Etre un Français musulman n'est pas simple

Publié le par Philippe Dermagne

Alors qu'une écrasante majorité de nos compatriotes français musulmans sont des gens de paix, ils sont pris dans un système théologique peu conciliable avec la démocratie et la laïcité.

 

Considérer comme indissociables le Religieux et le Politique est-il réellement compatible avec la liberté de pensée ? Population de 5 à 7 millions, les Français musulmans, ou culturellement proches de l'Islam, ne souhaitent qu'une chose : pratiquer leur religion dans la sérénité, tout en respectant les règles de la République.
Mais ne sont-ils pas malgré eux manipulés ? Les meneurs savent qu'un esprit de solidarité règne entre tous les musulmans. Qu'ils le veuillent ou non, c'est génétique : le Coran impose cette osmose entre le Religieux et le Politique. Le concept même de "République islamique" est l'oxymoron le plus difficile à comprendre pour les occidentaux.

La volonté d'assimilation est-elle réelle ?
L'écrasante majorité pacifique dont nous parlions à l'instant resterait-elle silencieuse si ses frères activistes décidaient d'agir d'une façon ou d'une autre dans nos démocraties ?
Préférant se taire plutôt que de vivre une lutte fratricide, cette majorité ne serait-elle pas naturellement portée à laisser le pouvoir de la rue aux exaltés et fanatiques en tous genres ?

"...j'ai quitté l'Algérie pour trouver la liberté d'expression, je découvre que c'est un leurre" déclare un manifestant français d'origine algérienne à un journaliste du JDD.

"....Vos droits de l'homme, votre Liberté-Egalité-Fraternité, vos valeurs soi-disant supérieures, ce n'est que du vent..." affirme un autre !


Voilà des propos pour le moins inquiétants !
Comment osent-ils tenir de tels discours ? Comment osent-ils seulement les penser, alors que dans certains de leur pays d'origine, avoir une Bible dans sa poche est déjà considéré comme un crime pouvant attirer de gros ennuis au titre de prosélytisme?

Il existe en France près de 2.500 mosquées*, grandes ou petites, officielles ou clandestines. L'état participe même parfois au financement de leur construction....si j'avais le projet de construire une église en Iran, je me demande quel accueil on me réserverait !
Si une petite partie des Français musulmans expriment leur sentiment d'oppression ou leur mal-être en assimilant le problème israelo palestinien à leurs propres difficultés, alors nous devons nous inquiéter. Cette minorité a un puissant pouvoir d'entraînement, de nuisance même. Sont-ils réellement intégrés et, plus grave encore, ont-il la volonté de l'être ?

Restons optimistes

Je terminerais sur une note d'optimisme, avec la déclaration du Grand Mufti** de Syrie devant le parlement européen mardi dernier :


"Je souhaite que chaque chrétien qui vit dans un pays musulman puisse avoir une église pour prier".










Voilà un propos clair émis par la plus haute autorité religieuse sunnite du pays.
Peu relayée par nos grands médias (il est permis de se demander pourquoi), une telle déclaration devrait inspirer plus souvent les autorités religieuses musulmanes françaises.
Est-ce trop leur demander ?


*. pour mémoire, on comptait moins de 1.000 mosquées en France en 1985
**. Le Mufti des Sunnites est l'équivalent du Mollah chez les Chiites.

.

 

 

 

 

Publié dans Politique

Commenter cet article

alain 21/01/2009 01:59

sorrycar pour nous la morale  et la politique prime sur la religion

alain 21/01/2009 01:59

Ca n'est pas simple...peut etre mais ce qui est simple c'est que la soi disant "immense majorite pacifique' que vous evoquez denonce avec force les exces voire les horreurs de leurs " freres" tant en France qu'a l'etranger.Et c'est tres exactement ce qu'ils ne font pas .Contrairement aux chretiens et aussi aux juifs.