SEGOLENE ROYAL: LA BOULETTE DE TROP ?

Publié le par Patrick Gouverneur

Il est bien connu que Ségolène Royal, elle l'a prouve pendant la campagne électorale, ne brille pas toujours par le plus grand discernement dans ses propos.
Mais pour le coup, elle vient d'en sortir une « belle » qui pourrait peut être bien lui couter cher.
« Nicolas Sarkozy n'est pour rien dans la libération d'Ingrid Betancourt » a t elle déclaré lors d'une visite au Quebec.
Même les socialistes en sont restes pantois.
Pantois mais sans doute ravis pour beaucoup d'entre eux de ce dérapage.
Qu'est ce qui a pris à la madone du Poitou ?

En fait, on devine l'origine des propos.
Ségolène royal comme chacun sait s'est lancée dans la conquête du Parti Socialiste.
Le moins que l'on puisse dire que l'affaire n'est pas encore dans le sac. Loin de la.
Pour parvenir a ses fins la madone a imagine une stratégie reposant sur deux pôles.
1. S'appuyer sur l'opinion publique et en particulier l'opinion publique socialiste contre les instances du Parti, qui on le sait la détestent.

2. Pour motiver ses supporters, et en même temps couper l'herbe sous les pieds de ses « ennemis de l'intérieur » qui la taxent volontiers de « centriste », elle s'est enfermée depuis quelques semaines dans un anti sarkozisme primaire.

Sur le premier point, nous ne pouvons pas lui donner tort, d'autant qu'elle n'a guère d'autre choix.
Ne pouvant compter sur le soutien de personne ou presque dans le Parti, elle ne peut que compter sur ses « 17 millions d'électeurs » pour s'imposer.
Que cela marche c'est une autre affaire mais en tout cas c ‘est légitime.
Et puis ce n'est pas nouveau la concernant, des le 6 Mai au soir nous savions a quoi nous en tenir.

Sur le deuxième point qui est plus récent, ce choix stratégique n'est pas forcement idiot. En effet il ne s'agit plus d'être élu Présidente de la République, en séduisant les électeurs de Bayrou..., il s'agit d'être élue patronne du PS ce qui n'est pas la même chose. Et du coup d'en séduire les militants, y compris et peut être surtout ceux les plus à gauche. Alors bouffer du Sarkozy matin, midi et soir ma foi pour un bon militant de base socialiste cela peut avoir effectivement de l'intérêt.
Que pour se faire on ne recule pas devant la mauvaise foi et la malhonnêteté intellectuelle, passe encore.
Son ex boy friend expert en la matière a du tout lui apprendre la dessus... mais tout de même.

La mauvaise foi politicienne ne dispense pas pour autant d'intelligence et de subtilité...

Aller au lendemain même de la libération d'Ingrid Betancourt « bouffer » du Sarkozy, en rabaissant son rôle dans cette affaire, le moins que l'on puisse dire c'est que l'on a connu plus astucieux.
On peut certes imaginer ce qu'elle a voulu dire.
Elle a probablement voulu suggérer que Sarkozy et la France n'était pour Rien dans l'opération militaro-espionnage de l'armée colombienne.
Evidemment.
D'ailleurs Sarkozy ne l'a prétendu.
Elle a aussi sans doute voulu suggérer que finalement ce n'est pas l'option du Président qui a marche.
Sarkozy a en effet depuis le début fait le choix de la négociation notamment a travers Chavez contre l'avis d'Alvaro Uribe le Président Colombien, et celui avait manifestement une autre idée en tête.
La preuve.
Et il n'a d'ailleurs pas juge utile d'en tenir la France informée...

Elle aurait pu aussi éventuellement rejoindre mon petit camarade du blog Philippe Dermagne qui avec beaucoup de perspicacité s'est très vite à chaud « pose quelques questions », en faisant elle aussi part de ses interrogations....

