C'EST L'ETE 9... BERNARD TAPIE: JUSTICE EST FAITE?

Publié le par Patrick Gouverneur

En choisissant d'écrire sur le dédommagement octroyé à Bernard Tapie, et en choisissant le titre de l'article volontairement provocateur, j'ai conscience d'aller sur un terrain extrêmement glissant. ,
Car il est certain que le nanard ne laisse pas indifférent.
Il est vrai que Bernard Tapie est un homme complexe.
Je peux d'ailleurs moi-même en témoigner, pour l'avoir rencontre dans les années 80 (la période Wonder- La vie Claire), et avoir découvert un type sympathique, indiscutablement séduisant, plein d'humour et d'intelligence.
Durant mes années football au PSG j'ai découvert l'autre facette du personnage.
L'affaire OM -Valenciennes qui l'a envoyé en prison, n'était en fait que celle avec laquelle il s'est fait pincé.
Elle faisait suite a une longue série de magouilles, corruptions et déstabilisations diverses, et tout le milieu du foot était ravi qu'il se fasse enfin piquer, tant ses agissements étaient de notoriété publique.
La lecture du bouquin d'Emmanuel Petit est d'ailleurs édifiante sur le sujet.
Pour le moins un personnage contrasté donc.
Pour ma part j'aurais tendance à le résumer en disant que c'est un voyou qui sait se montrer séduisant et sympathique, et au talent de manager incontestable.

Chacun se souvient de la chute spectaculaire de Tapie dans les années 90.
En l'espace de deux ou trois ans tout s'enchaine dans le mauvais sens pour l'homme d'affaires jusque la de tous les succès.
En quelques mois le voilà ruiné, couvert de dettes fiscales, a la tête d'un Groupe industriel en déconfiture, et honni par tous, en particulier par ceux qui le portaient aux nues peu de temps auparavant.

Il est de bon ton de dire que ce sont ses succès en politique qui ont sonné le début de la fin de Bernard Tapie.
Autrement dit qu'on l'aurait « fait tomber » pour s'en débarrasser.
Tout est possible, y compris ce scenario.
Mais pour notre part, nous n'y croyons pas.


C'est de notre point de vue la découverte du scandale Crédit Lyonnais qui a en fait déclenché la chute du Président de l'OM.
C'est en effet la réalité des comptes trafiqués du Crédit Lyonnais apparue sur la place publique, qui révèle son état de quasi cessation de paiements, et au passage les engagements hallucinants de la banque « au pouvoir de dire oui » envers Tapie.
Au delà de tout bon sens, le Crédit Lyonnais, ou plutôt sa filiale SBDO, gérée dans une incroyable indépendance de la maison mère, soutenait de manière systématique et sans aucune précaution ni retenue, l'homme d'affaires.
C'est donc le changement de management de la banque qui sonne la fin du match pour Tapie et pas autre chose.
Jean Peyrelevade le nouveau Président doit sauver la banque de la faillite, et découvrant l'immensité du cas Tapie, il paraît a priori légitime qu'il se préoccupe de récupérer « ce qui est récupérable ».
Le seul actif tangible et significatif de Tapie et de surcroit que la banque a en garantie c'est Adidas, quoi de plus normal que Peyrelevade jette son dévolu sur la marque aux trois bandes.
A moins d'imaginer que Jean Peyrelevade, le nouveau Président de la banque ait décidé, ou pire obéi a des instructions, d'éliminer atout prix le Tapie homme politique, ce qui est un pas qui nous paraît honnêtement difficile a franchir.
La réalité nous semble beaucoup plus terre a terre.
Jean Peyrelevade fait son métier, découvre les incroyables engagements envers Tapie ; il met fin a l'escalade, et essaye car c'est son job, de récupérer au moins une partie des formidables concours que Tapie ne peut pas rembourser.
C'est le démarrage de « l'affaire Adidas » qui nous préoccupe aujourd'hui puisque 15 ans après, un Tribunal arbitral vient d'accorder a Bernard Tapie la somme de 285 millions qui atteint quasiment 400 avec les 12 ans d'intérêt en réparation et compensation de préjudice généré par la banque sur la vente de l'équipementier sportif..


Cette décision a fait bondir Ségolène Royal et François Bayrou entre autres, qui ont trouve la une nouvelle occasion de faire de l'anti Sarkozy systématique, en soupçonnant le Président d'être derrière ce « cadeau ».

Mais peut-on justement parler de cadeau ?
La justice ne doit-elle pas s'appliquer quelle soit la personnalité du justiciable ?
Sous prétexte que c'est un voyou truqueur de matchs de foot (entre autres) Tapie n'a-t-il pas le droit a la justice quand il a été arnaqué, comme tout a chacun ?
Car c'est très exactement de cela dont il s'agit.
Les faits et les chiffres du dossier Adidas sont connus (depuis longtemps) et n'en déplaise à tous ceux qui n'aiment pas Bernard Tapie, ils sont relativement indiscutables.

En 1990 le séduisant Bernard Tapie achète Adidas pour un prix cadeau aux sœurs Dassler, héritières du fondateur et propriétaires de la boite.
L'équivalent de 244 millions d'euros.
La boite va mal, perd de l'argent, mais le nom et la notoriété conduisent beaucoup à dire que c'est une très belle négociation de Bernard Tapie.
La SDBO bien sur finance à 100%, et Tapie donne en garantie du prêt les actions d'Adidas.
Quand la banque, ayant change de management constate que Tapie ne peut pas rembourser ses concours, elle exerce ses garanties en le forçant à vendre Adidas.
Le Crédit Lyonnais l'estime a 300 millions d'euros, et est chargé de la vente sur ces bases.
Ils trouvent comme par hasard illico un acheteur.
Une nébuleuse de société offshore qualifiée de « fonds d'investissements ».
La banque détient officiellement 21 % du capital de la structure.
Et Robert Louis Dreyfus 14% grâce a un prêt du Crédit Lyonnais a 0.50%.
Taux extrêmement convenable vous en conviendrez......
Le fonds d'investissements s'avère être un faux nez, car tous les autres actionnaires (majoritaires), toutes les off shore sont en fait des sociétés crées par le Crédit Lyonnais, qui s'est donc vendu Adidas a lui-même.
Pour 315 millions d'euros.


