (et plus encore les parents), ou les Facs sans leurs Présidents cela s’appelle comment ?

 

Quand de surcroit on ne prend même pas la peine d’expliquer ou de promouvoir sa reforme auprès des électeurs, les fameux « français moyens » ou encore « les français d’en bas » qui eux non plus « n’y comprennent rien » puisque l’on n’a pas pris la peine de leurs expliquer…

Le Président appelle cela « un déficit de communication »…

Doux euphémisme pour qualifier ce qui nous parait être plutôt le mépris des électeurs de base.

A tout le moins si on méprise les français d’en bas on « gère intelligemment les élites………

Ce qui le moins que l’on puisse dire n’est pas une réussite dans la les cas qui nous intéressent...

En fait dans les pays sous développés un tel comportement est rapidement qualifié de dictature.

En France cela s’appelle l’Enarchie.

 

Et pour nous c’est un retour dans le passé.

Sarkozy avait promis la rupture.

Nul doute qu’il est sincère et qu’il la souhaite réellement.

 

Alors changez les méthodes M. le Président, sinon singulièrement en période de crise, le décalage entre les politiques et le pays va s’aggraver au point de devenir ingérable.

 

Obama fait appel à des « compétences reconnues » sans se préoccuper des étiquettes politiques….. peut être serait on bien inspirés de le faire chez nous aussi. ?

 

 

La crise rend indispensable des managers, convaincants, a l’écoute et sachant gérer les hommes, pas des énarques déconnectés depuis longtemps du terrain.

 

Pas des profs qui n’ont plus vu un élève depuis des années, ou des toubibs qui ne savent meme pas remplir une feuille de Sécu……..

Sinon voila le resultat...

« les malentendus et les incompréhensions » extrêmement dangereuses à terme.

 

Publié dans Politique

Commenter cet article

patrick gouverneur 23/04/2009 15:27

je ne les defends pas, pas plus que je ne le donne raison sur le fondje critique simplement une methode de travail qui consiste a elaborer un projet sans y associer les cadres executifs.de surcroit je ne pense pas que  cette population soit sectaire et ingerable au point que le dialogue soit impossible

nathalie 22/04/2009 16:57

vous defendez ces mandarins qui ne veulent que defendre leur busines et leurs revenus faits sur le dos de l'hopital