LA REFORME DES INSTITUTIONS - UN SARKOZY NAVRANT

Publié le par Patrick Gouverneur

Vous savez depuis le début ce que nous pensons de la Reforme des Institutions voulue et concoctée par Nicolas Sarkozy.
Rien de bien.
Il s'agit pour nous d'une reforme a minima qui ne résoudra en rien le fonctionnement des Institutions de la République dont l'absentéisme chronique et provocateur des parlementaires est le pire des symboles.
Les quelques avancées ou modernisations prévues dans la Reforme sont anecdotiques et les véritables archaïsmes de ce type ne sont même pas effleures.
A quelques jours du vote par le Congres, Nicolas Sarkozy commence apparemment à réaliser que l'affaire qu'il a longtemps traitée avec décontraction, voire mépris, est loin d'être dans le sac.
Du coup il n'a d'autre choix que de se livrer à des calculs politiques navrants qui nous rappellent les grandes heures de la 4e République.

On sait que le Reforme doit être approuvée par les 3/5, ce qui vous en conviendrez fait 60% des députés et sénateurs.
Ils sont précisément 906, 576 députés et 330 sénateurs.
La majorité se situe donc a 544 voix.
Chiffre qui ne paraissait pas bien compliqué a atteindre il y a quelques semaines encore, puisque la majorite présidentielle a elle toute seule représente ...538 voix.
Fort de l'appoint des radicaux de gauche et de quelques socialistes « promis » par Jack Lang l'affaire était quasiment entendue.
D'ou sans doute la décontraction du Président a traiter les vrais problèmes de fond, en ne suivant pas notamment les recommandations de la Commission Balladur- Lang.

Depuis quelques jours Sarkozy fait moins le malin.

D'abord ce sont quelques centristes amis de Bayrou qui font défection ici ou la.
Des sénateurs radicaux font de même.
Rendez vous compte si on ne peut plus compter sur des sénateurs radicaux, ou va t-on ?
Tout fout le camp !
De même bien sur que des députes chiraco-villepénisteS qui trop contents d'emmerder Sarkozy sont ravis de pouvoir voter contre.
Jusqu'a l'ancien ami du Président, Charles Pasqua qui trouve la une occasion ( pour tout dire légitime) de lui faire payer sa lâcheté vis a vis de Marchiani, et les coups bas de Devedjian envers l'Université Leonard de Vinci.
Et cerise sur le gâteau, malgré quelques concessions tardives, tout autant suspectes que ridicules du Président, les socialistes restent intransigeants et font bloc dans le vote contre.
Seul Jack Lang qui n'a convaincu aucun de ses amis ( mais le pouvait -il avec un contenu aussi insignifiant ?) votera pour.

Du coup aux dernières nouvelles le Président ne pourrait compter que sur 530 voix « sûres » et encore.
Alors on sort l'artillerie lourde en achetant ni plus ni moins les Radicaux de gauche cette fois.
Bah oui que voulez vous il y a des radicaux de gauche et des radicaux de droite.......
Jean Michel Baylet leur Président s'est rallié hier Mercredi a la Reforme contre la promesse que les groupes parlementaires seront dans l'avenir constituéS a 15 députés et non plus a 20.
Quelques bureaux et quelques chauffeurs ca vaut bien un petit vote non ?

A l'heure ou sont écrites ces lignes, il est impossible de faire un pronostic.
Compte tenu de la haute idée que j'ai des parlementaires je parierais tout de même que Sarkozy va peut être réussir son coup.
En effet j'ignorais que la reforme devait être adoptée par 60% des votants et non 60% des inscrits.
Petit point de détail qui a son importance car du coup il suffit « d'obtenir « l'abstention de quelques uns pour que la majorité de 60% descende a 530 ou 535...
L'abstention c'est un peu moins compromettant tout de même...........
Une promesse de ne pas présenter de candidat sérieux contre un élu de gauche par ci par la, et ca doit pouvoir s ‘arranger.............
Convenez que l'on est dans le minable........

Quel que soit le résultat il sera extraordinairement serre, peut être à une ou deux voix près. Et si la Reforme est adoptée cela ne restera pas a la gloire de Sarkozy au vu des méthodes.

Et pourtant, quelle occasion ratée !
Les conclusions de la Commission Balladur bien qu'évidentes donnaient un alibi formidable au Président, qui pouvait des lors compter sur le soutien sans faille de Jack Lang qui avec une interdiction de cumul des mandats ( prônée et appliquée par Ségolène Royal) et un chouia de proportionnelle mettait sans problème Hollande et ses copains dans l'embarras.
Eux et Bayrou auraient eu bien du mal à expliquer pourquoi ils votaient contre ce qu'ils réclamaient depuis toujours.
Au lieu de cela Sarkozy l'a joué petit bras, et a proposé une reforme qui ne règle rien et qui du coup est facile a caricaturer en la réduisant a ce que le Président puisse s'exprimer devant le Parlement.
Entre mégalomanie supposée de Sarko et la répétition du « diabolique » modèle américain, la gauche s'est régalée.

Bien triste tout cela.

Du coup si la Reforme ne passe pas a quelques voix près, et bien inutile de vous dire que ca ne nous fera pas de la peine, car depuis des mois on répète que Sarkozy l'aura cherché.

Ce serait sans doute pour lui un nouveau coup dur, et espérons le une nouvelle leçon.
Mais pour la France cela veut dire environ un demi-siècle avant que quiconque ne s'aventure a rafraichir et moderniser notre République.

Et cela c'est encore bien plus triste.

Publié dans Politique

Commenter cet article

Loïc 21/07/2008 10:40

En plus, il choisit de le faire voter trois mois avant le congrés du Parti Socialiste, au moment où voter avec le gouvernement c'est se tirer une balle dans le pied aux dires des Socialistes qui font donc bloc... Nicolas Sarkozy a pris un peu à la légère cette affaire : il a voulu faire cette réforme des institutions, pour dire qu'il fait des réformes, et aussi parce que "président à l'américaine", ça le fait rêver... mais il ne s'est pas vraiment penché sur la crise profonde de notre démocratie représentative...

jean pierre 20/07/2008 20:50

le verite c'est qu'il n'a pas voulu interesser les francais a ce probleme, le fait voter en pleine vacances et donc s'est clairement foutu du monde........

Loïc 20/07/2008 12:49

Quant Nicolas Sarkozy reprend les idées des autres (ouverture, réforme des institutions) qu'il a critiqué pendant la campagne présidentielle, il réussit à vraiment faire passer cela pour de la politique politicienne (voir les pressions actuelles) alors que cela devrait être un grand enjeu démocratique...

michel 19/07/2008 16:28

Sarkozy part sans doute du principe que cette reforme les francais s'en foutent.......ils sont resignes depuis longtemps a cette farce parlementairec'est pourquoi un referendum ne peut pas marcher, il n'y aurait meme pas 40% de participation.....

patrick g 19/07/2008 14:25

cher Loic, je crois que le train de la grande reforme est passe...Sarkozy avait une chance de le faire, il ne l'a pas pu ou pas voulu j'ai bien peur que l'opportunite ne se reproduise pas de sitot.pour ce qui est du referendum j'y suis tres favorable mais les hommes politiques pas.............en tout cas une reforme comme celle ci ne serait sans doute pas votee. Pour pouvoir compter sur le peuple il faut lui donner plus d'ambitioncar ce qui est sur c'est qu'on voit mal les deputes passer a la tele pour defendre le cumul des mandats...