Non au lieu de ca, obsédée par son positionnement marketing elle a sorti peut-être sa pire connerie depuis longtemps.
C'est dire...
Et elle va peut-être lui couter cher.
Prétendre en effet que Sarkozy n'a rien fait dans la libération d'Ingrid Bettancourt est idiot et injuste.
« Inélégant » a dit Jack Lang pourtant supporter de Ségolène.
C'est le moins qu'on puisse dire...

Sarkozy , quoique l'on en pense par ailleurs, a ca n'est pas contestable  mis la pression au plan international sur les FARCS et sur Chavez pour que le dossier soit traite et ne pourrisse pas dans l'indifférence médiatique.
En en parlant, en agissant, en consultant a tout va le Président a fait bouger les choses. Ingrid Betancourt et sa famille l'ont suffisamment chaleureusement remercie pour que l'on en soit convaincu.
Peut-être même que l'activisme de Sarkozy en la matière a pousse Alvaro Uribe à « intervenir » lui qui était contre l'option négociation des le début.
Il ne pouvait indéfiniment repousse la négociation sans » tenter autre chose ».
Et que dire des américains ?
Le hasard a fait que j'étais par deux fois en Equateur , quand le numéro 2 des FARCS Reyes a été exécuté et Mercredi dernier encore quand Ingrid Betancourt a été libérée.
Pour tout le monde la bas cela ne fait aucun doute que la CIA était dans le coup des 2 opérations sans doute liées d'ailleurs.
Il n'y a pas qu'eux pour le penser c'est évident.
Mais les américains qui ont « aide » à récupérer Ingrid et leurs trois ressortissants qui étaient par parenthèse ni plus ni moins que des membres du CIA undercover, malencontreusement attrapes a la suite d'une panne d'avion..., auraient-il aide à monter une opération pour récupérer « en même temps » Ingrid sans le retentissement du dossier?
Rien n'est moins sur.
Ils auraient pu récupérer leurs « soldats » sans pour autant se préoccuper d'Ingrid Betancourt qui très honnêtement pour eux ne représentait pas grand chose.
Le fait que l'opération ait été montée afin de regrouper tous les otages n'est certainement pas un hasard.
Comme dit Philippe il faudra attendre le film d'Hollywood dans deux ou trois ans pour avoir tous les détails de l'opération.
Mais quelle que soit la réalité des details de l'opération, et même si la France, ce qui paraît clair, n'y a pas participe activement, rabaisser pour des raisons de basse politique le rôle de Nicolas Sarkozy a « rien » montre un discernement pour le moins douteux de la part de la madone.

Je prends les paris que cette « boulette » va la poursuivre jusqu'au Congres du PS en Novembre. A la fois dans l'opinion des militants et cela va sans dire dans l'opinion de ses
« amis du Parti » qui, on le constate a l'écoute de leur silence assourdissant n'en demandaient pas tant.
On imagine les Fabius et autres reconstructeurs divers et varies se taper les cuisses de joie devant cette « nouvelle boulette : de Ségolène.
Cette phrase restera peut être comme un tournant d'une autre campagne perdue.

Un dernier mot sur la libération d'Ingrid Betancourt proprement dite.
Dans le prolongement des interrogations de Philippe Dermagne, l'angélisme de la presse me laisse parfois rêveur.
Le nouveau grand débat, c'est a-t-on paye une rançon de 20 millions de dollars et qui a paye ?
La France, la Colombie, les USA jurent bien évidemment qu'ils n'ont pas paye de « rançon ».
Et ils ne mentent sans doute pas.
Pourtant des proches du dossier assurent que de l'argent a circulé annoncent péremptoirement certains journalistes.
Non, c'est pas vrai !
Quelle surprise. ...