Et qui le revend illico à Robert Louis Dreyfus pour ....700 millions d'euros.
Soit 395 millions de plus value pour la banque.
Peyrelevade est fier de lui.
Sur un plan financier il a sans doute raison.
Sur un plan moral, on peut être plus réservé.....
Pour la petite histoire... Robert louis Dreyfus introduit Adidas en bourse en 1995, deux ans après, pour 1.7 milliard d'euros...
La boite n'était donc pas si pourrie, car Gilberte Beaux et Tapie avaient tout de même fait du beau travail de redressement, mais tout ce petit monde s'est finalement bien gavé..

Voilà les chiffres que plus personne ne contestent aujourd'hui et voilà très exactement les faits et les raisons pour lesquels Bernard Tapie s'est vu octroyé 285 millions d'euros de compensation.
Il a été clairement arnaqué par le Crédit lyonnais qui est aujourd'hui condamné tout simplement à lui rendre le pognon qu'il s'est fait sur son dos.

Comment Tapie a-t-il su que le fonds d'investissements était en fait le Crédit Lyonnais ? L'histoire ne le dit pas mais il l'a su.
Par Robert Louis Dreyfus avec qui il s'est réconcilié quelques années plus tard ?
Possible.
Par des indiscrétions de la part « d'amis » restés au Crédit Lyonnais ?
Par le management d'Adidas qui ne pouvait pas voir la main du Lyonnais derrière leurs soi disant nouveaux patrons ?]
Tout est possible la encore mais il l'a su.
Et il l'a surtout prouve ce qui n'était certainement pas évident.

Alors aujourd'hui il récupère finalement ce qui lui a été pris par le Crédit Lyonnais.
Le fait qu'il soit l'arnaqueur arnaqué n'y change rien à nos yeux.
Pour ceux qui n'aiment vraiment pas l'ancien Président de l'OM rassurez vous il ne touchera pas les 400 millions d'euros.
L'Etat va d'abord se servir pour combler toutes les dettes fiscales intérêts et pénalités comprises.
Il ne restera « que » 40 ou 50 millions semble-t-il au Commissaire Valence.
De quoi vivre tranquille en Suisse ce que la rumeur annonce......
Au passage on aimerait être sur également que l'intégralité du passif de ses affaires soit réglé.
Pas seulement l'Etat qui a légalement le droit de se servir.
Mais aussi ce que l'on appelle les chirographaires.
Les pauvres gens.
Ceux qui ont une facture impayée depuis 15 ans et qui ont produit au passif.
Nous espérons mais ca n'est pas certain.....

En tout cas le « scandale financier » dénoncé par beaucoup, qui s'indignent, demandent des Commissions d'Enquête, poussent des hauts cris d'indignation n'est pas comparable celui des Frégates de Taiwan par exemple, pour lesquelles curieusement ils n'avaient pas la même passion.....
Car grâce a cette plus value constatée tardivement, et qui lui est rendue Tapie va pouvoir payer tous ses impôts alourdis sans doute de pénalités sympathiques...
L'Etat va donc récupérer d'un coté ce que le Crédit Lyonnais (en l'espèce le CDR) va lui verser
La quasi totalité des 400 millions et tous ses créanciers.
Qui s'en plaindra ?
Les 800 millions des frégates ( voir article precedent) c'est le contribuable qui va les payer.

Alors oui il va lui rester 40 ou 50 millions....
Que voulez vous s'ils sont à lui ?
J'ai assez dénoncé les turpitudes de l'OM au temps de Tapie pour ne pas être soupçonné de tendresse envers lui.
Toutes ces années m'ont laissé sans aucune illusion sur la moralité du personnage.
Mais des lors que Adidas valait 700 millions il n'y avait aucune raison de lui en donner 300.
Peyrelevade a certes été malin, mais sa propension aux offshores (comme dans l'histoire Exécutive life qui elle aussi a coute au contribuable français) l'a perdu.

Alors oui Tapie va retrouver son lustre financier.
Je comprends que certains en soit agacés.
Mais je suis désolé de dire que c'est normal, car en l'espèce c'est la justice.

Publié dans Politique

Commenter cet article

NATHALIE 20/08/2008 00:36

C'est vrai que presentee clairement cette affaire parait simple.Tapie s'est indiscutablement fait arnaque.On aurait pu en rire mais des lors que le Credit Lyonnais se fait prendre la main dans le sac ils doivent payer, c'est normal.La bonne nouvelle c'est que l'Etat va recuperer tous les impots qu'il doitdonc c'est bien

michel 19/08/2008 15:32

vous n'avez pas tort sur le fait que Tapie a ete escroque par le Lyonnais n'empeche que sans Lagarde et Sarko il n'aurait pas touche le pognon car le Lyonnais aurait continue son obstruction judiciaire

linlin 18/08/2008 22:16

mais, si j'ai bonne mémoire, le Nanard n'était il pas ministre socialiste dans un gouvernement socialiste, fréquentant les socialistes ??? non !!! je dois faire erreur à gauche on n'a pas des mecs pareils

LE BEAUFE 17/08/2008 17:36

bravo