LA REFONDATION DU MONDE EN QUESTIONS

Publié le par Philippe Dermagne

Abandonnant à son triste sort le PS, je préfère réfléchir au destin du monde.

Si une nouvelle Renaissance passe à l'évidence par une Finance régulée et une Gouvernance éthique, elle passe aussi par un diagnostic de l'Humanité qui ne parvient justement pas à l'être...humaine !

Naïveté, angélisme....peut-être, assurément même !
Tout en restant des adeptes inconditionnels de la droite sociale et de l'économie libérale, nous savons tous que notre planète tourne à l'envers. Sans endosser toutes les misères du monde, nous devons admettre que nous sommes pour partie responsables de la situation.

La planète est devenue un village
Dans notre égoïsme collectif empreint de conforts occidentaux de toute sorte, nous voulons l'oublier.
La guerre est pourtant aux portes de l'Europe, les génocides à quelques heures de vol et l'obscurantisme théocratique menace les pays les plus vulnérables. Joli bilan !
Mais quelles sont les racines profondes de cette poudrière mondiale ? La simplicité de la question contraste avec la complexité des milles réponses à formuler.
Car la question est à fragmentations. Elle en pose une kyrielle d'autres !

 

. Est-ce le poids des comptes de l'Histoire que certains peuples et nations assoiffés de revanche n'ont toujours pas soldés ?
. Est-ce ce prodigieux XXème siècle dont les leçons ne sont pas encore tirées, malgré les drames humains et politiques qu'il a engendrés ?
. Est-ce la conséquence d'un indispensable libéralisme qui n'a pas su définir et faire respecter les marqueurs du simple bon sens ?. Est-ce la cupidité et la vanité de quelques-uns qui corrompent tous les autres ?
. Est-ce le socialo-communisme et sa possible judéo phobie native qui donnerait à la paix universelle et durable un stupide, terrible et inacceptable préalable : l'éradication des Juifs.
Cette question, plus que dérangeante, est issue d'une théorie développée par Pierre-André Taguieff*, un philosophe et politologue controversé, dont l'argumentation charpentée arrive à une conclusion : le socialisme ne serait rien d'autre, en son fond, qu'un antisémitisme.
. Est-ce le strict Religieux qui, quel qu'il soit, redeviendrait l'opium des peuples qui souffrent et qui doutent. Un doute que certains fanatiques leaders exploitent pour justifier attentats, massacres, pogroms et autres génocides ?
. Sont-ce les différences et l'hétérogénéité culturelles des populations du monde que la modernité et la rapidité des communications exacerbent et déforment comme jamais dans l'histoire de l'Humanité ? Vu sous cet angle, notre planète est-elle devenue un village au mille quartiers ?
. Traversons-nous cette période de mutation qui nous ferait passer, sans doute sur plusieurs siècles encore, de notre sauvagerie génétique à l'accomplissement serein de notre grandeur spirituelle ?


Ah mes Amis ! Nous sommes loin du dernier G20. Mais que de questions fondamentales sans ébauches de réponses ! Excellent pour les longues soirées d'hiver passées à refaire le ...monde entre Amis.


* Son livre : "La judéo phobie des modernes, des Lumières au jihad mondial", aux éditions Odile Jacob

Publié dans Politique

Commenter cet article