Le succès de cette opération est manifestement basé sur « l'infiltration » des FARCS.
En français des services secrets « infiltration » cela veut dire trahison.
Et figurez vous que trahison ca veut dire argent.
C'est même d'ailleurs la marque de fabrique du CIA depuis 50 ans.
C'est d'ailleurs pourquoi ils ont tant de mal avec les islamistes radicaux.
Car eux l'argent ne les intéresse pas.
Eux, ils y croient. En tout cas pour le quasi totalité.
L'histoire est certes remplie de héros mythiques qui trahissent pour la bonne cause et qui choisissent le camp du bien contre le camp du mal par simple conviction.
Mais ca ...ce sont les héros.
Les hommes ordinaires eux sont moins reluisants.
L'argent est plus motivant pour eux.
Alors que les colombiens aient paye 20 millions pour « motiver » certains rebelles, que la copine de César le geôlier d'Ingrid Betancourt apparemment « retournée » par les services spéciaux y ai joue un rôle, et qu'au passage elle se soit assurer ses vieux jours....et alors ?
Ca n'est pas une rançon effectivement.
Ce sont dirons nous les « frais techniques » de l'opération.
Qui, quoi qu'on en dise, depuis l'assassinat de Reyes il y a un mois qui lui n'ont plus n'etait par hasard car la qualite des infos de la Colombie etait tellement parfaite........ jusqu'à a la libération d'Ingrid restera quand même un sacre beau coup.
On est meme impatient de voir le film....

Publié dans Politique

Commenter cet article

michel 11/07/2008 06:37

elle est une carricature a elle toute seule de la politique!!!pour me rendre interessante et audible je dis n'importe quoi..........l'essentiel c'est qu'on en parle........comme Sarkozy a tendance a faire pareil pourquoi ne pas copier?

michel 11/07/2008 06:37

elle est une carricature a elle toute seule de la politique!!!pour me rendre interessante et audible je dis n'importe quoi..........l'essentiel c'est qu'on en parle........comme Sarkozy a tendance a faire pareil pourquoi ne pas copier?

daniel 10/07/2008 14:29

elle pratique la surenchere dans l'anti sarkozisme pour se donner une image au PS c'est nul

Loïc 09/07/2008 17:27

Ca fait seulement un mois qu'il a été assassinné Reyes ?En tout cas, vous avez raison de souligner l'importance de la mort du numéro 2, vrai numéro 1 en pratique (car Mandaluda, le chef historique était malade, retiré au venezuela, et n'a pas tardé lui non plus à rejoindre le Royaume des Dieux) dans la désorganisation des Farcs... Désorganisation, qualité de la formation des espions, et effectivement argent sont les trois mamelles d'une opération d'infiltration réussie...Sinon, oui, effectivement, la France n'a pas participé à cette opération, donc on peut dire que Nicolas Sarkozy n'y est techniquement pour rien dans cette libération.. Après, comme vous dites, il a partagé au tapage médiatique (bien orchestré par tous les amis d'Ingrid Betancourt) qui a fait qu'on ne l'a pas oublié... Bref, il n y a rien à reprocher à Nicolas Sarkozy et sa diplomatie sur ce coup ! Pas non plus de quoi en faire une tonne ! Je ne comprends pas ceux qui veulent y voir un perdant de l'affaire car il n'a pas participé à l'opération militaire.. Il n'ets ni perdant, ni gagnant, et sans doute content qu'Ingrid soit libérée..Voilà, pas la peine pour les journalistes de tout juger à l'aune de "il a fait un bon coup de communication", "il a fait un mauvais coup de communication" En parlant donc d'erreur de communication, je crois que la grossière déclaration de Ségolène Royal peut s'expliquer aussi par le fait qu'elle était au Québec, donc pas trop imprégnée de l'ambiance en France suite à la libération d'Ingrid Bettancourt... Et, elle ne pouvait savoir par exemple que la réaction de Nicolas Sarkozy fut relativement sobre... Effectivement, Ségolène Royal chausse les gros sabots de l'antisarkozysme pour conquérir le Parti Socialiste...  Elle a encore fait une déclaration fracassante sur le lien entre le cambriolage de son domicile et la clique sarkozyste... Qu'il y ait un mystère à élucider quant à ce cambriolage, oui, mais affirmer sans preuves, c'est laid en général...