"Bon Appétit Messieurs France" ne vote pas !

Publié le par Philippe Dermagne

J'adore "mon" Patrick Gouverneur, mais si lui peut désormais voter après avoir acquis la nationalité américaine, le coauteur de Bon Appétit Messieurs que je suis n'a pas ce privilège. S'il l'avait...

 

Eh bien Chers Amis, si j'avais ce privilège, je voterais Obama. Pourquoi ?


Ce n'est assurément pas pour être fidèle à mon esprit de contradiction natif.

Ce n'est pas parce que McCain me déplaît, où qu'on peut l'estimer trop vieux pour assumer une telle charge.  

C'est encore moins, vous vous en doutez, parce qu'Obama est peut-être plus socialiste qu'on ne peut le penser.


J'ai en revanche trois convictions :

Supreme Court Building














1.
La socialisation rampante des USA n'est pas pour demain, même si Barack Obama la souhaitait secrètement. La Court Suprême, dont sept membres sur neuf ont été nommés par des Présidents Républicains, jouera les Cerbères du libéralisme made in USA qui perdurera. D'autre part, l'aile douce et plutôt centriste du parti démocrate ne suivra pas Obama sur tous les terrains. 

2. L'avènement d'Obama, pour tout ce qu'il représente, est au contraire une nouvelle preuve de la réalité du rêve américain, que précisément Patrick Gouverneur et moi-même aimons.

3. L'image des Etats-Unis dans le monde est arrivée à un tel niveau de dégradation, qu'il faut un choc. De mon point de vue, seul Obama peut l'incarner. Cette dégradation est sans doute injuste, mais elle est un fait indéniable.

Alors, au-delà des opinions politiques, au-delà des qualités ou des défauts intrinsèques d'Obama et de son programme, il sera d'abord Américain. Un exemple : si demain les Etats-Unis devaient être à nouveau lourdement menacés ou attaqués, cet homme n'hésitera pas à envoyer les Boys là où il les jugera utiles à la défense de la Nation. Obama a fait beaucoup de promesses durant cette campagne, mais lorsqu'il sera rattrapé par les réalités du pouvoir....non, décidément les Soviets ne sont pas prêts de conquérir Washington.

Publié dans Politique

Commenter cet article

AXEL 02/11/2008 00:10

Ca reste a demontrer que c'est avec des sourires et des ronds de jambes que l'on va y arriver....j'en doutepas par les bombardements non plus je vous l'accordepeut etre que c'est tout simplement impossible

Philippe DERMAGNE 31/10/2008 18:55

A ALAIN"...optimiste comme un Français de l'hexagone...", pardonnez-moi, mais je ne comprends pas votre concept. A NATAHLIEC'est évidemment un scenario. Mais souvenons-nous par exemple que c'est un Démocrate (JFK) qui a engagé les premières troupes au Vietnam (puis Johnson qui a mis le paquet) et que c'est un Républicain qui a mis fin à cette guerre (Nixon), assez piteusement d'ailleurs.J'en conclue qu'être Président démocrate aux USA, n'est pas l'assurance d'avoir un retrait généralisé de cette super puissance sur tous les fronts; que ce n'est pas plus la garantie de voir toutes les promesses tenues...etc. Alors, oui, c'est un scenario qui donne une vraie chance aux USA de redorer leur image. 

Philippe Dermagne 31/10/2008 19:10


...et de voir moins souvent cet acte qui me donne à chaque fois la nausée : un drapeau américain brûlé par des fanatiques imbéciles.


nathalie 31/10/2008 17:26

ca c'est le scenario idealsi vous avez raison c'est genialmais c'est un scenario......

alain 31/10/2008 17:23

voir mon commentaire sur l'autre articlela ou je vous trouve optimiste comme un francais de l'hexagone c'est quand vous dites "l'aile douce et plutot centriste du parti democrate ne suivra pas Obama sur tout les terrains"on peut en douter car il faut savoir que cette "aile" que vous mentionnez s'est beaucoup radicalisee depuis un moment