HALLUCINANTS ( 3)

Publié le par Patrick Gouverneur


Nous continuons à vous transmettre nos coups de gueule sur l'actualité.
Cette fois ci il s'agit de deux problèmes sans aucune relation entre eux.
A part celle de nous paraitre « hallucinants » bien sur, chacun dans leur registre

 


L'affaire UIMM                                                           

Parlons-en donc de Laurence Parisot que nous mentionnions dans l'intro de cette série.

Elle était le 19 Janvier devant la 17eme Chambre Civile du Tribunal de Grande Instance de Paris pour justifier sa plainte en diffamation contre Daniel Dewavrin, ancien Président de l'UIMM, qui l'avait accusé « d'avoir parfaitement connaissance » des mouvements de fonds suspects de l'Union des Industries et des Métier de la Métallurgie.
Audience quelque peu surréaliste, au cours de laquelle les deux protagonistes ont défendu leurs points de vue, soutenus par des témoins, tous ténors du patronat mais pas tous dans le même camp....
Parole contre parole, chacun jurant de dire la vérité. 


Denis Gauthier-Savagnac, la star de « la fluidification des relations sociales » jurant l'avoir en quelque sorte dit l'été 2007 (6 mois avant la sortie de l'affaire par le Figaro) à Laurence Parisot qui lui avait elle-même posé la question « alors ca continue les versements en espèces ? ».
Devant son silence et son sourire ironique, la Présidente du Medef aurait déclaré « je vois que cela continue ». 


Version confirmée par Guillaume Delacroix dans son bouquin « Enquête sur le Patronat » chez Plon.
Le seul problème est que cet entretien n'ayant réuni que deux interlocuteurs on se doute de qui le journaliste des Echos tient son « scoop »...


Laurence Parisot dément formellement, et jure devant les Magistrats « qu'elle veut savoir toute la vérité » sur ces versements occultes.
Bravo Laurence, et vous n'êtes pas la seule.
Et c'est bien le problème.
Cette querelle et cette audience qui ressemble fort à des règlements de compte est une farce.
En elle-même.

Car tout le monde ment.
Si Laurence Parisot prétend « n'avoir jamais entendu parler » de versements occultes de la part de l'UIMM, ce qu'elle dit, elle nous prend pour des idiots.
Votre serviteur ici présent, lui qui n'a pourtant jamais souhaité milité dans ce qui était a l'époque le CNPF en « avait entendu parler » justement dans les annees 90
Même moi, « petit patron » de PME le savait.
Alors Laurence...
Difficile de croire que Laurence Parisot qui a grimpé tous les échelons de l'organisation patronale tombe du cocotier.
De là à être « parfaitement au courant » des montants, des modalités, et qui plus est des bénéficiaires, c'est une autre affaire.
Sur ce point, elle est certainement sincère.

Tout st une question de mot.

Reste que le cote hallucinant de cette affaire est plus que plus de deux ans après sa sortie, nous ne savons rien de cette affaire.
Ni qui, ni combien.

Les Juges d'instruction qui ont pourtant la garde a vue facile (Kerviel par exemple) n'ont pas jugé bon d'envoyer D.G.S ne serait ce que quelques jours gouter la cantine de la Sante.
Les sommes étaient belles pourtant : 600 millions de caisse noire, 5 millions de retrait chaque année.
Nul doute qu'il n'aurait guère apprecie et que sa volonté de silence aurait pu être ébranlée...
Deux poids, deux mesures assez étonnants, avec des petits chefs d'entreprise qui goutent a la préventive pour beaucoup moins que cela.....
En fait notre sentiment est tout simple, cette affaire UIMM est un enterrement de première classe.
Voire même de classe internationale....pour être honnête


Mais question simple du coup.
Comment D.G.S va-t-il pouvoir payer le redressement fiscal qui ne manquera pas de lui être infligé, puisque faute de bénéficiaire connus il est réputé être le bénéficiaire des sommes ?
Et oui c'est la loi.
Seul Le Canard Enchaine peut être partage ces questions stupides avec nous......






Valérie Pecresse a visitée la semaine dernière le King's College a Londres.

Elle est revenue « impressionnée ».
Par quoi donc la jolie Valérie est-elle sous le charme british ?
Elle a découvert que les Universités anglaises trouvaient des ressources financières en « louant certains de leurs locaux ».
Non !!!

Des salles pour organiser des soirées VIP, des amphis pour des conventions ou des séminaires, les anglais aux yeux de la Ministre « sont dans la bonne direction ».
Comme si c'était nouveau qu'une organisation cherche à rentabiliser ses locaux quand ils sont vides.........


Le drame justement c'est que l'Université française le découvre et la Ministre aussi.
Ou elle fait semblant. 


Car c'est clair qu'en France effectivement, avec 3 mois de vacances par an , et des locaux vides ce serait une bonne idée que de chercher à rentrer de l'argent en les louant.


Elle est parait-il « admirative » des montages financiers que le collège aurait fait avec des constructeurs prives en, tenez vous bien, leur confiant la maitrise de la construction de bâtiment en contre partie d'un loyer incluant même la maintenance et ce pendant 25 ans.
C'est nouveau peut-être aussi ?
Valérie Pecresse s'est extasiée devant la cantine impeccable, la bibliothèque de rêve, les labos derniers cri et la propreté des locaux.
Elle n'a jamais du aller en vacances aux U.S et jamais visiter une université...
Alors maintenant qu'elle est admirative et extasiée, il lui reste à convaincre les syndicats des profs et d'étudiants.
Bonne route !!!!

Il parait qu'un Président d'Université (qui a voulu garder l'anonymat of course) a confessé aux journalistes « moi je veux bien leur louer mes locaux mais ils sont tellement pourris qu'ils ne peuvent attirer qui que ce soit ».


Autrement dit commençons par le commencement, et ayons des Universités avec des locaux corrects.
Hallucinant la capacité des politiques à « s'extasier devant des évidences » et des medias à le répéter bêtement........


Publié dans Politique

Commenter cet article