UN G20 INCOMPLET

Publié le par Philippe Dermagne

C'est certain, remettre les systèmes et nos économies en ordre de marche est une priorité. Pour se faire, souhaitons que les orientations prises à Washington ce weekend fussent les bonnes. Mais, mais, mais....

 

Ce sommet n'a donc abordé que les aspects du traitement financier de la crise.C'est courte vue ! Rien n'a été officiellement dit ou écrit sur un point majeur : le rééquilibrage entre le Nord et le Sud. Ce sommet n'était-il pas une occasion unique d'en profiler l'ébauche, au moins au niveau des intentions ?
"Sommet des Marchés Financiers et de l'Economie Mondiale"....un titre qui annonçait hélas clairement la couleur !

Questions
Qui pourrait affirmer que les tensions qui règnent entre les peuples et les nations des deux hémisphères ne sont pas une dérivée de la défaillance du système libéral ?
Qui pourrait oser dire que, derrière la crise financière, ne se trouve pas en filigrane les jalousies et les haines du Sud vis-à-vis du Nord ?
Comment soutenir que le terrorisme théocratique ne fait pas son lit sur la misère matérielle et morale des populations qu'il exploite ?
Les flux migratoires des populations du Sud vers les eldorados du Nord n'ont-ils pas la pauvreté pour source principale ?...etc, etc !

Si ces questions sont pertinentes, la réduction de la fracture Nord Sud ne devrait-elle pas être au cœur des solutions envisagées ?

Pour la petite histoire : un G20 qui portait mal son nom, puisqu'il n'y avait que 19 pays présents, ou 21, puisque les Pays-Bas et l'Espagne étaient "seulement" invités.

Publié dans International

Commenter cet article

Loïc 20/11/2008 13:23

Oui, bien sûr, on le voit c'est difficile de négocier à un grand nombre... A deux c'est déjà difficile de s'entendre... A trois (grosso-modo : trois gros ensembles pour les négociations du cycle de Doha), c'est pas toujours possible...Alors à 20, comme au G20, ou à 25, comme en Union Européenne, on ne peut faire que des mini  avancées..Mais en même temps qui ne pa sinviter ?A qui se restreindre pour ce genre de sommets ? Ou alors, il faudrait vraiment que le monde est une structure pyramidale : avec des pays d'Europe qui votent pour un représentant, les pays d'Amérique Latine de même,... Mais bon, il y a tant d'intérêts contradictoires, parfois, que sans doute qu'il y aurait des peurs de dilution de démocratie...

Philippe DERMAGNE 20/11/2008 10:57

A LOÏCVous avez raison. Le commerce et le cycle de Doha de l'OMC, présidé par le français et socialiste Pascal Lamy, sont un des paramètres cruciaux de l'économie et des équilibres du monde. Avec le FMI, l'OMC aurait pu trouver un siège lors du sommet. D'un autre côté, débattre à 20 est déjà une gageure; il fallait limiter le plus possible les intervenants. 

Loïc 19/11/2008 16:21

Bien vu ! Ca mérite d'en discuter !  Je commence par la remarque sur les deux invités ! Peut-être que leur avis pèse moins sur la déclaration de principes finale ! Mais de toute façon on le voit bien, le G20 n'est pas vraiment un espace de décision, mais un espace de délibération, entre les grandes puissances nationales... In fine, c'est elles qui décident... D'ailleurs, même si le FMI par exemple voulait prendre des décisions plus contraignantes, à partir du moment ou les Etats-Unis, qui ont un droit de veto ne le voudraient pas... Donc, on voit bien qu'il y a plein de désordre dans le monde, mais que comme chaque pays défend ses intérêts (logiquement), on est loin d'y arriver... Rappelons nous l'échec spectaculaire des négociations sur le commerce mondial (traitant notamment de l'agro-alimentaire), dont on a trop peu parlé..Je crois que c'est ce qu'on appelle le cycle de Doha... Les Etats-Unis ont voulu garder leurs quotas. L'Europe ses subventions de la PAC, et les pays en développement leur dumping social...