TOTAL - DECIDEMENT LA POISSE PERSISTE...........

Publié le par Patrick Gouverneur

 

Je vous entends déjà dire, voila que cela le reprend, cela devient obsessionnel avec Total.

Croyez-le ou pas je vous assure que cela n’est pas vrai.

Je ne m’acharne pas sur le pétrolier pas plus que je ne recherche systématiquement a leur nuire, pas plus que sur quiconque d’ailleurs je vous en donne ma parole.

C’est juste l’actualité qui rattrape en permanence l’infortuné « champion du CAC 40 ».

 

Une mauvaise passe comme on dit.

 

Apres les 14 milliards d’euros qui ont « choqué » certaines de nos « élites », ce qui d’ailleurs était idiot car on ne peut regretter qu’une boite française soit performante, la n’était pas le problème.

Après le procès AZF ou Total se retrouve sur le banc des accusés  après avoir lamentablement essayé de se défiler, après la sinistre affaire de l’Erika où Total a fait appel, au mépris du plus élémentaire sens de responsabilité, décidément le sort s’acharne sur le Groupe français.

Voila en effet que le pétrolier a été mis en examen le 12 Mars dernier pour « exploitation non conforme d’une installation classée » ainsi que de « déversement de substances nuisibles en mer » dans le cadre d’une pollution survenue le 16 Mars 2008 a Donges dans la Loire Atlantique.

Une raffinerie de total avait déversée, par accident on vous rassure, 583 tonnes de fioul dans la Loire avant de polluer toute la cote.

90 jours de nettoyage, des dégâts énormes.

En pleine polémique de l’Erika et dans l’attente du procès AZF ou a l’poque Total n’est pas concerné, le pétrolier est bien ennuyé et décide de la jouer profil bas, et pour une fois se la joue donc entreprise citoyenne.

Total négocie avec les communes et les collectivités locales et crache 50 millions d’euros dont 500 000 a la ville de Paimboeuf et un montant non communique a la ville de la Baule.

Affaire classée pour le pétrolier qui n’a pas du manquer de passer l’arrangement dans ses compte 2008……...

 

La Baule et Paimboeuf renoncent à aller en justice.

Mais décidément, Total la joue de malchance.

Voilà qu’un dénommé Guy Bourles, Président de LO44 la Ligue de protection des Oiseaux se porte partie civile, insensible sans doute a la perspective de posséder un compte bancaire en Suisse…….

L’écolo porte plainte et fait des émules.

Le conseil General de Vendée refuse de s’associer lui aussi aux communes qui ont négocié et porte plainte également.

Il faut dire qu’entre temps, non obstant les tentatives de règlement amiable, la justice suit son cours, et celle-ci découvre après perquisition et saisie de documents que Total avait des les premières heures de la rupture de canalisation « une vision claire de l’étendue des dégâts ».

Légèrement désordre.

Pire, Total reconnait très vite la perte de 5 tonnes de fuel, alors que les documents saisis montrent qu’il savait parfaitement que c’était 450 tonnes !!

Légère erreur d’appréciation qui a fortement agacé les juges d’Instruction.

« C’est fascinant de voir a quel point c’est la meme histoire que celle de l’Erika » précise Maitre Alexandre Varaut,  Avocat du Conseil General de Vendée.

« D’abord ils n’assument pas les opérations de contrôle, ensuite ils dissimulent l’information pour gérer leurs problèmes internes avant de donner l’information ».

Les règlements a l’amiable effectues avec La Baule et Paimboeuf n’y ont rien fait, les Juges d’Instruction ont mis la star du CAC 40 en examen le 12 Mars donc.

 

Pour la petite histoire, notons que le Conseil General de Vendée et son avocat Maitre Varaut était déjà partie civile dans l’affaire de l’Erika face au Groupe Total qui a l’époque refusait et refuse toujours de négocier une indemnisation conséquente des victimes, et a d’ailleurs fait appel du jugement en première instance.

 

Nul doute que pour Maitre Varaut et les autres, la vengeance est un plat qui se mange froid...…

Bien mal acquis ne profite jamais pourrait être une variante.

 

Total remet les proverbes à la mode…

 

A peine remis de cette mauvaise nouvelle supplémentaire voila que le nom de Total réapparait dans la liste des contribuables français ayant des comptes bancaires au Lichtenstein.

En bonne compagnie cela dit.

Michelin et Adidas en aurait fait de meme.

Bercy aurait ces grands groupes dans le collimateur pour récupérer des sous sur des profits non taxes.

Total a fermement démenti.

« Nous ne connaissons pas cette société Elf Trading » (c’est elle dont il s’agit) a affirmé le Groupe.

Intéressant.

A fortiori si c’est vrai !!!!

 

Nouvelle affaire empoisonnante donc qui faits que les nuages s’accumulent dans le ciel du pétrolier français.

 

Hasard ou malchance ?

 

 

Publié dans Economie

Commenter cet article